Apprenez à contrôler vos pulsions

16 mai 2016 dans Psychologie 3 Partagés

Si souvent, vous vous demandez quelles sont les raisons qui vous poussent à agir et que vous ne parvenez pas à trouver une explication logique à vos actes, ou encore si vous avez pour habitude de regretter immédiatement les choses que vous faites, alors peut-être devriez-vous apprendre à contrôler ces pulsions qui vous poussent à agir de telle ou telle manière.

Lorsqu’on agit sans réfléchir, les conséquences peuvent être assez graves. Ces étapes que vous franchissez sans y faire attention, ces mots que vous dites sans mesurer l’impact qu’ils pourront avoir sur votre interlocuteur…heureusement, il est possible d’y remédier.

Pour cela, nous vous proposons de tout faire pour travailler sur votre impulsivité afin de tisser plus facilement des liens avec les autres, et d’être plus tranquille avec vous-même.

Contrôler ses pulsions va au-delà du fait de demander pardon

Vous êtes sûrement tellement habitué à dire « je m’excuse » que ces mots n’ont plus aucun sens pour vous.

Ansiedad-miedo

L’impulsivité peut vous servir ou vous desservir…tout dépend de la situation. Par exemple, si vous êtes timide et que sur un coup de tête, vous décidez d’inviter une fille qui vous plaît et qu’elle accepte…alors tant mieux, profitez-en !

En revanche, si à cause de vos pulsions, vous dites des choses horribles à votre conjoint et que cela génère une dispute ou pire, une rupture, l’impulsivité devient alors un problème.

Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas dire à l’autre ce que vous pensez ou ressentez, mais souvent, les mots sortent de notre bouche avant même que le cerveau n’ait fini de les traiter.

C’est là que les problèmes font leur apparition si jamais les choses ne se passent pas aussi bien que ce que vous pensiez, et si vos propos blessent les personnes à qui ils sont adressés.

Quelques conseils qui peuvent vous aider à contrôler vos impulsions

En premier lieu, vous devez déterminer si vous êtes ou non une personne impulsive ; pour cela, vous devez vous observer dans diverses situations.

Comment avez-vous l’habitude de répondre à certaines stimulations, comme par exemple une affiche de publicité ?

Si votre première pensée consiste à dépenser une grosse somme d’argent pour acheter un objet dont vous n’avez certainement pas besoin, alors l’impulsivité est plus forte que vous.

Indubitablement, si vous laissez passer quelques minutes et que vous retournez dans la boutique, vous y réfléchirez à deux fois, et vous vous rendrez compte du fait que vous avez besoin de cet argent pour payer le loyer, ou pour acheter une nouvelle paire de chaussures à votre enfant.

La petite voix impulsive qui vous fait agir de telle ou telle façon peut crier sur vous, mais peu importe le ton sur lequel elle peut s’exprimer à partir du moment où vous décidez qu’elle n’aura aucune influence sur votre vie.

Vous devez reprendre le contrôle à chaque fois que ces envies d’agir sans réfléchir s’emparent de vous.

Une bonne technique pour pouvoir laisser l’impulsivité de côté consiste à analyser quelles sont les conséquences de vos actes ou de vos propos.

Votre philosophie doit être « j’ai besoin de mieux y réfléchir ». De cette façon, il sera plus simple pour vous de prendre les bonnes décisions ou du moins, d’y réfléchir davantage.

Avec la tête froide, sans pression et avec une étude minutieuse des pour et des contre de chaque décision, tout vous paraîtra plus simple.

Cela représente un effort et prend du temps, mais quand vous commencerez à constater des résultats, vous vous rendrez compte que le travail en vaut la peine.

casas-en-el-aire-representando-la-ansiedad

L’insatisfaction nous mène à l’impulsivité

Dans la société dans laquelle nous vivons, les stimulations visuelles et la publicité nous mènent à nous dire qui si nous n’avons pas telle ou telle chose, nous ne sommes pas heureux.

C’est comme si une nouvelle paire de chaussures ou un sac excessivement cher étaient le remède contre la dépression…

L’insatisfaction peut mener à l’impulsivité et coûter cher… Quand vous allez faire du shopping (ou mieux encore, avant de sortir de chez vous), demandez-vous si avez vraiment besoin ou envie de ce si beau pantalon que vous avez vu en vitrine. Demandez-vous également « à quoi dois-je renoncer si je me l’achète ? »

Vous pouvez avoir recours à la même technique si vous êtes sur le point de dire quelque chose dont vous n’êtes pas sûr. Est-il vraiment bon que l’autre entende ce que j’ai prévu de lui dire ?

Bien sûr, on ne doit pas toujours se taire ni dire oui à tout, mais peut-être que si on réfléchit mieux à nos propos, les répercussions seront moins drastiques.

Au lieu de dire « tu t’es complètement trompé », dites plutôt « peut-être qu’il y a des choses que tu peux améliorer ». Vous dites alors presque la même chose, mais avec une autre attitude !


« N’oubliez pas que la capacité de faire une pause et de ne pas agir sur un coup de tête, c’est une leçon cruciale dont nous devons tenir compte chaque jour. »

-Daniel Goleman-


A découvrir aussi