Le respect c’est comme l’argent : certains le demandent, d’autres le gagnent

12 septembre 2016 dans Emotions 18 Partagés

Le respect est une valeur universelle que nous devrions tous pratiquer sans conditions. Cependant, il y a des personnes qui s’imposent sans considérer les autres, réclamant un droit qui ne sait rien de l’empathie ou de la proximité. Car le respect est l’absence de servitude et si on n’est pas capable de l’offrir, on ne doit pas non plus l’exiger.

L’étymologie des mots nous apprend toujours des choses sages. Dans ce cas, si nous plongeons dans les racines du mot « respect », nous nous retrouvons avec « respectus », qui dérive de “specere” qui signifie regarder à nouveau, vérifier et avant tout « avoir la sagesse de voir quelque chose dans son essence ou dans son individualité ».

Sans respect, on perd tout : l’amour, l’honnêteté, l’intégrité… Peu de valeurs sont aussi essentielles que de savoir nous respecter les uns les autres, avec nos différences et nos particularités.

Nous avons tous vécu des moments où nous n’avons pas été respecté. Les injustices sont présentes dans tous les aspects de la vie : la famille, l’école, le travail, le couple

Il est nécessaire de réfléchir un peu plus à ce terme, car comme l’a dit Kant un jour, avec le respect, on développe la dignité de soi et de ceux qui nous entourent. 

Arbre-comete

Le respect commence toujours par soi-même

Le respect commence toujours par soi-même, car plus notre niveau d’auto-estime est élevé, plus nous respectons les autres.

Cela peut sembler évident, nous le savons, mais ce n’est pas parce que les choses sont logiques que nous pratiquons, comme ici. La capacité de se respecter de manière intègre et authentique suppose d’être capable de développer les aspects suivants :

  • Avoir une attitude positive envers nous-même en réaffirmant notre valeur personnelle et en sachant agir avec équilibre en accord avec nos valeurs et nos besoins.
  • Le respect pour soi-même, c’est savoir que nous avons le droit d’être heureux, de nous défendre face aux injustices, d’avoir des espaces propres et une voix pour nous faire entendre.
  • Il est aussi nécessaire de nous sentir méritant de chaque chose que nous faisons, en renforçant notre auto-estime et en étant responsables de chaque succès, de chaque choix prix et même de chaque erreur commise.

Si nous comprenons et que nous intériorisons chacun de ces aspects, nous serons conscient du fait que qui est face à nous mérite les mêmes choses. Car qui est incapable de se respecter lui-même ne ressentira rien au moment de blesser les autres. 

Femme-face -a- un-lac-1

Le manque de respect ou l’incapacité de « se mettre à la place de l’autre »

Erich Fromm a traité de manière très complète le respect dans son livre « L’art d’aimer ». Pour le célèbre philosophe, humaniste et psychanalyste, ce terme ne peut jamais aller de pair avec la crainte ou l’imposition.

Si nous respectons quelqu’un, nous ne devons pas le faire par peur ou par soumission, comme cela arrive parfois dans les relations parents-enfants ou même dans les relations de couple. 

Le respect ne s’achète pas, ni ne se vend. Il ne s’offre pas non plus. Le respect se gagne.

Respecter devrait être une attitude pratiquée à partir de l’admiration : “je te respecte car j’admire ta manière d’être, car je suis proche de toi et que je ressens de l’empathie pour ta personne ». Bien sûr, nous savons que cela n’arrive pas toujours, et que nous devons souvent faire face à ce type de comportements.

  • Il y a ceux qui pensent qu’ils ont les meilleures valeurs, les meilleures aptitudes et qui pour cela, exige un respect quasi révérenciel, en minimisant les droits des autres.
  • Qui ne se respecte pas soi-même, qui manque d’initiative, d’auto-estime, a besoin que les autres lui montrent du respect pour pouvoir avoir du pouvoir, pour alimenter l’ego de ses propres carences. C’est un comportement très destructeur.

Respecter est avant tout accepter les autres tels qu’ils sont, en étant sensible à leur besoin. Si la personne manque d’empathie et est incapable de se mettre à la place des autres, elle est dans l’incapacité de générer ce rapprochement, cet acte d’humilité et de tolérance.

Fille-et-cheval

Pratiquer le respect ne coûte rien et apporte beaucoup

Respecter les autres est la valeur intrinsèque la plus noble que nous pouvons pratiquer au jour le jour. À présent, comme nous vous l’avons signalé précédemment, nous ne devons pas l’offrir par soumission ou parce qu’on nous l’impose. Tout acte sincère doit provenir de la liberté du cœur et jamais de la peur.

Respecter, c’est tolérer des pensées différentes aux nôtres, c’est accepter qu’il y a d’autres manières de comprendre le monde et qu’elles sont toutes aussi valables les unes que les autres. Si nous ne tolérons pas que nous enfants aient leur propre voix et leurs propres initiatives, nous limiterons leur épanouissement personnel et en conséquence, nous agirons avec manque de respect.

De même, le conjoint qui se nourrit des racines de l’égalité, de l’honnêteté et de la complexité des petites choses construit des relations saines et heureuses avant tout. Car il y a du respect, de l’harmonie, la même que nous trouvons chez chaque personne qui entre ou passe dans notre vie, ainsi que chez chaque animal ou élément naturel.

Car le respect est l’essence de la noblesse, ce don qui devrait toujours définir l’être humain…

Mere-et-fille

Image de Claudia Tremblay

A découvrir aussi