Le narcissisme inconscient dans les relations entre parents et enfants

1 avril 2018 dans Psychologie clinique 118 Partagés
narcissisme

Le narcissisme, compris comme l’amour envers soi-même et la recherche de la satisfaction que produit l’admiration, est présent dans les relations parentales. Les parents projettent sur leurs enfants une impulsion énorme pour vivre et aimer ; cependant, cette impulsion est souvent influencée par leurs souhaits, dans une plus ou moins grande mesure, teignant la relation d’un narcissisme non égocentrique, mais plutôt inconscient ou expectatif.

La littérature et la théorie se sont penchées sur la façon dont les relations entre les parents et leurs enfants influent sur ces derniers. Il est par conséquent difficile de trouver dans la littérature des références claires relatives au narcissisme dans les relations parentales, compris comme la vision de l’autre comme propre ou, ce qui revient au même, le regard sur les caractéristiques de l’enfant comme propres.

Les premières traces d’intérêt quant à ce phénomène se trouvent chez Freudlequel théorisa l’existence de la tendance à attribuer à l’enfant toutes les perfections (il faut noter qu’il s’est uniquement occupé ici de la façon dont les parents façonnaient les relations avec leurs enfants). Cela se ressent dès le début des relations parentales lorsque le bébé devient le roi de la maison.

enfant triste

Ainsi, le phénomène “du bébé roi” se forme comme un moyen de renouveler avec les enfants les privilèges que les parents s’imaginent avoir eu en tant qu’enfants et qu’ils ont dû abandonner. Nous observons que les parents comblent leurs enfants de privilèges et de considérations, déifiant leurs qualités et exigeant ensuite que leur développement soit conforme à leur modèle.

Autrement dit, de nombreux parents finissent par projeter sur leurs enfants “leur moi idéal”, leur offrant, ainsi qu’à eux-mêmes, une version “perfectionnée et perfectionniste” de ce qu’ils pensent avoir été ou auraient voulu être.

Nous pouvons comprendre qu’un moi idéal soit conçu pour nos propres enfants, les rendant responsables de guérir  les  frustrations et les ambitions les plus profondes de l’ego parental.

C’est pourquoi nous parlons de narcissisme inconscient, puisque, en parlant de projection, il s’agirait davantage d’un amour pour eux-mêmes, pour ce qu’ils croient avoir été ou ce qu’ils voudraient être, dédoublant en quelque sorte cette relation.

petite fille avec une robe de feuilles, un serpent autour du cou et cernée de pommes : le fruit défendu

Comment se construit-il ?

L’expérience clinique amène les professionnels travaillant dans le domaine des relations entre parents et enfants à se plonger sur le narcissisme inconscient qui y règne. En réponse à cela, le psychanalyste Juan Manzano parle de quatre éléments essentiels constituant ce narcissisme parental inconscient :

1. Projection des parents sur l’enfant

Projection de la part des parents des aspects infantiles propres, vécus comme abandonnés ou déficients. Le père ou la mère réalisant cette projection ne veut pas que fasse défaut à leur fils / fille ce qu’eux-même désiraient et désirent ; ils voient en outre chez leurs enfants la représentation parfaite de leur moi idéal. Il est possible que cette projection soit, dans une large mesure, inconsciente ou qu’au moins aucune réflexion explicite ne soit réalisée à ce propos.

2. Identification complémentaire des parents

Le père ou la mère considérera son fils comme une partie de lui-même/elle-même ou de ses objets internes, dans une plus ou moins grande mesureEn d’autres termes, le parent s’identifie de telle manière que le sentiment de possession est exacerbé, entravant ainsi la construction du moi de l’enfant.

enfant pensif

3. Finalité spécifique

Comme nos l’avons mentionné précédemment, l’objectif de cette projection et identification complémentaire est la réalisation de la satisfaction de nature narcissique. Cependant, d’autres objectifs tels que la négation d’une perte peuvent s’ajouter à l’accomplissement du profil désiré.

4. Une dynamique relationnelle choisie

L’interaction se base sur des rôles préalablement assignés, de sorte qu’elle dépassera l’imagination et façonnera le développement des dynamiques relationnelles avec les autres personnes et avec soi-même. Cela crée un profil fictif qui finit par devenir une réalité.

Dans les cas pathologiques, les enfants peuvent réagir de différentes manières. Ils remplissent parfois les rôles qui leur ont été attribués, générant des troubles dans le futur, ce qui amènera le mineur à se rebeller plus tard dans la mesure où il se sent abandonné. Ce sentiment d’abandon est déterminé par la simple raison que la relation entre lui et le parent n’existe pas, ou presque, puisqu’il sent déjà que ses désirs ne sont pas propres, qu’ils sont imposés par les attentes parentales.

NOTE : Le contenu de cet article a été extrait de ce qui a fut exposé dans Les scénarios narcissiques de la parentalité de Juan Manzano.


A découvrir aussi