La théorie de la personnalité de Sigmund Freud

9 décembre 2017 dans Théories 190 Partagés

La théorie de la personnalité de Sigmund Freud a varié à mesure qu’il avançait dans son développement théorique. Pour Freud, la personnalité humaine est un produit de la lutte entre nos pulsions destructrices et la recherche du plaisir.

La construction de la personnalité devient un produit : le résultat de la façon dont chaque personne lutte contre ses conflits internes et les demandes de l’extérieur. La personnalité marquera ainsi la manière dont chacun s’en sortira socialement et fera face à ses conflits : internes et externes.

Freud, médecin neurologue autrichien et père de la psychanalyse, a exposé cinq modèles pour conceptualiser la personnalité : topographique, dynamique, économique, génétique et structurel. Ces cinq modèles tentent de donner forme à un schéma complet où peut s’articuler la personnalité de chacun d’entre nous.

Modèles de la théorie de la personnalité de Sigmund Freud

Une des caractéristiques de la personnalité de Freud est qu’elle est structurelle. Les modèles que nous vous présentons dans la suite de cet article ne doivent pas être considérés comme une vérité absolue. Cependant, ce sont des outils d’une grande utilité pour pouvoir comprendre la dynamique de la psyché humaine. Même s’ils s’expliquent séparément, tous sont liés entre eux.

1- Modèle topographique

Freud a utilisé la métaphore des parties de l’iceberg pour faciliter la compréhension des trois régions de l’esprit. La pointe de l’iceberg, celle que l’on voit, équivaut à la région constante. Elle serait liée à tout ce que l’on peut percevoir dans un moment particulier : perceptions, souvenirs, pensées, fantasmes et sentiments.

La part de l’iceberg qui est submergée, mais qui peut quand même être visible, équivaut à la région pré-consciente de l’esprit. Elle est liée à tout ce dont on est capable de se souvenir : des moments qui ne sont plus disponibles dans le présent mais qui peuvent être apportés à la conscience.

La plus grande partie de l’iceberg qui reste occulte sous l’eau équivaut à la région inconsciente. Dans cette zone resteraient gardés tous les souvenirs, les sentiments et les pensées inaccessibles à la conscience. Elle garde des contenus qui peuvent être inacceptables, désagréables, douloureux, conflictuels, et surtout angoissants pour la personne.

montagne enneigée

2- Modèle dynamique

Ce modèle est possiblement l’un des plus difficiles à comprendre dans la théorie de la personnalité de Sigmund Freud. Il est lié à la dynamique psychique qui se produit dans l’esprit du sujet, entre les pulsions qui cherchent la gratification outre mesure et les mécanismes de défense qui veillent à les interdire.

La dynamique psychique régulatrice a pour objectif primordial de veiller à ce que chaque personne puisse s’en sortir et s’adapter au milieu social. Les mécanismes de défense qui dérivent de ce modèle sont : répression, formation réactive, déplacement, fixation, régression, projection, introjection et sublimation ; il s’agit du pilier important de la théorie de la personnalité de Sigmund Freud.

3- Modèle économique

Il est lié à au mode de fonctionnement de ce que Freud a appelé “pulsion”, laquelle peut être définie, grosso modo, comme l’énergie qui nous pousse à trouver un but précis. La pulsion, c’est le moteur et l’énergie qui nous meuvent. En ce sens, Freud considérait que tout comportement était motivé par les pulsions, divisées en pulsion de vie (Eros) et pulsion de mort (Thanatos).

La pulsion de vie est liée à la capacité d’auto-conservation de l’individu, pulsion pour créer, se protéger, se lier. En revanche, la pulsion de mort est liée aux tendances destructrices de l’être humain envers soi-même ou envers l’autre, les liant avec le principe de Nirvana qui est le rien, la non-existence, le vide.

4- Modèle génétique

Ce modèle suit les cinq étapes du développement psycho-sexuel. Il se caractérise par la recherche de gratification dans les zones érogènes du corps, dont l’importance dépend de l’âge. Freud a découvert que l’adulte n’est pas le seul à trouver de la satisfaction dans les zones érogènes, mais que l’enfant le fait aussi. La gratification excessive ou la frustration soudaine découlant de ces étapes font que se développent certains types de personnalité.

Les étapes ou stades du développement psycho-sexuel, dans la théorie de la personnalité de Sigmund Freud, sont :

  • Etape orale : de 0 à 18 mois. Le foyer du plaisir est la bouche : sucer, embrasser et mordre. L’obsession dans cette phase est liée à une personnalité orale réceptive, cherchant à atteindre le plaisir via la bouche (fumer, manger davantage, etc). Au contraire, la frustration soudaine est liée à une personnalité orale agressive : elle procure le plaisir en étant agressivement verbale et hostile avec les autres.
  • Etape anale : de 18 mois à 4 ans. Le foyer du plaisir est l’anus : retenir et expulser. Un contrôle très strict de cette étape est lié à une personnalité mesquine. Ou au contraire à une personnalité détendue.
  • Etape phallique : de 4 à 7 ans. Le foyer du plaisir se centre sur les parties génitales. La masturbation à ces âges est assez commune. C’est à cette étape que se résout le complexe d’Oedipe, ce complexe qui structure la personnalité et qui sert à accepter les normes sociales de la part de l’individu.
  • Etape de latence : de 7 à 12 ans. Au cours de cette période, Freud a supposé que la pulsion sexuelle s’effaçait du service de l’apprentissage pour faciliter une intégration culturelle du sujet dans son environnement.
  • Etape génitale : 12 ans et plus. Elle représente l’apparition de la pulsion sexuelle dans l’adolescence, dirigée plus spécifiquement envers les relations sexuelles. L’identité sexuelle d’homme ou de femme se réaffirme.

mains d'un père et de sa fille

5- Modèle structurel

Ce modèle dans la théorie de la personnalité de Sigmund Freud se démarque par la séparation de l’esprit en trois instances. Ces trois instances se développeraient au fil de l’enfance. Chaque instance a des fonctions différentes qui agissent à différents niveaux de l’esprit, mais de manière conjointe pour former ainsi une structure unique de personnalité.

  • Le Ca : c’est la part primitive et innée de la personnalité, dont le seul but est de satisfaire les pulsions de la personne. Elle représente les besoins et les désirs plus plus élémentaires, les pulsions.
  • Le Moi : il évolue selon l’âge et agit comme un intermédiaire entre le Ca et le Surmoi. Il représente la manière dont on fait face à la réalité.
  • Le Surmoi : il représente les pensées morales et éthiques reçues de la culture. Il représente la loi et la norme.

Pour conclure, il est important de signaler que les modèles interagissent entre eux. Ils font de la personnalité un ensemble dynamique de caractéristiques psychiques qui conditionnent le mode selon lequel chaque personne agit face aux circonstances qui se présentent.

“Le prix que l’on paie pour notre civilisation avancée est une perte de bonheur au travers de l’intensification du sentiment de culpabilité.”

-Sigmund Freud-

A découvrir aussi