Le changement de paradigme dans l’éducation

· 6 janvier 2019

Il est absurde de penser qu’après les incroyables progrès technologiques qui ont eu lieu lors des deux dernières décennies, un secteur de la société pourra être « contaminé » par leur effet. Dans de nombreux cas, il est vrai que la technologie avance plus rapidement que notre capacité à nous actualiser. Cependant, ce n’est pas le cas avec les nouvelles générations. Celles-ci ont grandi avec un biberon dans une main et une tablette dans l’autre.

Il ne s’agit pas de quelques secteurs plus ou moins intéressés par le changement. Ce sont nos enfants et nos ados qui apportent ce changement avec eux. C’est leur façon de comprendre et de se lier au monde qui a évolué. Un système éducatif qui n’avance pas au même rythme et n’est pas en consonance avec cet environnement artificiel mais réel peut leur faire perdre un temps précieux. Un temps qu’ils ne pourront pas récupérer.

En quoi consiste le changement de paradigme dans l’éducation ?

En fait, le système linéaire et traditionnel d’éducation n’a plus sa place dans nos schémas. Nous avons passé plusieurs années à sentir que les changements se rapprochaient mais ne se concrétisaient pas. Les professeurs, les parents et même les enfants en ont été tenus pour responsables. Le taux d’abandon scolaire est très élevé. Nos enfants s’ennuient en classe (beaucoup peuvent penser que ça a toujours été le cas, mais ce n’est pas une raison pour que ça continue à l’être).

Il ne s’agit pas seulement de petits ajustements ou de rajouts sur ce qui a déjà été construit. Nous parlons d’un changement profond dans les institutions éducatives. Des changements au niveau des moyens utilisés, dans la façon de transmettre des contenus et de les acquérir.

Les valeurs dont nous sommes les modèles doivent aussi changer. Tout comme les façons dont nous acquérons des habiletés. Ceci n’était pas une priorité dans le système éducatif traditionnel. Cependant, nos jeunes vont en avoir besoin dans leur vie d’adulte.

changement de paradigme dans l'éducation

Education linéaire face à éducation horizontale

Nos enfants apprennent beaucoup plus sur Internet et avec leurs amis que dans les salles de classe. Ce n’est plus le professeur qui possède les informations. Celles-ci se trouvent sur de nombreux écrans, sur de nombreux portails. Les enfants savent comment les chercher. Quand quelque chose les intéresse, ils n’ont plus à attendre que quelqu’un le leur montre. Nous verrons probablement un changement important au niveau de la figure du professeur lors de ces prochaines années. Les élèves d’aujourd’hui ont besoin de figures qui les guident et pas de personnes qui leur fournissent des informations qui sont déjà à leur portée.

L’éducation linéaire se base sur une transmission de l’information totalement déconnectée d’un sens émotionnelle. Ce type d’éducation présuppose que l’enfant est ignorant et qu’il faut le compléter. Elle souligne la différence entre le professeur et l’élève. Il n’y a pas de dialogue ou de créativité. Les apprentissages sont volatiles, l’élève est passif.

Les nouvelles tendances d’éducation horizontale proposent que l’élève soit celui qui cherche la connaissance. Selon ce modèle, il est capable de penser et l’apprentissage de l’expérience est vital. Le professeur doit se centrer davantage sur les compétences que sur le contenu et savoir résoudre des situations d’apprentissage.

« Les émotions et la motivation dirigent l’attention et décident de ce qui va être appris. »

-Begoña Ibarrola-

Émotions et motivation

Ce que nous présentions depuis longtemps est devenu réalité. Les émotions positives améliorent notre compréhension et nos souvenirs, tout en motivant l’apprentissage. Elles le favorisent parce qu’elles renforcent les connexion synaptiques et l’activité de nos réseaux neuronaux.

Ainsi, la neuroéducation est un outil précieux qui facilitera le travail des professeurs lorsqu’ils devront développer les habiletés personnelles et les aptitudes de leurs élèves. Le processus d’apprentissage sera facilité. Les professeurs en sauront plus sur le fonctionnement du cerveau, la relation qu’il a avec le comportement et le rythme d’apprentissage des enfants.

Par ailleurs, il est très positif que les professeurs savent comment un cerveau apprend, comment il contrôle les émotions ou traite les informations. L’époque où l’on organise un cours en s’appuyant sur un livre est révolue.

Affronter les défis du XXIème siècle

Il y a un déficit important de profils professionnels qui sont à la hauteur des besoins des entreprises actuelles. Notre environnement de travail a changé de manière significative. Notre vieux système éducatif est basé sur la révolution industrielle et sur les besoins professionnels de cette même époque. Nous ne pouvons plus former nos jeunes de cette façon car le marché du travail a besoin de mains avec des habilités différentes. Au lieu de répéter les choses, nous devons innover avec intelligence.

La créativité, le travail d’équipe, la résolution de conflits, l’esprit critique, les capacités de leadership et d’innovation sont des habilités que les entreprises recherchent dans les curriculums. Ce que vous avez étudié est important, bien sûr, mais la manière dont vous vous présentez et ce que vous êtes capable de faire le sont encore plus. C’est la seule façon de permettre aux jeunes d’affronter leur future réalité professionnelle.