Ennui et intelligence : quelle est la relation ?

12 juin 2018 dans Actualité et psychologie 0 Partagés
Ennui et intelligence

Penser que quelqu’un qui s’ennuie facilement n’a aucune capacité de divertissement ou manque de créativité est une erreur. En réalité, selon de nombreuses études, il existe une relation entre l’ennui et l’intelligence. En effet, des niveaux intellectuels élevés indiquent un ennui moindre.

En ce qui concerne les enfants, certaines attitudes de leurs parents sont susceptibles de les étouffer, les submerger et même les saturer. Par exemple, la tendance généralisée consistant à penser que plus ils compléteront leur emploi du temps par des activités parascolaires (langues, sports, culture…) plus ils apprendront (et plus le futur sera prometteur), est une autre erreur

En effet, il est important que la quantité de stimulation qu’un enfant reçoit ne soit pas inférieure à un certain niveau. Il convient également qu’il se nourrisse de multiples relations affectives et personnelles. Cependant, les inciter à réaliser trop d’activités peut générer une sur-stimulation très peu salutaire.

Par conséquent, les efforts réalisés par de nombreux parents pour garder leurs enfants constamment occupés va souvent à l’encontre de l’intérêt qu’ils poursuivent. Ainsi, il est parfois nécessaire d’écouter les plus jeunes prononcer un « je m’ennuie », car ils peuvent alors utiliser leurs capacités créatives et artistiques. Ils peuvent faire face à ce vide : « Et maintenant, que dois-je faire ? »

Ennui et intelligence

D’où peut naître l’ennui ?

Il existe certaines tâches auxquelles nous tenons beaucoup car elles nous génèrent beaucoup satisfaction. D’un autre côté, lorsque nous les finissons ou que nous les répétons très souvent, nous pouvons ressentir un profond sentiment de vide et de désir de changer et de faire quelque chose de différent.

Si ce sentiment est occasionnel, il s’agit alors d’un signal ou d’un outil nous alertant d’une défaillance de notre motivation. Par exemple, il peut s’agir d’un signal associé à une baisse de notre intérêt pour le travail que nous accomplissons. Cependant, ce sentiment ne nous paralyse généralement pas, bien au contraire. Cela nous pousse à chercher une autre activité qui nous divertit et qui nous donne davantage de valeur.

Quotient intellectuel élevé, moins d’ennui

La relation entre l’ennui et l’intelligence a été révélée par une recherche publiée dans le Journal of Health Psychology. Cette dernière garantit que les personnes possédant un quotient intellectuel élevé s’ennuient moins facilement. La raison serait qu’elles passent une bonne partie de leur temps à se concentrer sur leurs pensées. Cela les divertit, les motive et les stimule.

En revanche, toujours selon cette étude, les personnes qui n’ont pas de grandes capacités intellectuelles ont besoin de réaliser un plus grand nombre d’activités, lesquelles guident en quelque sorte leur attention afin de parvenir à « remplir » leur journée et stimuler leur esprit. L’étude mentionne, par exemple, le fait de faire du sport. Cela ne signifie pas pour autant que les personnes intelligentes ne doivent pas ou n’aiment pas socialiser ou réaliser des activités physiques.

Nous trouvons une autre recherche allant dans le même sens. Cette dernière a été menée par la Singapore Management University et la London School of Economics and Politics Science. Elle conclut que les personnes plus intelligentes préfèrent consacrer de longues heures à leurs buts et objectifs plutôt que de socialiser avec d’autres personnes. Curieux, n’est-ce pas ?

L’ennui et l’intelligence chez les enfants possédant des capacités élevées

Dans le cas des enfants surdoués, la situation précédente est inversée. Les enfants très précoces en terme d’apprentissage et possédant des capacités élevées ont tendance à se ennuyer très souvent s’ils ne fréquentent pas des classes spécialisées et adaptées à leurs besoins éducatifs.

Le développement cognitif de ces enfants est supérieur à la moyenne de leurs pairs. Par conséquent, si le rythme des classes est inférieur à ce dont ils ont besoin pour continuer à progresser, l’ennui et la paresse se manifestent.

Dès lors, leur attitude en classe correspond à une lassitude permanente et à une grande facilité de distraction. Ils ne prêtent pas attention, ne font pas leurs devoirs et sont réticents avant, pendant et après l’école. Ils ont tendance à être très critiques envers leurs enseignants et montrent souvent une piètre performance académique.

Comme nous pouvons le constater, l’ennui et l’intelligence conservent une relation étroite. Mais nous devons également garder à l’esprit que tous les enfants n’agissent pas de la même manière ou ne s’ennuient pas de manière identique. Il existe bien évidemment des enfants très compétents qui ne se fatiguent pas ou ne se dispersent pas, tout comme il existe des enfants possédant des niveaux intellectuels inférieurs à la normale et qui s’ennuient excessivement. Vive les différences individuelles !

Santé, ennui et intelligence

L’ennui chez les enfants possédant des capacités élevées peut avoir de graves répercussions sur leur santé physique et mentale. Il peut même générer d’importants troubles sociaux, comportementaux et cognitifs. Par exemple, de graves difficultés d’adaptation et d’intégration dans leur groupe de pairs ainsi que des sentiments de frustration, d’impuissance qui, après un certains nombres d’années, se transforment en incompétence et anxiété.

Ces altérations peuvent s’aggraver si les professionnels de l’enfance confondent l’ennui résultant de leur haute intelligence avec d’autres troubles ou pathologies. Par exemple, avec le TDAH, qui provoque également une déconcentration en classe, ou avec des problèmes d’apprentissage ou des altérations de la personnalité.

ennui et intelligence

Chez les adultes, l’ennui extrême et très fréquent peut causer de sérieux problèmes. Comme le souligne James Danckert, l’un des plus imminents experts en la matière, si nous expérimentons l’ennui de la sorte, nous auront davantage tendance à développer la dépression, l’anxiété ou des comportements addictifs. Par ailleurs, cela pourrait être la cause d’un trouble obsessionnel-compulsif ou de différentes somatisations dans la mesure où l’ennui possède un effet négatif puissant sur la santé physique et psychologique.

Cependant, s’ennuyer de temps à autre peut nous faire gagner en santé. Parfois, lorsque nous nous sommes sursaturés par le rythme quotidien, nous regrettons ces petits moments à « ne rien faire ». Il s’agit de moments à dédier à nous-même et  importants pour libérer l’esprit de temps en temps. Nous ferons dès lors attention à nos pensées internes, lesquelles peuvent également avoir quelque chose à nous dire.


A découvrir aussi