Découvrez le développement cognitif infantile au travers du regard de Piaget

30 octobre 2017 dans Psychologie 2 Partagés

Jean Piaget est une des grandes références dans l’étude du développement cognitif infantile. Il a consacré toute sa vie à l’étude de l’enfance, et a même observé ses propres enfants afin de révéler les secrets du développement infantile. Il est également connu avec Lev Vigotsky comme un des pères du constructivisme.

Une des théories les plus célèbres de Jean Piaget est sa division du développement cognitif infantile dans quatre états différenciés. Piaget cherchait avec cela à établir une théorie qui puisse expliquer le développement général de l’enfant. Cependant, aujourd’hui, on sait qu’on ne peut la considérer comme une théorie du développement général, car trop d’aspects ont été laissés de côté ; même ainsi, cette classification est un guide utile pour comprendre comment nous développons notre capacité logique-arithmétique dans l’enfance.

Les états du développement cognitif infantile

Beaucoup de psychologues pensaient que le développement était donné par un phénomène accumulatif, où sont générées de nouvelles conduites et de nouveaux processus cognitifs. En revanche, Piaget, après ses études, a formulé une théorie du développement basée sur des étapes qualitatives ; où l’enfant accumulerait des capacités, mais tôt ou tard cette accumulation le ferait changer son mode de pensée de manière qualitative.

Piaget a divisé le développement cognitif infantile en trois états avec une série de sous-états, et a plus tard terminé ce travail en élargissant à quatre le nombre d’états différents. Ces quatre états sont : (a) l’état sensoriel moteur, (b) l’état pré-opératoire, (c) l’état des opérations concrètes et (d) l’état des opérations formelles.

différentes étapes du développement cognitif infantile

Période sensorielle motrice

Cet état est antérieur à l’apparition du langage, et il s’étend depuis la naissance jusqu’à environ deux ans. Cette période se caractérise par la capacité reflétée de l’enfant. La vie de l’enfant à cette période consiste à lier sa capacité perceptive à sa capacité motrice. Dans son esprit n’existent que des concepts pratiques, tels que celui de savoir comment manger, ou bien comment attirer l’attention de sa mère.

Peu à peu, au fil de cette période, l’enfant généralise les événements de son environnement et crée des schémas sur le fonctionnement du monde. Du fait de l’intersection des schémas, l’enfant développe la permanence de l’objet, et comprend que les objets existent comme des entités étrangères à lui. Avant de mettre en place cette idée dans ses schémas, si l’enfant ne peut pas voir, entendre et toucher un objet, il pensera qu’il n’existe pas.

La fin de cette étape est marquée par l’apparition du langage. Le langage de l’enfant suppose un changement profond dans ses capacités cognitives. Ce dernier vient généralement accompagné de la fonction sémiotique : la capacité de représentation des concepts au travers de la pensée. L’enfant passerait donc d’un esprit purement pratique à un esprit qui agit aussi au niveau représentatif.

Etat pré-opératoire

Cette étape se déroule chez l’enfant entre ses deux et ses sept ans. Il s’agit là d’une période de transition où l’enfant commence à développer et considérer sa capacité sémiotique. Même s’il a déjà acquis un niveau de représentation, son esprit diffère encore assez de celui d’un adulte. Sa pensée est “égocentrique”.

L’enfant est “égocentrique” car sa pensée est totalement centrée sur lui-même. L’enfant est incapable de distinguer le physique du psychique, et l’objectif du subjectif. Pour lui, son expérience subjective est la réalité objective qui existe de la même manière pour tous les individus ; cela nous montre un manque de la Théorie de l’esprit. A partir de 4 ans, il commencera à abandonner cet égocentrisme et à développer une Théorie de l’esprit.

développement cognitif infantile

Au cours de cette période, on note aussi des difficultés chez l’enfant à comprendre que l’univers est changeant. Il est capable de comprendre les états, mais pas la transformation de la matière. Par exemple, si on montre à un enfant un verre rempli d’eau, puis qu’on transvase cette eau dans un verre plus étroit et plus haut, il pensera que le deuxième verre contient plus d’eau que le premier. L’enfant est incapable de comprendre le fait que transformer quelque chose ne change pas la quantité de matière qui existe.

Etat d’opérations concrètes

Cette période s’étend entre sept et onze ou douze ans. L’enfant a réussi à abandonner la confiance pleine qu’il avait en ses sens. Ici, on peut voir le développement d’une série de concepts ; par exemple, l’enfant sait désormais que les transformations de forme n’altèrent pas la quantité de matière.

L’enfant commence à construire une logique de classes et des relations autres aux informations perceptives. Il comprend les transformations et sera capable de comprendre qu’elles peuvent se donner en sens inverse (ajouter au lieu d’ôter, par exemple). D’autre part, il sera aussi capable de réaliser ces opérations en les représentant dans son esprit, sans avoir à les réaliser avec des objets présents et concrets.

Même s’il contrôle les opérations et la logique, il ne peut les réaliser qu’avec des objets concrets dont il connaît le comportement. Il est incapable de théoriser sur ce qu’il ne connaît pas ou sur ce qui sort de sa connaissance perceptive. Cette capacité, il l’atteindra dans l’état suivant.

Etat des opérations formelles

Il s’agit là du dernier état de développement où l’enfant se transformera en un adulte au niveau cognitif. Cet état se caractérise par l’acquisition de la pensée scientifique. L’enfant peut ne plus seulement raisonner sur le réel, mais aussi sur le possible.

petite fille qui veut voler

Cette période se caractérise par la capacité à émettre des hypothèses et à examiner les possibles conséquences de ces éventualités hypothétiques. L’enfant a bien perfectionné ses processus de test et n’accepte pas les opinions sans les soumettre à examen.

A partir de ce moment, l’enfant commencera à acquérir de nouvelles connaissances et de nouveaux instruments intellectuels. Ces derniers lui permettront de se développer en tant qu’adulte compétent dans la société. Cependant, il s’agit là du dernier état, donc l’enfant ne connaîtra plus d’évolution qualitative : il pourra être plus rapide et plus précis au moment de ses opérations mentales, mais il pensera toujours de la même façon.

Maintenant que vous en savez davantage sur la théorie du développement cognitif infantile de Piaget, croyez-vous que les enfants se développent au travers de ces étapes, ou peut-être cette théorie reste-elle coupée au moment d’expliquer le développement humain dans sa totalité ?

A découvrir aussi