L’amour sans tendresse ne me convient pas, il n’est pas authentique

14, mai 2017 dans Emotions 2428 Partagés

L’amour sans tendresse ne me convient pas, je n’en veux pas. Il n’est pas authentique. Parce que pour moi, c’est le langage le plus savant et le plus délicat de l’affection. Dans chaque mot, dans chaque geste, dans chaque câlin offert avec tendresse, on ouvre le flacon de nos essences les plus intimes, celles qui réaffirment notre lien avec la personne aimée.

“Tendresse”, c’est le genre de mot que nous ne trouvons plus que dans le musée des actions oubliées. De plus, nous ne sommes pas tou-te-s faits de ce matériau dans lequel l’affection comble tous ses chemins, ses filons, ses recoins pour donner un véritable sens à l’amour. On a besoin d’une certaine sérénité, d’un certain calme intérieur pour nous recréer dans ces subtilités dans lesquelles s’inscrivent les caresses et cette tendresse qui effleure la peau et qui fait battre le cœur.

“Rien n’est petit dans l’amour. Ceux qui attendent les grosses opportunités pour démontrer leur tendresse ne savent pas aimer
-Laure Conan-

Paul Ekman, un des psychologues les plus connus dans les études des émotions, défend dans un travail en 1999 que la tendresse est une émotion basique que nous avons beaucoup négligée. À travers elle, on équilibre aussi bien le besoin d’attention, l’affection, l’empathie et ce besoin de proximité grâce à laquelle on donne de la sécurité et de l’attention.

La tendresse est, par-dessus tout, un don de soi et l’expression la plus authentique de l’affection.

L’exercice quotidien de la tendresse nous rend digne

La tendresse nous rend plus digne en tant qu’êtres humains. Elle nous permet d’intégrer une connaissance dans laquelle la simplicité acquiert enfin cette essence plus digne et plus sage qui fait tomber les artifices, les égoïsmes et les matérialismes, pour que nous nous retrouvions peau contre peau et cœur contre cœur face à l’être aimé.

Il y a toutefois un aspect que nous ne pouvons oublier. Comme nous l’avons fait remarquer, tout le monde ne sait pas ou ne peut pas offrir une authentique tendresse. On a besoin d’une bonne dose de paix intérieure, de maturité émotionnelle et de connaissance de soi. Parce que pour aimer passionnément et respecter avec tendresse, on a besoin d’offrir le meilleur de soi, et tout ceci est impossible quand on fuit de ce que l’on est.

De plus, un autre aspect à prendre en compte par rapport à l’exercice quotidien de la tendresse est qu’elle ne s’exprime pas seulement dans les moments les plus intimes. Dans l’art de la sexualité, cette dimension s’exprime dans le corporel. Cependant, celleux qui sont passé-e-s maître-sse-s dans l’acte de soi par l’affection savent que la tendresse est la proximité et le désir de se recréer dans le langage de l’affection pour combler le cœur de l’autre personne.

L’affectivité comme chemin de la connaissance de soi

On ne nous a jamais appris les règles de l’amour le plus enrichissant, celui qui ne blesse pas, celui qui nous permet de grandir. Aucun livre ne nous l’a montré ou enseigné, mais nous l’avons vu et vécu lors de cette enfance au cours de laquelle on initie chaque enfant au monde des affections, d’une façon plus ou moins correcte.

La tendresse est le lien le plus puissant, indispensable pour fortifier un attachement plus sain et plus fort entre un enfant et ses parents. C’est aussi le soutien émotionnel le plus important pour un enfant. Plus tard, nous intégrerons toutes ces significations, ces gestes et ces rituels d’affectivité avec les êtres que nous aimons.

Cela nous démontre que la tendresse devrait être présente tout au long de notre cycle de vie. Parce que l’attention, les caresses et l’affection révèlent une éducation correcte des sentiments.

En les mettant en pratique sans réticence et sans peur, notre façon de communiquer devient plus adroite. Nous savons choisir les mots pour nous plonger dans les regards, nous sommes des architectes savant-e-s de cette proximité qui nourrit l’affection, qui calme les peurs et qui étouffe les doutes. Parce que rien n’est plus puissant qu’une étreinte quand l’être aimé en a le plus besoin, mais il est encore plus satisfaisant d’en offrir une sans qu’il existe une raison concrète. Juste parce que c’est notre cœur qui le demande.

Une fois que l’on a vu cela, on sait que le plus important est de “nous élever” dans la maîtrise de l’affectivité et d’exceller à l’école de la tendresse. Il n’y a que comme ça que nous réussirons à construire des liens plus solides, plus significatifs. Car qu’on le croie ou non, ce qui donne réellement de la force et du courage à l’amour sont la tendresse, l’attention et cette affection qui s’inscrit dans les choses les plus simples, les plus élémentaires du quotidien.

Nous ne pouvons pas oublier que l’expression de la tendresse est douce, délicate et courageuse. Parce que cela nous oblige aussi à ouvrir le coffre de nos propres essences pour les partager sans peur avec l’être aimé. Nous nous laissons découvrir sans murs et sans défenses pour niveler chaque chemin et permettre une rencontre plus entière et en même temps plus exceptionnelle.

Parce qu’en fin de compte, la tendresse est ce qui donne de la force au vieil homme, ce qui fait dormir l’enfant et ce qui désarme l’homme…