L'amour sans tendresse ne me convient pas, il n'est pas authentique

L'amour sans tendresse ne me convient pas, il n'est pas authentique

Dernière mise à jour : 14 mai, 2017

L’amour sans tendresse ne me convient pas, je n’en veux pas. Il n’est pas authentique. Parce que pour moi, c’est le langage le plus savant et le plus délicat de l’affection. Dans chaque mot, dans chaque geste, dans chaque câlin offert avec tendresse, on ouvre le flacon de nos essences les plus intimes, celles qui réaffirment notre lien avec la personne aimée.

“Tendresse”, c’est le genre de mot que nous ne trouvons plus que dans le musée des actions oubliées. De plus, nous ne sommes pas tou-te-s faits de ce matériau dans lequel l’affection comble tous ses chemins, ses filons, ses recoins pour donner un véritable sens à l’amour. On a besoin d’une certaine sérénité, d’un certain calme intérieur pour nous recréer dans ces subtilités dans lesquelles s’inscrivent les caresses et cette tendresse qui effleure la peau et qui fait battre le cœur.

Paul Ekman, un des psychologues les plus connus dans les études des émotions, défend dans un travail en 1999 que la tendresse est une émotion basique que nous avons beaucoup négligée. À travers elle, on équilibre aussi bien le besoin d’attention, l’affection, l’empathie et ce besoin de proximité grâce à laquelle on donne de la sécurité et de l’attention.