La théorie de l'évitement cognitif de Borkovec : que fuyez-vous ?

Parfois, nous choisissons de rester à la maison et de ne pas aller à une fête parce que nous craignons d'être exposés à la société. Parfois, nous reportons des tâches, des projets et plus d'une obligation, parce que nous avons peur d'échouer, parce que notre auto-exigence nous bloque. Souvent, lorsque nous passons une mauvaise journée, nous passons des heures interminables sur nos mobiles à regarder des mèmes et des vidéos.
La théorie de l'évitement cognitif de Borkovec : que fuyez-vous ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 21 janvier, 2023

En tant qu’êtres humains, nous sommes programmés pour éviter la souffrance et rechercher le plaisir, la sécurité. Cependant, dans notre tentative d’éviter les situations inconfortables, nous arrivons à cristalliser l’inconfort. De cette façon, quelque chose que la théorie de l’évitement cognitif de Borkovec nous indique est que ce que ces types de résolutions mentales réalisent est de renforcer la perception de la peur.

L’évitement procure un soulagement temporaire, c’est vrai, mais nous devons penser au coût que ce comportement a sur nos vies. Le trouble d’anxiété généralisée (TGA), par exemple, repose sur cette approche psychologique qui, au lieu d’aborder certaines réalités, choisit d’imaginer des événements catastrophiques et justifie ainsi le besoin de s’évader.

Que pouvons-nous faire dans ce genre de circonstances épuisantes ?

Connaître nos schémas d’évitement peut nous permettre d’aborder ce qui nous fait peur afin de réduire la quantité d’anxiété qui limite notre existence.

Adolescent pensant à la formule mathématique sur le tableau symbolisant la théorie de l'évitement cognitif de Borkovec
Les gens s’habituent très tôt à éviter ce qui nous met mal à l’aise.

3 clés pour comprendre la théorie de l’évitement cognitif de Borkovec

Le “faites-le malgré la peur” ne fonctionne pas toujours. Nous aimerions pouvoir réagir la première fois dans toutes ces situations qui nous angoissent, mais ce n’est pas comme ça. Les gens tergiversent non pas parce que nous sommes paresseux, mais parce que certaines tâches nous causent de la peur ou de l’anxiété.

Certaines personnes tombent dans l’alcoolisme ou d’autres comportements addictifs parce qu’elles ont besoin d’échapper à la souffrance. Il y a ceux qui se sentent blessés, ceux qui portent leurs traumatismes et au lieu de s’adresser à eux, ils crient sur leurs partenaires et projettent leurs frustrations sur eux.

Les gens reportent, évitent, éludent et échappent à ce qui nous dérange dans une vaine tentative de croire certaines réalités qui n’existent pas. Cela nous donne un sentiment de contrôle trompeur.

Cependant, avec ce mécanisme déficient pour échapper à ce que nous n’aimons pas, nous augmentons nos quotas d’inquiétude. Parce que les émotions de valence négative sont toujours là, latentes. La douleur émotionnelle, l’angoisse, la peur et la frustration sont la forge qui intensifie les pensées négatives et obsessionnelles. À long terme, ce que fait l’esprit évitant, c’est renforcer la souffrance psychologique.

La théorie de l’évitement cognitif de Borkovec explique comment ce mécanisme fonctionne et comment nous pouvons le désactiver.

L’inquiétude et le dysfonctionnement émotionnel sont à l’origine de nos comportements d’évitement.

Quand on pense que tout ira mal

Dans une étude de 2006, le psychiatre et professeur de l’Université de Pennsylvanie, Thoma Borkovec, a défini une théorie pour expliquer ce qui se cache derrière le comportement d’évitement. Souvent, les gens s’efforcent de trouver une solution mentale à un problème. Cependant, dans cette tentative, tout ce que nous pouvons faire, c’est imaginer des résultats encore plus négatifs et catastrophiques.

Pour le comprendre, nous allons donner un exemple simple. Ce week-end je dois donner une conférence et cette situation me rend anxieux. J’essaie de réfléchir à ce qu’il faut faire pour réussir et que tout se passe bien, mais je pense seulement que je vais me tromper et que je vais me ridiculiser. Par conséquent, puisque je crois que je ne pourrai pas faire face à cette situation, ce que je choisis, c’est d’éviter cette situation et de dire que je suis malade.

La peur et les pensées négatives qui renforcent certaines idées nous font penser que certaines situations échappent à notre contrôle. Cette perception, qu’il y a des domaines de notre vie que nous ne pouvons pas contrôler, suscite de l’anxiété et pour l’apaiser, nous choisissons d’éviter ce à quoi nous devrions faire face. Cette expérience psychologique est à la base des troubles anxieux.

Dysfonctionnement émotionnel et sensations somatiques

Le cerveau aime deux choses : la sécurité et penser qu’il a tout sous contrôle. Cependant, la vie est incertaine et, s’il est vrai qu’il existe de nombreux domaines que nous pouvons contrôler, il y en a beaucoup d’autres qui échappent à notre contrôle. Savoir naviguer entre certitudes et incertitudes est un exercice de bien-être et de courage.

Or, la théorie de l’évitement cognitif de Berkovec nous révèle un deuxième aspect. Il existe une rétroaction entre les émotions à valence négative et les pensées dysfonctionnelles. D’un côté, il y a la peur, la honte, l’anxiété, mais de l’autre, il y a ces idées catastrophiques qui intensifient encore ces états émotionnels.

De même, plus ce cercle d’inquiétude est intense, plus il est fréquent que des altérations somatiques surviennent (maux de tête, tensions musculaires…). Tout cela crée un schéma de souffrance plus intense et débilitant. Les comportements d’évitement sont intensifiés afin de réduire cet inconfort physique.

Par exemple, je sais que je devrais commencer mon projet final, mais le simple fait d’y penser me donne mal au ventre. Je pense que ça va mal tourner, que je vais échouer et ça me fait très mal. Alors je décide de mettre ça de côté et de faire quelque chose qui me fait du bien, comme sortir avec mes amis. Évidemment, plus je tergiverse, moins j’aurai de temps pour accomplir cette tâche et plus je ressentirai d’anxiété.

Derrière nos comportements d’évitement se cachent des réalités sous-jacentes que nous devons aborder et résoudre.

Homme pensant à la théorie de l'évitement cognitif de Borkovec
L’inquiétude favorise également l’apparition de troubles somatiques. Tout cela renforce encore plus le comportement d’évitement.

Comment gérer vos comportements d’évitement

Comme l’a souligné le psychiatre Carl Jung, ce que vous acceptez vous transforme, ce que vous niez vous soumet. C’est le mantra que nous devrions intérioriser pour faire face à nos comportements de fuite et de déni. Pour cette raison, la théorie de l’évitement cognitif de Borkovek affecte le fait que nous hébergeons tous des comportements d’évasion que nous devrions examiner, détecter, affronter…

Réfléchissons-y. Parfois, pour réduire la brûlure de l’anxiété et du stress, nous allons faire du shopping et finissons par acheter des articles dont nous n’avons pas besoin. D’autres personnes choisissent de se déconnecter mentalement et passent des heures sur le mobile. Et, évidemment, il y a aussi ceux qui tombent dans des comportements contre-productifs comme les addictions ou les troubles alimentaires.

Derrière l’évitement se cachent la peur, l’anxiété, le malheur, les traumatismes et une foule de réalités inconfortables que nous n’abordons pas. Ces dimensions sont poreuses et imprègnent nos pensées, apportant des inquiétudes chroniques, des idées dysfonctionnelles et irrationnelles. Que faire alors face à ce panorama psychologique adverse ?

Vous devez faire face à ces expériences internes afin d’avoir un meilleur contrôle sur les expériences externes. La fugue ne résout rien, elle agrandit l’abîme de la souffrance et c’est à l’origine de la plupart de nos problèmes mentaux. Cherchons une aide spécialisée et portons notre attention sur ce qui compte vraiment : sur ce à quoi nous échappons.

Cela pourrait vous intéresser ...
Déclencheurs de traumatismes : de quoi s’agit-il ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Déclencheurs de traumatismes : de quoi s’agit-il ?

Les déclencheurs de traumatismes sont des stimuli qui activent la mémoire involontaire d'expériences douloureuses d'hier.



  • Hirsch CR, Mathews A. A cognitive model of pathological worry. Behav Res Ther. 2012 Oct;50(10):636-46. doi: 10.1016/j.brat.2012.06.007. Epub 2012 Jul 7. PMID: 22863541; PMCID: PMC3444754.
  • Newman MG, Llera SJ. A novel theory of experiential avoidance in generalized anxiety disorder: a review and synthesis of research supporting a contrast avoidance model of worry. Clin Psychol Rev. 2011 Apr;31(3):371-82. doi: 10.1016/j.cpr.2011.01.008. Epub 2011 Jan 26. PMID: 21334285; PMCID: PMC3073849.
  • Sibrava, N. J., & Borkovec, T. D. (2006). The Cognitive Avoidance Theory of Worry. In G. C. L. Davey & A. Wells (Eds.), Worry and its psychological disorders: Theory, assessment and treatment (pp. 239–256). Wiley Publishing. https://doi.org/10.1002/9780470713143.ch14

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.