Il n'y a pas de famille parfaite, car la perfection engendre le malheur

La famille la plus heureuse ne sera jamais une famille parfaite, mais ses membres se respecteront, accepteront leurs différences et veilleront à ce que chacun ait ses opinions, ses particularités et son espace.
Il n'y a pas de famille parfaite, car la perfection engendre le malheur
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 01 octobre, 2022

L’obsession d’avoir une famille parfaite a hanté l’esprit de nombreuses personnes pendant des siècles. Trop nombreux sont ceux qui rêvent d’avoir le partenaire idéal, les enfants les plus brillants, les plus obéissants et les plus beaux. Ils aspirent à avoir une maison dominée par l’harmonie, par des sourires constants, des vêtements et des jouets bien rangés, des petits déjeuners sans hâte et zéro dispute, larmes ou crises de colère.

Ceux qui rêvent de ce fantasme Disney sont voués à la déception. De plus, s’il est vrai que nous sommes habitués à voir fréquemment des images des familles les plus idylliques sur Instagram, il convient de rappeler que chacun choisit bien ce qu’il publie sur les réseaux sociaux. Vous montrez aux autres ce que vous aimez faire semblant, jamais ce que vous êtes vraiment.

Il suffit de sauter du monde numérique au monde réel pour découvrir, avec soulagement, que leur vie, comme celle de tout le monde, est loin d’être merveilleuse à 100 %. Et qu’il en soit ainsi est naturel, prévisible et même attendu. Car la cellule familiale est un organisme vivant, dynamique, changeant et doté aussi d’un certain chaos.

Des personnalités très différentes avec des goûts très différents vivent souvent dans la même maison. Le bruit, le désordre et plus d’une discussion qui se termine en claquant la porte ou en crises de colère règnent. Mais il y a aussi des rires, des câlins et un dialogue constant. Parce que les familles heureuses et authentiques sont les plus hétérogènes, bruyantes et imparfaites

Les personnes qui se concentrent sur la perfection de leurs enfants appliquent une parentalité irrespectueuse et autoritaire

famille parfaite en vacances
Les familles qui partagent du temps ensemble de manière détendue créent des liens plus enrichissants

La famille parfaite, une forme de souffrance

Tout comme il n’y a pas de personnes parfaites, il n’y a pas non plus de famille parfaite. Mais même ainsi, et malgré leurs défauts, ils peuvent être fonctionnels et aimants, des noyaux composés de parents et d’enfants qui savent aimer, respecter et grandir ensemble. Certains utilisent même le guide 80/20 pour mesurer la qualité et l’harmonie de leur propre cadre familial.

Tant que les dynamiques positives représentent 80 % et les problématiques 20 %, tout ira bien. Cette part de friction est toujours tolérable et même gérable. Il est courant d’avoir des petits différends avec nos parents, comme ça l’est aussi de finir toujours par se disputer à propos de la même chose avec nos frères et sœurs. Mais tant que ces affrontements occasionnels sont supportables, l’harmonie est garantie.

Le problème vient quand, presque aussi loin que nous nous souvenions, nous nous souvenons de nos parents se concentrant sur l’idée de construire une famille idéale. Ce désir impossible n’est atteint qu’en adhérant à des directives très rigides. Car celui qui rêve de perfection éduque dans le malheur et dérive dans des exigences excessives. Mais aussi dans l’autoritarisme et dans la volonté de façonner des esprits nés pour être libres et non assujettis.

Parents en quête de statut avec leurs enfants

Beaucoup de parents qui rêvent de fonder une famille parfaite le font en se concentrant sur leurs enfants. De nombreux parents aspirent à un statut grâce aux réalisations de leurs enfants. Les petits deviennent ainsi des trophées, des créatures obligées de se sacrifier pour répondre aux attentes psychologiques de leurs soignants.

Bien que cela puisse nous sembler frappant, il y a des parents hyper-compétitifs qui rivalisent avec d’autres parents pour voir qui a l’enfant le plus brillant, celui qui remporte le plus de prix, celui qui obtient les meilleures notes. De nombreux enfants sont aujourd’hui des moyens pour arriver à leurs fins, des projets à long terme de familles perfectionnistes qui aspirent à gravir les échelons sociaux grâce à leur progéniture…

Il y a des parents qui traitent leurs enfants comme des projets, comme des entités à modeler, pousser et conduire de force sur un chemin bien précis. Le but n’est autre que de renforcer son statut et de se sentir important.

La famille parfaite et l’autoritarisme

La recherche de la perfection familiale a un nom et s’appelle l’autoritarisme. Après tout, ce n’est qu’en penchant vers la norme rigide et non négociable, vers la punition et la sévérité pour avoir des enfants soumis, qu’on peut les contrôler. C’est ainsi qu’ils sont dominés pour en faire des enfants exemplaires, obéissants et axés sur la réussite.

Nous devons garder à l’esprit qu’éduquer à la perfection, c’est élever au malheur. Les attentes élevées et la domination minent le développement émotionnel, ainsi que le concept de soi et l’estime de soi. Nous ne pouvons pas ignorer le fait que ce style d’éducation est à son tour lié à une moins bonne compétence sociale de l’enfant (Steinberg et al 1994 ; Chen et al 1997 ; Zhou et al 2004 ; Martinez et al 2007 ; García et Gracia 2009 ; García et al. jusqu’en 2020).

parfait exemple de famille
Les familles authentiques aiment leurs proches pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils pourraient être.

Comment construire une famille imparfaite et heureuse

Soyons des bâtisseurs de familles heureuses, pas parfaites. Soyons des promoteurs de liberté, de rêve et de confiance en soi, et non de soumission, d’angoisse et d’insatisfaction. Les familles imparfaites sont constituées de vraies personnes, d’individus qui se respectent, qui se trompent, qui se disputent, qui se fâchent, mais qui savent s’entendre parce qu’ils s’aiment.

Réfléchissons à ces dimensions qui peuvent nous permettre d’atteindre plus facilement cette imperfection placide et satisfaisante.

Compréhension, empathie et flexibilité

La parentalité et la relation entre les soignants doivent être basées sur la validation émotionnelle. Aussi dans la compréhension et non dans la critique ou la menace. Les familles heureuses sont composées d’individus empathiques qui savent écouter, qui ne sont pas rigides dans leurs règles, mais appliquent une approche flexible et démocratique.

Du temps de qualité ensemble

Peu importe que les parents travaillent toute la journée. Les moments partagés en commun doivent être de qualité, même s’ils sont peu nombreux. De même, il doit y avoir une volonté authentique d’être avec la famille et le désir explicite de faire en sorte que nos proches se sentent bien. Des aspects tels que partager des déjeuners et/ou des dîners ensemble et parler de la façon dont notre journée s’est déroulée, par exemple, sont très significatifs.

Communiquer et savoir négocier

Des familles heureuses et authentiques savent communiquer, s’écouter, exprimer ce qu’elles veulent et penser sans peur et sans se juger. Il est vrai que, comme dans tout noyau social, des écarts et des différences surgissent. Cependant, quelque chose qui les définit, c’est de savoir arriver à des accords, savoir négocier.

Traditions et rituels familiaux

Les rituels familiaux sont des pratiques où tous les membres se réunissent pour accomplir quelque chose d’important qui est leur marque de fabrique. Quelque chose qui ne fait que les définir. Faire un voyage toujours à la même saison, jouer à certains jeux familiaux amusants ou avoir certaines coutumes enrichissantes en sont des exemples.

Un exemple de cela peut être d’avoir un bocal en verre où vous pouvez laisser des messages positifs pour vos enfants et vos parents : “Je t’admire, je suis fier de toi”, “J’aime comment tu es”, “tu as bien fait aujourd’hui”, etc.

Encourager l’indépendance

Contrairement aux familles autoritaires, les familles imparfaites n’éduquent pas dans la perfection, elles le font dans le bonheur. Cela signifie qu’ils guident leurs enfants à développer leurs propres rêves, afin qu’ils se sentent libres et capables de réaliser ce qu’ils veulent sans aucune imposition.

Accepter chaque membre de la famille pour ce qu’il est et non pour ce qu’il pourrait être, c’est avant tout un bien-être psychologique. Gardons-le à l’esprit.

Cela pourrait vous intéresser ...
La distanciation affective dans la famille, pourquoi cela arrive-t-il ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
La distanciation affective dans la famille, pourquoi cela arrive-t-il ?

La distanciation affective au sein de la famille est très fréquente, notamment entre parents et enfants. Nous analysons les déclencheurs de cette s...



  • Andersson Matthew A, Glass Jennifer, Simon Robin W. Users Beware: Variable Effects of Parenthood on Happiness Within and Across International Datasets. Social Indicators Research. 2012;115:945–961.
  • Avison William, Ali Jennifer, Walters D. Family Structure, Stress, and Psychological Distress: A Demonstration of the Impact of Differential Exposure. Journal of Health and Social Behavior. 2007;62:911–26.
  • Folbre Nancy. Valuing Children: Rethinking the Economics of the Family. Cambridge: Harvard Press; 2008
  • Glass J, Simon RW, Andersson MA. Parenthood and Happiness: Effects of Work-Family Reconciliation Policies in 22 OECD Countries. AJS. 2016 Nov;122(3):886-929. doi: 10.1086/688892. PMID: 28082749; PMCID: PMC5222535.
  • Steinberg L, Elmen JD, and Mounts NS. 1989. Authoritative parenting, psychosocial maturity, and academic success among adolescents. Child Dev. 60(6):1424-36.