La théorie de l’auto-détermination

· 6 décembre 2018
On utilise fréquemment le terme d'auto-détermination dans un contexte diplomatique et politique. Il sert à décrire le processus qu'un pays met en place pour affirmer son indépendance. Or, l'auto-détermination a aussi un sens beaucoup plus personnel et important pour la psychologie. 

Qu’est-ce que l’auto-détermination ? Il s’agit de la capacité à prendre ses propres décisions et à contrôler sa propre vie. En fait, l’auto-détermination est une pièce vitale associée au bien-être psychologique.

La théorie de l’auto-détermination suggère que les personnes sont motivées pour grandir et changer. Cela est dû à des besoins psychologiques innés. Elle en identifie trois qui sont universels: le besoin de compétence, le besoin de connexion et le besoin d’autonomie. Par ailleurs, la motivation intrinsèque joue un rôle important dans la théorie de l’auto-détermination.

Le sens de la théorie de l’auto-détermination

La théorie de l’auto-détermination est une théorie qui relie la personnalité, la motivation humaine et le fonctionnement optimal. Elle postule qu’il existe deux types principaux de motivation. Intrinsèque et extrinsèque. Tous deux influeraient sur la personne que nous sommes et la façon dont nous nous comportons.

Cette théorie a surgi du travail sur la motivation des chercheurs Edward L. Deci et Richard M. Ryan, dans les années 70 et 80. Même si elle s’est développée et étendue, les principes de bases de la théorie proviennent du livre que Deci et Ryan ont publié en 1985.

l'auto-détermination et la motivation

La première supposition de la théorie de l’auto-détermination est que les personnes sont des « activités dirigées vers la croissance ». Surmonter les défis et assimiler de nouvelles expériences est essentiel pour se construire un sens propre. Ainsi, la théorie de Deci et Ryan suggère que les personnes sont motivées en raison du besoin de grandir et de ressentir de la satisfaction.

Habituellement, les personnes sont motivées par la promesse de récompenses externes. Comme l’argent, des prix ou une reconnaissance sociale (connue comme motivation extrinsèque). Or, la théorie de l’auto-détermination se centre principalement sur des sources internes de motivation. Ce pourrait par exemple être le besoin d’acquérir des connaissances ou une indépendance (connue comme motivation intrinsèque).

La croissance psychologique

Selon la théorie de l’auto-détermination, les personnes ont besoin de ressentir plusieurs choses pour atteindre cette croissance psychologique.

  • Compétence. Les personnes ont besoin de surmonter des tâches et d’apprendre différentes habiletés.
  • Connexion ou relation. Elles ont aussi besoin de ressentir un certain sens d’appartenance et d’attachement envers d’autres personnes.
  • Autonomie. Les personnes ont besoin de sentir qu’elles contrôlent leurs propres comportements et objectifs.

Deci et Ryan suggèrent que lorsque les personnes ressentent ces trois choses, elles deviennent auto-déterminées. Elles peuvent se sentir intrinsèquement motivées pour chercher des choses qui les intéressent.

Il faut bien garder à l’esprit que la croissance psychologique de la théorie de l’auto-détermination ne se produit pas automatiquement. Si les personnes peuvent effectivement s’orienter vers cette croissance, un soutien continu est aussi nécessaire. Selon Deci et Ryan, le soutien social est la clé. À travers nos relations et interactions avec les autres, nous pouvons développer ou frustrer notre bien-être et croissance personnelle.

Motivation et auto-détermination

Pour Deci et Ryan, la motivation extrinsèque naît de l’intérêt pour les choses externes. Cela inclut des systèmes de qualification. Des évaluations d’employés. Des prix ainsi que des éloges. Et le respect ou l’admiration des autres.

Par ailleurs, la motivation intrinsèque provient de l’intérieur. On l’associe à la tâche en elle-même. Il existe des impulsions internes qui nous motivent à nous comporter d’une certaine façon. Cela inclut nos valeurs centrales, nos intérêts et notre sens personnel de la morale.

l'auto-détermination et l'échelle vers le ciel

Il est vrai que la motivation intrinsèque et la motivation extrinsèque semblent s’opposer. Cependant, avec un comportement intrinsèque qui est en accord avec notre « moi idéal » et un comportement extrinsèque qui nous pousse à nous conformer aux standards des autres, il existe une autre distinction importante pour différencier les motivations. La théorie de l’auto-détermination fait donc la différence entre motivation autonome et motivation contrôlée.

Motivation autonome et motivation contrôlée

La motivation autonome inclut la motivation qui provient de sources internes. Cependant, elle comprend aussi la motivation due à des sources extrinsèques. C’est par exemple le cas si l’individu s’est identifié à la valeur d’une activité. Il peut sentir qu’elle s’aligne ou est cohérente avec l’image qu’il veut projeter.

La motivation contrôlée se compose de:

  • Une régulation externe. Un type de motivation où des récompenses et des punitions externes encouragent un comportement spécial de l’individu.
  • Une régulation interne. Une motivation qui provient d’activités et de valeurs partiellement intériorisées. On retrouve aussi des raisons comme éviter la honte, chercher l’approbation et protéger l’ego.

Selon la théorie de l’auto-détermination, lorsqu’une motivation autonome encourage un individu, ce dernier se sent auto-dirigé et autonome. Quand une motivation contrôlée le pousse à agir, il ressent de la pression. Son autonomie disparaît presque entièrement.