La testophobie : symptômes, causes et traitement

11 avril 2019
La phobie des tests est assez fréquente chez les élèves. Si elle n'est pas traitée correctement, elle peut nuire à l'avancement scolaire et professionnel.

Le terme que nous allons utiliser aujourd’hui pour parler d’une phobie est composé des mots test, qui vient de l’anglais et signifie examen. Et de phobie, dont l’origine est le mot grec phobos, qui signifie peur. Sa signification est donc claire : il désigne une peur irrationnelle, persistante et très intense des examens et des évaluations. En souffrez-vous ou connaissez-vous quelqu’un qui en souffre ? Nous vous parlerons de la manifestation de cette phobie, de ses symptômes et des formes d’intervention les plus courantes permettant de l’atténuer.

Bien qu’elle n’ait pas de catégorie clinique propre, puisqu’il s’agit d’une phobie spécifique, elle revêt une grande importance, car elle empêche souvent le sujet d’avancer dans sa vie personnelle et dans sa carrière professionnelle. Son apparition survient généralement au début de l’âge adulte, mais elle peut aussi toucher les enfants.

Elle touche non seulement les étudiants, mais aussi les candidats à un concours, les sportifs lorsqu’ils doivent entrer en compétition, les personnes qui passent leur permis de conduire, les acteurs, les professionnels qui doivent donner un cours ou une conférence, etc. En d’autres termes, elle peut toucher tous ceux qui anticipent une évaluation externe. Nous allons apprendre à mieux connaître cette phobie pour savoir comment agir face à elle.

« Il faut oser ou se résigner à tout. »

-Tite-Live-

Les symptômes de la testophobie

La réaction déclenchée avant ou au moment de l’évaluation est celle d’une crise d’angoisse, qui peut même devenir grave. Les symptômes de la testofobie sont donc les mêmes que ceux dune crise d’anxiété, voire d’une crise de panique. Ceci est dû à l’activation du système sympathique, ce qui provoque des réactions motrices involontaires.

Les plus communes et caractéristiques sont : étourdissements, tachycardie, transpiration, sensation d’étouffement, palpitations, hypertension artérielle, problèmes gastro-intestinaux, inconfort intense qui peut amener la personne à penser qu’elle subit un AVC ou une crise cardiaque, ou même qu’elle est sur le point de mourir. On trouve également l’exécution d’actes pour éviter d’avoir à faire face à l’épreuve.

Ces symptômes ne sont pas seulement déclenchés sur le lieu et au moment de l’examen, mais tout élément qui s’y rapporte peut les faire apparaître. L’environnement du site d’examen, le site de préparation, les personnes impliquées, le matériel à utiliser, etc.

testophobie chez la femme

Les causes de la testophobie

Une phobie est une peur intense qui répond à l’anticipation d’un danger, même si le danger est improbable ou objectivement négligeable. Dans ce cas, l’échec ou les échecs continus dans des situations d’évaluation semblables peuvent renforcer la peur.

Cela peut aussi être provoqué par la peur de l’échec de la personne touchée. Ou parce que les attentes dans son environnement sont très élevées. Elle se manifeste généralement au début de l’âge adulte, même si elle remonte à l’enfance, et certains cas peuvent même se déclencher à ce stade.

« Personne ne sait ce qu’il est capable de faire tant qu’il n’a pas essayé. »

-Publilius Syrus-

Le traitement de la testophobie

Les phobies peuvent être traitées. Ceci est fait en utilisant diverses stratégies qui aident la personne à réduire la peur, l’anxiété et l’inconfort qu’elle ressent chaque fois qu’elle doit faire face à la situation qui la cause.

La méthode la plus couramment utilisée est l’exposition : faire face de façon répétée et contrôlée au stimulus craint, jusqu’à ce que l’intensité de la peur diminue et que la personne qui en souffre puisse la dominer.

examen et testophobie

Normalement, cette exposition est progressive, cherchant à rompre avec les associations qui sont à l’origine de la peur. L’un de ces stimuli pourrait être, par exemple, de se retrouver dans la salle de classe où va se réaliser l’examen. Le but étant de se visualiser avant de sauter le pas.

A côté de la peur, dans les phobies, l’anxiété joue également un rôle important. Par conséquent, si nous apprenons à nous détendre, nous obtiendrons des pics de tension plus faibles. Par conséquent, l’exposition se concentrera sur l’exposition. Mais il sera bon d’incorporer des outils qui aident la personne à travailler avec les éléments associés à la phobie elle-même.

 

  • Orgilés, M., Rosa, A. I., Santacruz, I., Méndez, X., Olivares, J., & Sánchez-Meca, J. (2002). Tratamientos psicológicos bien establecidos y de elevada eficacia: terapia de conducta para las fobias específicas. Psicología Conductual10(3), 481-502.