La psychologie de l’alchimie de Jung

· 18 décembre 2018
Carl Jung a énoncé plusieurs théories au cours de sa carrière, dont celle de la psychologie de l'alchimie.

La psychologie de l’alchimie énoncée par Carl Jung représente un héritage tout aussi fascinant que polémique. Pour le célèbre psychiatre suisse l’une des finalités de l’être humain est sa transformation en un être libre et individuel. Néanmoins, ce succès était basé sur le fait de déchiffrer chaque symbole contenu dans notre inconscient.

Le thème en tant que tel n’est pas simple à assimiler du premier coup. Néanmoins, de nombreuses théories et approches héritées de Carl Jung correspondent aujourd’hui à de petits défis théoriques dans lesquels il est important de s’immerger. Elles nous permettent d’ouvrir des perspectives, de rendre flexibles nos approches et de nous enrichir un peu plus avec l’héritage de l’une des personnalités les plus controversées et intéressantes de l’histoire de la psychologie.

« Magique est simplement un autre mot pour définir l’âme. »

-Carl Jung-

Pour cela, lorsque l’on ouvre pour la première fois le livre de Jung intitulé Psychologie et Alchimie publié en 1944, la première chose que nous expérimentons est la confusion. Les formules énoncées à chaque page de ce travail sont très audacieuses. Cependant, s’il y a bien quelque chose qui définit Carl Jung depuis le début, ce fut sa maîtrise pour nous rapprocher de l’âme, de la vie diffuse et mystérieuse qui surmonte le psychisme.

La psychologie de l’alchimie est avant tout une proposition à la transformation. C’est le facteur le plus décisif là où se trouvent l’intentionnalité et la créativité. Il nous permettra d’ouvrir notre « routes alchimiques » particulières.

psychologie de l'alchimie

Qu’est-ce que la psychologie de l’alchimie ?

Vous savez peut-être que l’alchimie est une pratique proto-scientifique, à mi-chemin entre le mystique, le spirituel et le philosophique. Elle trouve ses racines dans Hermes Trimegisto, une divinité greco-égyptienne. Vous savez peut être également que dans le passé, l’alchimie avait des objectifs : la recherche de la jeunesse éternelle ou le pouvoir de transformer un matériau quelconque en or.

Lorsque nous faisons référence à la psychologie de l’alchimie de Carl Jung, il convient de dire que les objectifs sont tout à fait différents. Dans ce cas, on est à la recherche d’un réel sens de l’élévation et de l’évolution personnelle. De cette manière, si nous allons un peu dans les profondeurs du livre Psychologie et Alchimie, nous découvrirons que l’intérêt est de redonner vie au concept d’Alchimie dans une tentative passionnée de rénovation de notre culture philosophique et psychologique.

Pour Jung, la connaissance de soi part de la capacité à comprendre non pas seulement le psychisme, mais chacune des manifestations de l’inconscient. En observant uniquement les rêves par exemple, nous pourrions obtenir une vision plus holistique de notre propre être, un tissu plus riche et profond avec lequel donner lieu à une meilleure version de nous-même.

Atteindre l’authentique connaissance de soi impliquerait donc avant tout d’avoir une vision plus ample, audacieuse et profonde de l’être humain. Un exemple de cette recherche et réalisation de soi correspond à Isaac Newton.

Isaac Newton, un exemple de la psychologie de l’alchimie

Isaac Newton, ce génie mathématiques et éminent scientifique contribua à développer le calcul différentiel, à découvrir les propriétés spectrales de la lumière, à énoncer la théorie de la gravitation universelle et à formuler les premiers calculs de l’attraction de la Lune par la Terre.

Grâce à lui, nous sommes entrés dans l’ère de la Raison, là où chaque chose doit pouvoir être démontrée par une recherche expérimentale et scientifique. On découvrit dans les notes et cahiers privés de Newton qu’il était un grand expert en alchimie. D’ailleurs, certains articles nous révèlent que c’était son authentique passion.

Jung disait que l’alchimie était également une forme d’art et qu’elle était une science où toute connaissance peut devenir plus lumineuse et élevée. Ainsi, Newton fut capable de s’ouvrir à d’autres types de connaissances. Là où la spiritualité, l’astronomie, le symbolique et le mystique lui ont été d’une grande aide pour donner lui à une forme de psychisme évoluée.

 

Faire corps avec l’alchimie

En fait, pour y parvenir, il suffirait de comprendre certaines idées de Carl Jung.

  • L’alchimie est un voyage personnel de transformation. C’est une pulsion instinctive de croissance.
  • Les personnes ayant un esprit inflexible et un type de conscience fixé sur l’objet, le matériel, l’observable auront une vie plus limitée.
  • Pour favoriser une conscience plus ample et élevée comme celle d’Isaac Newton, nous devrions développer les quatre élément alchimiques suivants : l’intuition (feu), le raisonnement (air), le sentiment (eau) et la sensation (terre).
  • Ainsi, la psychologie de l’alchimie part également de nos éléments psychiques non résolus. Nous devons avant tout approfondir l’obscurité alchimique qui vit en nous pour y découvrir les zones d’ombre et leur permettre de voir la lumière du jour. Toute transformation exige certains efforts et un sens élevé de créativité.

Il existe deux classes d’alchimie. L’une s’efforce à connaître le cosmos comme un tout et à le recréer. C’est le précurseur des sciences naturelles moderne. C’est quelque chose qu’à atteint Isaac Newton. La seconde se centre sur la possibilité d’une transformation qui nous pousse à être nous-même.

Psychologie de l’alchimie pour comprendre l’âme humaine

Psychologie et Alchimie est le volume numéro 12 des œuvres complètes de Carl Jung. Pour comprendre ce travail, nous devons décrire le contexte : nous nous situons à la fin de la seconde Guerre Mondiale et en pleine crise de valeurs. Jung expérimentait une authentique fracture personnelle associée à la confiance de l’être humain.

Cette psychologie cherche à atteindre l’essence la plus profonde de notre être, jusqu’à l’âme qui pourrait être sauvée par un processus alchimique. Ce voyage, presque à la manière de l’enfer de Dante, devait suivre le chemin initiatique suivant. C’était un trajet qui partait des cercles les plus profonds et émergeait peu à peu vers la lumière :

  • Connaître la matière première de l’être humain. Pour cela, nous devons cesser de tomber dans nos masques sociaux.
  • Travailler le « nigredo » (la négritude en latin), cette masse obscure où nos ombres sont rassemblées, nos parties obscures que nous ne souhaitons pas voir.
  • Comprendre l’union des opposés dans notre personnalité (notre méchanceté et notre capacité à faire preuve de bonté).
  • Différencier notre part féminine de notre part masculine, différencier les archétypes qui sont sous-jacents à notre être (le héros, le père, le sage…).
  • Déchiffrer le sens de nos rêves.
psychologie de l'alchimie de jung

 

En conclusion

Pour conclure, la psychologie de l’alchimie énoncée par Jung est une invitation directe à aller au-delà de la science la plus orthodoxe et empirique. Cela fut une tentative de plus de sa part pour nous faire traverser le chemin de la connaissance la plus ordinaire afin d’atteindre l’extraordinaire, cette essence symbolique et spirituelle contenue dans notre propre psychisme.

Aujourd’hui, dans le jardin de celle qui fut sa maison de campagne à Bollingen, on a conservé une grande pierre en forme de cube où des symboles alchimiques écrits par Carl Jung peuvent être observés. Ces symboles lui furent révélés dans un rêve et ils avaient la signification suivante : « Ceci est un signe pour toi, pour que tu te rappelles du fait que tu es une unité et qu’à toi seul, tu es tout dans le monde ».