La cuisine thérapeutique : connaître ses avantages

· 26 janvier 2018

Au-delà du fait de savoir si les aliments que nous ingérons sont sains ou pas pour notre organisme, cuisiner est une activité en soi qui peut nous aider à lutter contre des problèmes comme le stress ou l’anxiété. Voulez-vous savoir quels sont les multiples avantages de la cuisine thérapeutique ?

Au vu du grand nombre de spectacles et d’émissions de talents diffusés aujourd’hui à la télévision, cette activité s’est rapprochée de nos foyers. De nos jours, nous sommes plus familiers avec des techniques telles que la sphérification ou connaissons l’importance de travailler en équipe pour que la cuisine avance. Quel est le rôle de cette pratique dans les programmes thérapeutiques ?

 

Créativité et ingéniosité

Imaginons que la la semaine soit pré-établie au jour le jour avec le programme des repas que nous allons préparer. Soudain mardi arrive et il nous manque un ingrédient essentiel pour le plat que nous avions prévu de faire. Horreur ! Avons-nous le temps d’aller l’acheter ? Le voisin nous dépannera-t-il ? Nous avons la solution : soyez créatif.

Peut-être que le plat ne ressemblera pas exactement à celui que nous avions en tête. Ou que la première fois que nous le préparons, nous n’ayons pas le coup de main parfait. Mais apprendre à combiner de nouveaux aliments, expérimenter différentes textures ou jouer avec de nouvelles saveurs peut être très sain pour notre esprit.

Ce qui était a priori un revers, peut devenir une opportunité. Avoir à changer de plan en peu de temps vous permet de développer l’ingéniosité, de laisser libre cours à votre imagination et de booster votre créativité. Cela vous rend plus décisif, prenez des décisions en peu de temps, soyez mieux organisé et améliorez votre efficacité. Voyez toutes ces compétences !

Quitter votre zone de confort et devenir accro à «on verra ce qui sortira» est une façon de ne pas se laisser prendre au piège, de se surprendre soi-même et d’accroître sa confiance en soi.

femme qui cuisine des muffins

Favorise le développement personnel

D’un autre côté, la cuisine met notre patience à l’épreuve. Il faut du temps, pas celui que l’on veut précisément, mais celui dont nécessite chaque plat. Peu importe du temps dont nous disposons pour manger ou le servir, même si nous voulons cuire un œuf en 2 minutes, nous ne le pouvons pas. Afin d’obtenir le résultat attendu, nous devons attendre et respecter les temps de préparation dont chaque aliment a besoin.

La coordination et la conscience sensorielle sont également nécessaires. C’est-à-dire, utiliser tous nos sens de manière à ce que nous puissions connaître l’état de notre assiette et apporter des corrections lorsque nous le jugeons nécessaire.

Quand nous mettons la cuillère dans un bon bouillon pour la goûter, nous utilisons la vue, le goût et l’odorat. Si nous pétrissons de la farine, nous utilisons également le toucher. Pour savoir où en est ce que nous avons dans le four, nous utilisons plutôt de vue. Par conséquent, l’intégration sensorielle est nécessaire et, pour la développer, il faut ancrer son attention dans le présent.

Encourage la coopération et la communication

Cuisiner dans un groupe peut être amusant, gratifiant et très enrichissant. Par exemple, pour les managers qui ont des problèmes à déléguer des fonctions à leurs employés, il peut être vraiment thérapeutique de cuisiner en famille. Ainsi, pour quelqu’un de très habitué à être autonome et indépendant, la cuisine favorise la compréhension et la générosité.

Le partage des tâches est quelque chose de simple et fondamental dans tous les domaines de la vie: lorsque vous effectuez des tâches ménagères, entre collègues au travail ou lors de l’organisation d’une fête de Noël. Notre capacité à négocier est mise à l’épreuve à tout moment.

Ainsi, la cuisine thérapeutique nous aide à comprendre l’importance du travail de chaque personne en vue du résultat final. Depuis l’utilisation de l’appareil pour couper une julienne de légumes, jusqu’à celui pour aiguiser des couteaux, rien n’est trivial et tout compte. Chacun avancera d’un pas de plus et c’est ainsi seulement qu’on pourra élaborer un bon plat.

deux personnes qui cuisinent

Aide à combattre la dépression et l’anxiété

Aux États-Unis, il existe des thérapies expressément développées par des professionnels de la santé mentale qui favorisent des cours et des activités de cuisine conçus pour des patients ayant divers problèmes. Cette activité aide à combattre la dépression et constitue une méthode efficace contre le stress et l’anxiété.

Durant des heures, ces gens apprennent à cuisiner, certains à partir de zéro. Ce besoin de suivre les enseignants afin de ne manquer aucune étape et d’acquérir des connaissances culinaires leur permet de se déconnecter de leurs propres problèmes.

Ainsi, ils concentrent toute leur attention sur la cuisine et n’oublient pas de penser à leur condition. Cela leur donne une autre perspective de ce que signifie «chercher de l’aide psychologique», parce que ce n’est pas quelque à quoi l’on pense généralement quand on fait la thérapie avec des professionnels de la santé mentale.

Le courant cognitivo-comportemental est un vrai succès. Il permet à ces patients d’atteindre un nouvel objectif grâce à l’utilisation et l’apprentissage de techniques qu’ils n’ont jamais utilisées auparavant.

La cuisine thérapeutique est un apprentissage intégral

Peu importe notre âge, l’apprentissage ne prend pas de place. Plus nos réseaux neuronaux sont activés, moins il est probable que les maladies neurodégénératives du cerveau apparaissent. Pourquoi ne pas utiliser la cuisine thérapeutique comme méthode de prévention ?

Découvrez de nouveaux aliments, utilisez de nouvelles techniques de cuisson, imitez les recettes de vos amis ou de votre famille, explorez de nouvelles combinaisons, créez de nouveaux plats… Tout cela nous permet de rester actifs. En plus de ces bénéfices individuels, il peut s’agir d’un travail collectif qui unifie et socialise.