Juste pour aujourd’hui, laissez tout couler et rien vous atteindre

· 11 juillet 2016

Juste pour aujourd’hui, laissez tout couler et rien vous atteindre. 

Juste pour aujourd’hui, évitez que l’adversité devienne ce poids capable de vous enterrer, en frustrant vos espoirs et votre joie de vivre.

Juste pour aujourd’hui, libérez-vous de ce qui vous atteint par des vents sombres, détachez-vous de ce qui efface votre sourire et avancez, tout simplement…

Nous devrions réaliser ces premiers pas simples non seulement aujourd’hui, mais tous les jours.

Parce que chaque matin, quand nous nous apprêtons à commencer une nouvelle journée, nous faisons face à de nouveaux objectifs et à autant de défis qui, l’espace d’un instant, peuvent nous faire oublier d’être heureux.

Laissez couler, ne vous accrochez pas aux ressentiments, ne vous attachez pas aux peurs ou à ceux qui voudront vous couper vos ailes. Chaque chose vient en son temps. Et tous ces moments, ces opportunités ne se présenteront que si vous avez l’esprit tranquille et le cœur allègre.

Une des plus grands représentants de la théories du flow est sans doute le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi.

Comme nous l’explique le célèbre auteur de Vivre : la psychologie du bonheur, nous gâchons trop d’énergie psychique dans des stimulations sans importance.

Nous vivons dans une société tellement surchargée d’informations que tout notre être est focalisé vers l’extérieur.

Nous avons perdu ce lien merveilleux avec nous-mêmes, avec lequel avancer simplement au fil des “vagues de la vie”, en liberté, dans le bonheur… Nous vous invitons à réfléchir là-dessus.

IMAGE 2

Que tout coule, que rien ne me retienne prisonnier

Nous sommes tous, d’une façon ou d’une autre, prisonniers de quelque chose ou de quelqu’un. 

Nous sommes touchés par les mots de ce collègue si fataliste, ce que notre conjoint attend de nous influe sur nous, nous sommes inquiets quand arrive la fin de la journée et que nous n’avons pas atteint certains objectifs que nous nous étions pourtant fixés nous-mêmes

Nous sommes si accrochés à la jungle des influences et des exigences de nous-mêmes que nous laissons une grande partie de notre énergie vitale partir en fumée, comme si elle se volatilisait par la fenêtre.

Bien plus que cela, une intéressante étude réalisée à l’Université d’Harvard a conclu qu’une des principales causes du malheur vient du fait qu’on laisse cours à un “esprit erratique”. 

Nous passons une grande partie de notre temps à nous inquiéter pour des choses qui font partie du passé ou, pire encore, qui ne se sont pas encore produites.

C’est une autre forme d’“emprisonnement”. Selon l’auteur de cette étude, le Dr Daniel T. Gilbert, un esprit errant est un esprit malheureux.

Au moment où notre cerveau quitte le présent, nous cessons du profiter du bonheurNous cessons d’avancer en accord avec  nous-mêmes.

IMAGE 3

Au lieu de rester prisonniers de cet esprit erratique influencé par le bruit extérieur, par les attentes d’autrui, par les malentendus d’hier et les peurs de demain, c’est le moment de “lever l’ancre” et de laisser tout couler et rien vous atteindre…

“Couler” pour que coule le bonheur

Comme nous l’explique Mihaly Csikszentmihalyi, le bonheur n’est pas quelque chose qui surgit ou qui arrive comme la lumière d’un phare qui s’allume pour guider les bateaux.

La plupart du temps, il ne dépend pas de phénomènes extérieurs, mais de notre capacité interne à créer une authentique qualité de vie. De notre propre “magie” ou habileté à allumer la lumière de notre phare intérieur.

Il s’agit de laisser tout couler, de nous laisser aller, pas de fuir. Parce que quand nous nous laissons porter par le son harmonieux de la propre vie, sans chaînes ni influences, nous découvrons cette porte qu’auparavant, nous ne pouvions pas voir.
IMAGE 4

Solutions pour apprendre à laisser couler

Il est important de comprendre que pour laisser tout couler et rien nous atteindre, on a besoin par-dessus tout d’un profond changement de conscience.

Nous ne pouvons pas changer une grande partie de ce qui nous affecte de façon négative. Par contre, nous pouvons améliorer de quelle façon cela nous affecte.

Par exemple, si vous avez un ami qui est toujours en retard, vous ne pourrez peut-être pas réussir à lui faire changer de comportement, mais vous pouvez prévoir d’arriver vous aussi cinq minutes plus tard.

Voyons quelques solutions sur lesquelles réfléchir quelques instants.

  • Beaucoup de gens “programment” et remettent leur bonheur au week-end, aux vacances, au moment où ils obtiendront une promotion…
    Mais le bonheur ne se remet pas à plus tard, il ne s’achète pas comme une promotion de dernière minute dans une agence de voyages.
  • Le bien-être, en réalité, se cache dans ce qu’on connaît comme des “expériences optimales”. Le vent qui nous caresse la peau alors qu’on se promène, le câlin de notre enfant, la sensation que l’on a quand on commence à lire un livre, une rencontre avec des amis… Ne programmez pas votre bien-être, laissez-vous simplement porter.
  • Il est aussi important de réaliser que les meilleurs moments de notre vie, parfois, ne sont pas passifs ou détendus.
    Certaines fois, le fait de faire face à l’adversité, c’est aussi “savoir laisser couler”, parce qu’au lieu d’échouer comme une pierre au fond de la mer, nous avançons comme cette feuille d’apparence fragile qui affronte les dangereux courants pour s’en tirer brillamment.
    Ce triomphe, cette réussite, nous apporte également le bonheur.
IMAGE 5

L’“art de laisser couler” n’a rien à voir avec le fait d’atteindre les plus hauts sommets ou de se dépasser chaque jour un peu plus.

Il s’agit simplement d’être présents et d’avancer de façon harmonieuse en accord avec notre conscience, en toute liberté, en toute intégrité et avec une paix intérieure qui nous permet de profiter “ici et maintenant“.

Alors, juste pour aujourd’hui, laisser tout couler et rien vous atteindre.