Inverser le mais en positif : un moyen d'éradiquer les pensées négatives

22 août, 2020
Les pensées négatives ne sont généralement pas de bons alliés. Dès qu'elles apparaissent, elles nous remplissent de doutes, d'inquiétudes et de disqualifications. Le psychologue Marcelo Ceberio nous présente une technique pour les éradiquer.

Je ne vois toujours pas pourquoi les êtres humains ont tendance à construire des idées catastrophiques et négatives sur les autres et sur nous-mêmes... Alors qu’ils pourraient opter pour des pensées plus positives. Le terme “mais” fait souvent partie de leurs phrases.

Il est contradictoire qu’au lieu de nous pencher sur notre côté précieux, celui formé par nos ressources, potentiels et attributs de valeur, nous soulignons le flanc de nos faiblesses, dévalorisations ou ces ressources que nous n’avons pas dans notre répertoire. Moment où une série de sensations et de sentiments auto-disqualifiants nous assaillent. Ensuite, nous allons réfléchir et expliquer une technique comme stratégie possible pour éradiquer les pensées négatives.

Cette faune cognitive appelée pensées

Une femme ayant besoin d'avoir des pensées tournées vers le mais positif.

Certains des comportements qui se développent autour de ces sensations, que les psychologues cognitifs appelaient des “distorsions cognitives”, sont liés les uns aux autres, malgré des différences subtiles. Cependant, ce qui est important dans tout cela, c’est le degré de négativité et de dévaluation qui prévaut dans les cognitions, les émotions et les actions.

Beaucoup de ces idées surprennent et prolifèrent comme des germes qui envahissent notre esprit et finissent par y être stéréotypés.

  • Par exemple, des pensées qui nous font fredonner et qui sont associées à l’impuissance telles que “je ne pourrai pas”, “je ne suis pas capable” ou “ce n’est pas pour moi, c’est trop”
  • Des croyances sur ce que les autres pensent, comme si vous pouviez lire dans leurs pensées : “ils me regardent beaucoup… je suis sûr que je suis mal habillé”, “ceux-là parlent de moi”
  • Il y a aussi ceux qui pour un minimum de fait négatif perturbe tout ce qui a été fait de positif
  • Le “j’aurais dû” ou «”‘aurais pu faire” qui marquent toujours ce qui aurait dû être fait et ce qui n’a pas été fait
  • Des pensées qui prédisent un avenir négatif ou catastrophique
  • Ceux qui se comparent continuellement ou ceux qui disqualifient le bien qui leur arrive, comme si c’était le résultat de l’arbitraire de la vie…

En bref, il existe un certain nombre de croyances qui soutiennent une forte dévaluation de soi et qui conduisent à voir des aspects opaques et malheureux chez les autres et en soi-même.

Le fait est que cette faune cognitive catastrophique ne reste pas ancrée dans la pensée, mais passe rapidement et inexorablement à l’action avec des émotions conséquentes. Et à partir de là, une belle et regrettable prophétie se construit qui se réalise d’elle-même.

Mais mais…

Oublier les mais négatifs.

Ces ruminants négatifs sont méfiants et, dans certains cas, deviennent paranoïaques, car il n’est pas possible de passer sa vie à penser à ce que les autres pensent de soi ou à imaginer que le monde est contre vous.

Ils sont de grands alliés du “mais”, formule linguistique qu’ils appliquent à la plupart de leurs verbalisations de différentes manières : “mais”, “tant pis…”. Toutes ces interjections annulent les déclarations faites. Un vrai piège.

Le “mais” est un tournant qui brise une phrase quand elle est positive. Voyons cela avec des exemples. “C’est une très bonne personne et en général elle fait bien les choses, mais… quand elle se met en colère, c’est terrible”. “On a passé un super moment le week-end, on ne discute pas du tout… mais il a un mauvais caractère et répond mal”.

Le “mais” perturbe les aspects positifs générés depuis le début.

En général, les personnes négatives et catastrophiques ont rarement un discours positif dans lequel elles apprécient les autres ou elles-mêmes. Même quand ils le font, ils finissent par dérailler et invalider avec ces “mais” qui introduisent une description dévalorisante qui remplace la première phrase de valeur.

Briser une telle systématisation de l’utilisation du “mais” est assez difficile. En effet, il fait toujours tourner la roue vers le négatif. C’est une machine inertielle qui fait que tout se répète et perpétue le point de vue négatif. Par conséquent, il est difficile de réduire le mécanisme des négativités dans un virage à 180° ou de passer du négatif au positif, mais pas impossible.

La technique du mais positif

L’un des résultats les plus efficaces est d’aller étape par étape et d’utiliser la technique inverse. Cela consiste à ne pas éviter l’afflux de pensées négatives , mais bien au contraire. Les laisser couler, lâcher prise et les dire. Et une fois qu’ils sont exprimés, le “mais” sert à orienter le discours vers le positif.

En tant que mécanisme, l’inverse est similaire à celui qui est systématiquement systématisé, mais il transforme le négatif en positif. Les exemples suivants nous le montrent.

  • “La bronchite m’a tué, j’ai été ralenti pendant beaucoup de jours de travail, MAIS j’ai pu me reposer. C’était des mini-vacances que je méritais.”
  • “J’aurais dû réaliser que c’étais une mauvaise personne. En fin de compte, il a fini par m’arnaquer, MAIS Dieu merci, je n’ai pas engagé plus d’argent. Cela m’apprendra à être plus prudent dans les relations… et proactif.”
  • “Les autres me regardent parce que je porte cette chemise fleurie. Ils se disent sûrement que c’est ridicule, MAIS qu’il est bon de s’habiller comme on veut et d’être libre. On me regarde ? Je m’en fiche, je dois me concentrer davantage sur moi-même et moins me soucier des autres.”

L’inverse ou le mais positif, c’est d’extraire l’apprentissage d’une situation. C’est un peu comme se demander ce qui suit : “Qu’est-ce que cette idée m’apprend ?” “Quel message d’apprentissage cette situation me transmet-elle ?” “Que m’apprend cette scène ?”.

Cette technique simple initie une sorte de négociation entre la dévaluation personnelle et l’estime de soi. Comme il est difficile de désystématiser d’un seul coup l’automatisme disqualifiant, il s’agit d’une étape intermédiaire qui permet de se rendre compte que tout n’est pas une catastrophe et qu’il n’y a pas de situation négative en tant que telle, mais qu’il ne s’agit que d’une perception personnelle disqualifiante.

Alors, maintenant… Terminez la lecture de cet article par trois “mais positifs” et commencez à pratiquer…!