Grandes phrases de Woody Allen

· 3 juin 2018

Avec une touche de sarcasme et beaucoup d’humour, le cinéaste Woody Allen nous a laissé de merveilleuses phrases. Des phrases qui méritent de rester gravées dans nos mémoires. Comme il le dit lui-même, « ma façon de plaisanter, c’est de dire la vérité. C’est la blague la plus amusante ». Nous allons donc rassembler quelques-unes de ses meilleures phrases dans les paragraphes qui suivent.

Notez bien que les phrases de Woody Allen, même si elles paraissent simplistes, renferment une critique très profonde et osée. Le cinéaste le dit toujours, « la réponse est oui, mais quelle est la question? ».

La composante sexuelle chez Woody Allen

La vie de Woody Allen semble tourner autour des relations sexuelles. Il a été impliqué dans différents litiges à cause de cette thématique qui revient souvent dans ses phrases. Selon ses dires, « il n’existe que deux choses importantes dans la vie. La première est le sexe. Et je ne me souviens plus de la seconde ». C’est pour cela que « l’inactivité sexuelle est dangereuse, elle ne crée que de la frustration ».

woody allen prison

Il est clair que « le sexe est la chose la plus amusante que l’on puisse faire sans rire ». Car même si « l’amour est la réponse, en attendant la réponse, le sexe soulève de bonnes questions ». Par exemple: « L’Enfer existe-t-il ? Dieu existe-t-il ? Ressuscitons-nous après la mort ? Ah, et n’oublions pas le plus important : y aura-t-il des femmes ? ».

À ce sujet, Woody Allen considère que « le sexe n’est sale que si on le fait bien ». Et que seuls « quelques mariages finissent bien. Les autres durent toute la vie ». Apparemment, le cinéaste ne voyait pas le mariage comme quelque chose de stable. Il le compare avec « les compte d’épargne: à force de placer et de retirer, on perd les intérêts ». Enfin, « le sexe sans amour est une expérience vide. Mais, en tant qu’expérience vide, c’est l’une des meilleures ». Lors de cette expérience, il y aura toujours des paradoxes comme celle du « sexe oral qui est la pratique sexuelle au cours de laquelle on peut parler le moins ».

 Avez-vous vu Woody Allen travailler ?

Son point de vue par rapport au travail n’était pas très gratifiant. Il pensait que « le travail est une invasion de notre vie privée ». En revanche, il croyait aussi que « l’argent ne nous offre pas le bonheur mais procure une sensation si ressemblante que l’on a besoin d’un spécialiste pour vérifier la différence ».

Tous les étudiants pourront se sentir identifiés (espérons que non) avec cette affirmation de Woody: « il y a des étudiants qui sont tristes d’aller à l’hippodrome et de voir que même les chevaux réussissent à terminer leur cours(e) ». Enfin, pour finir sur une bonne note, « il faut travailler huit heures et dormir huit autres heures, mais pas les mêmes ». Et il ne faut jamais abandonner, « si vous ne vous trompez pas de temps en temps, c’est que vous n’essayez pas ». Ne faites pas comme son père qui « a vendu la pharmacie parce qu’il n’y avait pas d’autre remède ».

Quand Dieu rencontre Woody Allen

Le réalisateur a un jour affirmé: « je ne crois pas à une vie dans l’au-delà mais, au cas où, j’ai changé de sous-vêtements ». Cette situation a eu lieu après une indication. Il pourrait croire en Dieu si ce dernier lui faisait un petit signe, comme un virement à son nom sur son compte en banque… Finalement, Woody a fini par se ranger du côté de la science et non pas de la religion. « En réalité, je préfère la science à la religion. Si j’avais le choix entre Dieu et l’air conditionné, je choisirais l’air conditionné ».

C’est aussi un homme sans peurs. « Je n’ai pas peur de la mort ; je n’aimerais juste pas être là quand elle se produira ». Il a également les idées très claires. « Je préfère l’incinération à l’enterrement et les deux à un week-end avec ma femme ». Il a aussi une soif de grandeur: « je ne veux pas atteindre l’immortalité à travers mon travail, mais simplement en ne mourant pas ».

portrait de woody allen

Les leçons morales de Woody Allen

L’image qu’a Woody des politiciens n’est pas très favorable. Il nous le raconte dans cette fable: « le magicien fit un geste et la faim disparut. Il fit un autre geste et l’injustice disparut. Il en refit un et la guerre se termina. Le politicien fit un geste et le magicien s’évapora ». Nous savons déjà que « la vocation du politicien est de faire de chaque solution un problème ».

Par ailleurs, il sait que « l’argent ne nous offre pas le bonheur mais procure une sensation si ressemblante que l’on a besoin d’un spécialiste pour vérifier la différence ». Cela est dû au fait que « l’argent vaut mieux que la pauvreté, même si ce n’est que pour des raisons financières ». Enfin, tout cela fait de Woody un homme de perspective. « Le futur m’intéresse parce que c’est l’endroit où je vais passer le reste de ma vie ».