Ergophobie ou la peur du travail : caractéristiques et causes

19 mai 2018 dans Psychologie clinique 0 Partagés
ergophobie

Il existe des centaines de phobies, certaines plus connues que d’autres. Parmi elles, on trouve l’ergophobie. Cette dernière est une phobie très spécifique, caractérisée par la crainte irrationnelle et excessive du travail.

Les personnes qui souffrent de cette phobie expérimentent souvent des symptômes d’anxiété très élevés lorsqu’ils doivent aller travailler. La souffrance est telle que leur terreur les empêche de se rendre au travail ou les pousse à rentrer chez eux au milieu de la journée.

Quelles sont les caractéristiques des phobies spécifiques ?

Les phobies se définissent comme une terreur intense et irrationnelle envers une personne, un objet ou une situation qui entraîne peu ou aucun danger. Le mot vient du terme grec « phobos » qui signifie « panique ».

Dans la mythologie grecque, Phobos était également le fils d’Ares, dieu de la guerre et Aphrodite, déesse de l’amour. Il personnifiait la peur. Alejandro Magno priait devant phobos avant chaque bataille pour éloigner la peur.

Lorsque nous parlons d’ergophobie, nous faisons référence à une phobie spécifique qui se caractérise par la peur ou l’anxiété envers des objets ou des situations clairement délimités qui peuvent s’appeler des stimulations phobiques. Dans ce cas, on évoque toutes les stimulations liées au fait d’aller travailler ou de se trouver dans un lieu de travail.

comment surmonter l'ergophobie

L’ergophobie, tout comme le reste des phobies spécifiques, possède certaines caractéristiques. Les caractéristiques des phobies spécifiques, dans les grandes lignes sont les suivantes :

  • Peur ou anxiété intense liée à un objet, ou une situation spécifique (par exemple voler, la hauteur, les animaux, les vaccins, le sang…)
  • L’objet ou la situation provoque quasiment toujours de la peur ou une anxiété immédiate.
  • La situation phobique s’évite ou résiste activement avec la peur et l’anxiété intense.
  • La peur ou l’anxiété est disproportionnée si nous analysons le danger réel que suppose l’objet ou la situation spécifique et le contexte socioculturel.
  • La peur, l’anxiété ou l’évitement est persistant et dure typiquement 6 mois ou plus.
  • L’anxiété, la peur ou l’évitement causent un mal-être cliniquement significatif ou détériore la dimension sociale, professionnelle ou d’autres aires importantes du fonctionnement.

Il est commun que les personnes souffrent de plusieurs phobies spécifiques. Environ 75% des personnes souffrant de phobies spécifiques craignent plus d’une situation ou d’un objet.

Caractéristiques spécifiques de l’ergophobie

Des sensations d’anxiété au travail peuvent être ressentis à différents niveaux. Cela n’est pas pathologique et c’est parfois même normal selon le type de travail que nous avons. En fait, ces sensations sont toujours liées aux caractéristiques de notre emploi.

Cependant, la personne qui souffre d’ergophobie présente une crainte excessive et irrationnelle relative à son travail. Cette crainte est bien plus importante que celle que peut ressentir un travailleur lambda. De plus, la personne ergoraphobique reconnaît que sa peur n’est pas rationnelle et totalement disproportionnée.

Ceux qui expérimentent l’ergophobie sont conscients du fait que leur anxiété vis-à-vis du travail est irrationnelle, personne ne doit le leur faire comprendre. Néanmoins, ils ne peuvent pas s’empêcher de ressentir une peur paralysante. Ces personnes sont incapables de contrôler leur anxiété. Cette dernière apparaît de manière automatique lorsque la stimulation menaçante se présente et la personne entre en panique, sans ne pouvoir rien faire pour y remédier.

caractéristiques de l'ergophobie

Pour pouvoir diagnostiquer l’ergophobie, la personne doit avoir peur du travail de manière persistante. Cela signifie qu’elle a toujours peur, indépendamment du fait que ses caractéristiques professionnelles subissent des modificaitons.

Une autre des caractéristiques de l’ergophobie est la fuite. La personne qui souffre de phobie au travail fait en sorte d’éviter toute stimulation liée à celui-ci. Cela peut provoquer une perte d’emploi dans les cas les plus graves.

Causes de l’ergophobie

De la même manière que cela se produit pour les autres phobies spécifiques, l’ergophobie se développe par des mécanismes communs. Il se peut que la personne souffre d’ergophobie car elle a souffert d’un évènement négatif au travail. Cependant, les phobies « s’apprennent » également par d’autres moyens.

Les phobies peuvent être acquises de manière directe (grâce aux expériences négatives vécues par la personne) ou indirecte (la personne voit ou entend une histoire qui la traumatise). Le plus probable est que l’ergophobie ait été causée par une expérience directe de conditionnement.

Une expérience de conditionnement est une association de deux stimulus. Lorsque le stimulus 1 se présente, le stimulus 2 apparaît. Dans le cas que nous présentons, une personne peut avoir souffert d’une mauvaise expérience au travail par hasard. La personne associe alors le lieu de travail à cette expérience négative.

Comme résultat de cette association, les stimulations liées à ce lieu acquièrent les propriétés négatives de l’expériences précédemment vécue. Chaque fois que la personne fait face à ce type de stimulations liées au travail, elle réagit avec des symptômes d’angoisse (inquiétude, peur, pensées catastrophiques, transpiration…).

Comme la personne souhaite éviter ou échapper à ces réponses d’angoisse, elle évitera toutes les stimulations liées à son poste de travail. Chaque fois qu’elle évite ou s’échappe, elle se sentira mieux. Elle apprendra donc à éviter ou à s’échapper de ces stimulus pour s’accorder de la tranquillité et du bien-être.

causes de l'ergophobie

L’ergophobie se soigne-t-elle ?

Le traitement de l’ergophobie, de la même manière que le reste des phobies spécifiques est très délimité. Le traitement de choix pour ce type de phobie est l’exposition avec prévention de la réponse. En nous exposant au stimulus que nous craignons, nous permettrons à notre anxiété de redescendre et de rompre l’association que nous avons présentée précédemment.

Si vous croyez que vous pouvez souffrir d’ergophobie, nous vous recommandons de consulter un psychologue spécialise. Il vous donner les clés pour retrouver un comportement normal et vous permettre d’aller au travail comme vous l’avez toujours fait.

A découvrir aussi