Trypophobie : symptômes, causes et traitement

· 15 mai 2018

La trypophobie est une peur extrême ou une répulsion pour n’importe quel type de figures géométriques étroitement rapprochée. Ces figures peuvent être des trous et de petits rectangles ou des cercles convexes. Le terme trypophobie signifie littéralement « peur des trous ».

Cette peur irrationnelle est assez fréquent chez l’être humain mais peu connue à l’heure actuelle. En effet, des millions de personnes ont affirmé sentir de la répulsion et des symptômes d’anxiété lorsqu’elles observent des modèles de petits trous agglomérés.

trypophobie

Qu’est-ce qu’une phobie ?

Phobies sont définis comme une peur intense et irrationnelle envers une personne, un objet ou d’une situation qui implique peu ou pas de danger. Le mot vient du mot grec Phobos qui signifie « panique ».

Dans la mythologie grecque, Phobos était également le fils d’Ares, dieu de la guerre, et d’Aphrodite, déesse de l’amour. Il personnifiait la peur. Alexandre le Grand priait Phobos avant chaque bataille pour conjurer la peur.

Lorsque nous parlons de trypophobie, nous faisons référence à une phobie spécifique qui se caractérise par la peur ou l’anxiété d’objets ou des situations clairement définis, lesquels peuvent être appelés stimuli phobiques. Dans le cas présent, il s’agirait de toutes formes géométriques très rapprochées les unes des autres.

Les phobies spécifiques, telles que la tryprophobie, présentent les caractéristiques suivantes :

  • Peur ou anxiété intense pour un objet ou une situation spécifique (par exemple, voler, les hauteurs, les animaux, l’administration d’une injection, voir du sang …)
  • L’objet ou la situation phobique provoque presque toujours la peur ou l’anxiété immédiate.
  • La situation phobique est évitée ou supportée activement par la peur ou l’anxiété intense.
  • La peur ou l’anxiété est disproportionnée si nous analysons le danger réel posé par l’objet ou d’une situation et le contexte socio-culturel.
  • La peur, l’anxiété ou l’évitement est persistant et dure généralement six mois ou plus.
  • L’anxiété, la peur ou l’évitement entraîne une gêne ou une détérioration cliniquement significative dans le fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants.

Il est fréquent que les personnes souffrent de plusieurs phobies spécifiques. Environ 75% des personnes souffrant de phobie spécifique craignent plus d’une situation ou d’un objet.

La trypophobie n’est pas considérée comme une maladie, mais elle pourrait l’être

Les personnes atteintes de la trypophobie présentent souvent des symptômes d’anxiété lorsqu’elles observent des coraux, des panneaux d’abeilles, des bulles de savon, des vêtements à pois, du chocolat aéré ou une sterne de bûches empilées.

Sentir de la répulsion pour ces figures ou trous géométriques n’est pas une maladie. Il a été constaté que cela constitue une peur normale et fréquente chez l’être humain. En effet, cette répulsion prévient certains dangers tels que la contraction de maladies ou la provocation de dommages.

Cependant, si cette peur irrationnelle devait interférer dans notre vie quotidienne ou notre bien-être, nous empêchant de mener une vie normale, alors nous parlerions d’un trouble nécessitant une intervention.

trypophobie

Quelles sont les causes de la trypophobie ?

Les causes de la trypophobie ont été récemment étudiées par l’Université d’Essex et publiées dans la revue Psychological Science. Les schémas visuels qui déclenchent les symptômes d’anxiété chez les personnes atteintes de la trypophobie sont similaires à ceux qui apparaissent chez divers animaux vénéneux.

Ainsi, la trypophobie pourrait avoir une explication évolutive. Ceux qui ressentent de la répulsion en observant ces motifs géométriques s’éloignent des animaux dangereux. Cela les aiderait à survivre puisqu’ils ne seraient pas « empoisonnés ou attaqués » par ce types d’animaux.

Cette explication diffère des causes d’autres phobies puisque la plupart de nos peurs irrationnelles sont apprises. Nous apprenons à avoir peur de certains stimuli à partir d’expériences personnelles ou étrangères observées ou qui nous ont été racontées. La trypophobie ne trouve donc pas son origine dans un traumatisme. Elle n’a pas non plus d’origine culturelle, comme c’est le cas de la peur du numéro 13 ou de la triskaïdékaphobie.

L’aversion, la peur ou la répulsion envers les trous existants dans les matières organiques peuvent être facilement expliquées. Il s’agit d’images fréquemment associées à des maladies.

trypophobie

Les symptômes de la trypophobie

Les symptômes de la trypophobie sont identiques à ceux de toute autre phobie spécifique. Les symptômes seraient donc les suivants :

  • Peur excessive et irrationnelle, en plus persistante, déclenchée par la présence ou l’anticipation du stimulus anxiogène. Dans ce cas, le stimulus anxiogène serait l’observation d’un motif géométrique concret.
  • Réponse d’anxiété due à l’exposition ou l’anticipation du stimulus anxiogène. Des crises d’anxiété ou des attaques de panique peuvent apparaître dans les cas les plus extrêmes.
  • Évitement desdits stimuli ou des situations dans lesquelles ils peuvent apparaître.
  • Interférence dans la vie quotidienne. Ces comportements d’évitement et les symptômes d’anxiété associés interfèrent sérieusement dans différents domaines de la vie d’une personne.

Si vous vous sentez identifié avec les symptômes décrits, vous pourriez avoir développé une trypophobie. Nous devons cependant nous rappeler que le diagnostic ne peut être fait que par un spécialiste. Si tel était le cas, il est préférable de demander l’aide à un psychologue.

trypophobie

Traitement de la trypophobie

Le traitement de choix de la trypophobie est l’exposition directe au stimulus redouté. Dans le cas présent, à certaines figures ou images géométriques. Il est également utile dans certains cas de compléter l’exposition directe avec des techniques de relaxation.

La relaxation peut être utilisé pour compléter l’exposition parce que la relaxation, par elle-même, a peu d’effets thérapeutiques dans les troubles phobiques. S’exposer directement à ces figures géométriques ou des groupes de trous signifie vivre la situation crainte, par exemple être face à une plante particulière ou un panneau d’abeille.

L’un des problèmes habituels dans le traitement des phobies est l’apparition d’attaques de panique. Il semble que la pratique de l’exposition soit généralement incompatible avec leur apparition. Cependant, sa probabilité d’occurrence augmente si le patient fait des interprétations catastrophiques de la situation. Dans ces cas, il convient d’essayer de contrer ce type de pensées en s’entraînant à utiliser des pensées appropriées.

Si une crise de panique apparaît, il convient d’essayer de rester dans la situation jusqu’à ce qu’elle diminue. Nous devons nous éloigner le moins possible de la situation et y revenir le plus rapidement possible.

Comme nous pouvons le constater, la trypophobie est une peur irrationnelle de différentes figures géométriques ou de groupes de trous. Il s’agit, comme pour toute autre phobie, d’un trouble pouvant être guérit dès lors qu’il est traité par un spécialiste en santé mentale.