Pavlov et le conditionnement classique

7 avril 2018 dans Théories 0 Partagés
pavlov

L’expérience d’Ivan Pavlov et de ses chiens est l’une des plus connues et notoires (pour ce qu’elle a supposé) de l’histoire de la psychologie. Grâce à cette petite découverte accidentelle, une théorie psychologique de l’apprentissage a vu le jour. Les études de Pavlov nous ont aidé à comprendre l’apprentissage associatif à travers le conditionnement classique.

Le conditionnement classique consiste en l’association d’un stimulus initialement neutre avec un stimulus significatif. De cette façon, quand le stimulus neutre se présente, en l’absence de l’autre stimulus, on aura affaire à une réponse similaire à celle qui se produirait si le stimulus significatif avait lieu. Cette capacité à associer des stimulus, aussi variés qu’ils soient, nous aide dans une multitude de situations quotidiennes.

Par la suite, pour comprendre un peu mieux le conditionnement classique, nous allons nous concentrer sur deux aspects. Dans un premier temps, nous parlerons de l’expérience de Pavlov et de ses recherches puis, dans un second temps, nous traiterons des composants qui créent ce type de conditionnement.

L’expérience de Pavlov

Ivan Pavlov, physiologiste russe, a étudié la salivation des chiens en présence de nourriture. Dans ce contexte, il s’est un jour aperçu que les chiens commençaient à saliver avant nmême de leur présenter la nourriture. Le seul fait de soumettre les chiens aux conditions de l’expérience provoquait cette réponse de salivation.

La déduction effectuée par Pavlov fut que ses chiens, d’une certaine façon, avaient associé l’expérience à la présentation de la nourriture. Ainsi, pour mettre au clair les mystères de cet apprentissage, Pavlov commença à mettre au point une série d’expériences. Son objectif était de vérifier l’hypothèse selon laquelle, lorsque deux stimulus sont présentés de manière contingente, ils finissent par s’associer.

chien

L’expérience qui a démontré l’existence du conditionnement classique est l’association d’un son d’une clochette avec de la nourriture. Pour y parvenir, Pavlov a placé sur plusieurs chiens des compteurs de salivation. Le processus était la suivant: Pavlov secouait une cloche et, après cela, leur présentait la nourriture. Bien évidemment, après leur avoir montré la nourriture, les compteurs indiquaient une salivation de la part des chiens.

Après une série de présentations des deux stimulus (cloche et nourriture) de manière contingente, Pavlov est parvenu à associer les deux. Cela a été prouvé parce que la présentation du son de la cloche provoquait la salivation chez les chiens. Il est cependant important de préciser que celle-ci était plus faible que celle qui se produisait lors de la présentation de la nourriture.

Cette expérience a démontré qu’un stimulus initialement neutre peut provoquer une réponse totalement nouvelle à travers l’association avec un stimulus significatif. C’est ce que l’on connaît sous le nom de conditionnement classique.

Les composants du conditionnement classique

Au moment d’analyser le conditionnement classique, nous pouvons dire qu’il se compose de quatre composants principaux. Ces composants sont le stimulus inconditionné, le stimulus conditionné, la réponse inconditionnée et la réponse conditionnée. Comprendre la relation et la formation de ces composants va nous aider à comprendre le conditionnement classique.

Nous allons vous expliquer brièvement chacun de ces composants et la relation qui existe entre eux :

  • Stimulus inconditionné : il s’agit de ce stimulus qui possède déjà un caractère significatif pour le sujet. C’est-à-dire que c’est un stimulus qui est capable de provoquer une réponse en lui-même. Dans l’expérience de Pavlov, le stimulus inconditionné serait la nourriture.
  • Réponse inconditionnée : il s’agit de la réponse qu’émet le sujet face au stimulus inconditionné. Dans le cas de l’expérience, la réponse inconditionnée serait la ségrégation de salive à cause de la présentation de la nourriture.
  • Stimulus conditionné : ce serait le stimulus initialement neutre, qui ne génère aucune réponse significative chez le sujet. Or, à travers l’association avec le stimulus inconditionné, il est capable d’émettre une nouvelle réponse. Dans le cas de l’expérience de Pavlov, ce serait le son de la cloche.
  • Réponse conditionnée : c’est la réponse émise après la présentation du stimulus conditionné. Dans le cas de l’expérience, ce serait la salivation des chiens après avoir entendu le son de la cloche.

salivation d'un chien

Le conditionnement classique consiste en l’interaction de ces composants. La présentation d’un stimulus neutre avec un stimulus inconditionné, très souvent, va transformer le stimulus neutre en un stimulus conditionné. Le stimulus conditionné finira donc par donner une réponse conditionnée, semblable à la réponse inconditionnée. Cela créera, au final, un nouvel apprentissage à travers l’association de deux stimulus.

Les nombreuses études qui ont surgi en s’appuyant sur le conditionnement classique nous ont aidé à comprendre, en grande partie, de nombreux aspects de l’apprentissage humain. Grâce à lui, nous en savons plus sur l’apparition des phobies ou sur le lien entre des émotions et de nouveaux stimulus. Pavlov a donc permis de comprendre une grande partie de ce que nous savons aujourd’hui à propos de l’apprentissage et du conditionnement.

A découvrir aussi