Dysphorie de genre : le désir de correspondre au sexe opposé

21 juillet 2018 dans Psychologie clinique 0 Partagés
dysphorie de genre et éducation

Les personnes atteintes de dysphorie de genre ressentent une grande incohérence. Cette incohérence se situe entre le sexe qui leur a été assigné (généralement à la naissance) et le sexe qu’ils ressentent ou expriment. Cet écart est la caractéristique fondamentale de la dysphorie de genre. En fait, certaines personnes se sentent mal à l’aise face à cet écart. Le sexe vécu peut inclure d’autres identités sexuelles au-delà des stéréotypes binaires.

Par conséquent, l’inconfort ne se limite pas à un simple désir d’être du sexe opposé. Elle peut inclure le désir d’être d’un autre sexe. Cela se produit tant qu’il diffère du sexe qui a été assigné à la personne. L’inquiétude ou le désir de changement de sexe peut apparaître à tout âge après les deux ou trois premières années de l’enfance. Elle interfère souvent avec les activités quotidiennes.

Chez les enfants plus âgés, l’incapacité d’acquérir des compétences adaptées à l’âge et des relations avec des partenaires de même sexe peut mener à l’isolement social et à l’inconfort.

La dysphorie de genre chez les filles

La dysphorie de genre se manifeste différemment selon les groupes d’âge. Les filles prépubères souffrant de dysphorie de genre peuvent exprimer le désir d’être un garçon. Elles peuvent prétendre qu’elles sont un garçon ou que lorsqu’elles seront grandes, elles seront un homme.

Elles préfèrent les vêtements et la coiffure des garçons. En raison de leur style, elles sont également perçues par des étrangers comme des garçons et peuvent demander à être appelées par le prénom d’un garçon. Elles montrent habituellement des réactions négatives intenses aux tentatives de leurs parents de leur faire porter des robes ou d’autres vêtements associés à la femme. Certains peuvent refuser d’aller à l’école ou à des activités sociales où de tels vêtements sont requis.

Ces filles peuvent montrer une identification marquée avec l’autre sexe dans les jeux de rôle, les rêves et les fantasmes. Elles préfèrent souvent les sports de contact, les jeux de combat. Elles préfèrent les garçons comme camarades de jeu.

Elles montrent peu d’intérêt pour les jouets (p. ex. poupées) ou les activités (costumes féminins ou jeux de rôle) qui sont basés sur des stéréotypes féminins. Elles refusent parfois d’uriner en position assise. Certaines filles peuvent exprimer le désir d’avoir un pénis, ou prétendre qu’elles ont un pénis, ou qu’en grandissant, elles en auront un. Elles peuvent aussi dire qu’elles ne veulent pas développer leurs seins ou leurs menstruations.

dysphorie de genre et androgynie

La dysphorie de genre chez les garçons

Les garçons prépubères atteints de dysphorie de genre peuvent exprimer le désir d’être une fille, prétendre être une fille ou prétendre être une femme lorsqu’ils grandissent. Leur préférence est de s’habiller avec des vêtements de filles ou de femmes et ils peuvent improviser des robes avec les matériaux qu’ils trouvent.

Ces garçons jouent le rôle de figures féminines (par exemple, ils jouent les « mères »). Ils sont souvent intensément intéressés par les fantasmes féminins. Ils préfèrent souvent les activités, les jeux et les passe-temps qui sont des stéréotypes féminins traditionnels (p. ex. jouer à la dînette »).

Ils préfèrent aussi dessiner des femmes et regarder des émissions de télévision ou des vidéos des personnages que les filles préfèrent. Les poupées qui correspondent au stéréotype féminin sont souvent leurs jouets préférés et les filles sont leurs compagnes de jeu préférées.

Ces enfants ont tendance à éviter les jeux les plus compétitifs. Certains peuvent prétendre qu’ils n’ont pas de pénis et insister pour s’asseoir pour uriner. Moins souvent, ils peuvent prétendre trouver leur pénis ou leurs testicules désagréables. Ils veulent les enlever ou ils veulent avoir un vagin.

La dysphorie de genre chez les adultes

Chez les adultes atteints de dysphorie de genre, l’écart entre le sexe vécu et les caractéristiques sexuelles physiques s’accompagne souvent d’un désir de se libérer de leurs caractéristiques sexuelles primaires ou secondaires de l’autre sexe.

À des degrés divers, les adultes atteints de dysphorie de genre peuvent adopter le comportement, la tenue vestimentaire et les manières du sexe qu’ils vivent. Ils se sentent mal à l’aise lorsqu’ils sont considérés par les autres ou lorsque la société les identifie avec le sexe de leurs traits physiques.

Certains adultes peuvent avoir un fort désir d’être d’un sexe différent et d’être traités comme tels. Ils peuvent avoir suffisamment de certitude intérieure pour ressentir et réagir en fonction du sexe qu’ils vivent sans avoir recours à un traitement médical pour modifier leurs caractéristiques corporelles.

dysphorie de genre chez l'adulte

Ces adultes peuvent trouver d’autres moyens de résoudre l’incohérence entre le sexe qu’ils expérimentent/expriment et le sexe qui leur est assigné en vivant partiellement dans le rôle désiré ou en adoptant un rôle sexuel qui n’est ni masculin ni féminin conventionnellement.

Comme nous pouvons le voir, la dysphorie de genre fait référence à l’inconfort qui peut accompagner une incohérence. Une incohérence qui existe entre le genre vécu ou exprimé et le genre assigné.

A découvrir aussi