Que nous réserve l’avenir ? L’art de réduire l’incertitude

· 4 juillet 2018

Que se passera-t-il demain ? Que se passera-t-il dans une semaine ? Et dans un an ? Ou dans vingt ? Que nous réserve l’avenir ? Question difficile, pour ne pas dire impossible à savoir. Par définition, le futur est ce qui n’est pas encore arrivé. Il est par conséquent chargé d’incertitude, ce doute général qui nous empêche d’être sûr de quelque chose. Cette incertitude peut-elle néanmoins être réduite ?

Bien sûr, l’incertitude peut être réduite bien qu’elle ne puisse pas toujours être complètement éliminée. Bien qu’il existe des pseudo-sciences et d’autres arts prétendant connaître l’avenir, ces derniers ont tendance à faire des interprétations vagues de l’avenir afin de ne pas commettre d’erreurs. S’ils nous assurent que demain sera une bonne journée, il est davantage probable qu’il en soit ainsi eu égard au fait que notre attitude sera positive face à l’incertitude. Mais, outre le fait de changer notre attitude et de réduire l’incertitude, cela ne correspond en rien à une prédiction réaliste de l’avenir.

femme ayant besoin de réduire l'incertitude

Réduire l’incertitude avec un plan B

Si nous partons du principe que l’avenir est imprévisible, que nous ne savons pas exactement ce qui va arriver – parce que l’avenir est incertain -, la meilleure option pour connaitre ce dernier est de réduire cette incertitude. Pour cela, une option consiste à réaliser diverses prédictions. Imaginons que nous ne sachions pas quel temps il  fera demain, mais en nous fondant sur notre intuition, nous arrivons à la conclusion qu’il fera beau. Même s’il ne pleut pas depuis de nombreux mois, il se peut qu’il pleuve et que nous ayons à annuler notre sortie à la plage.

Si nous avions eu un plan B : s’il fait beau, j’irai à la plage ; s’il pleut, au musée ; nos plans n’auraient pas été brisés (nous n’aurions pas ce sentiment). Imaginer différentes options d’avenir est un moyen de réduire l’incertitude. En réduisant l’incertitude, nous serons mieux préparés à affronter l’inconnu, quoi qu’il arrive.

Il n’est pas nécessaire de déterminer ce qui va se passer pour prédire l’avenir et réduire l’incertitude. Nous devons simplement penser à ce qui pourrait arriver. Imaginer toutes les options possibles qui pourraient se produire et écarter celles qui sont les plus improbables en fonction des preuves. Par exemple, nous pourrions imaginer que le temps pourrait être ensoleillé, pluvieux, neigeux, nuageux, etc. Même ainsi, en nous fondant sur la température actuelle, l’humidité, la situation géographique, etc., nous pourrions mettre de côté certaines options et attribuer plus ou moins de probabilité aux autres.

Créer des modèles pour réduire l’incertitude

Une pratique courante, parfois inconsciente, que nous utilisons pour réduire l’incertitude est l’utilisation de modèles. L’expérience nous enseigne que certains événements ont tendance à se répéter lorsque des circonstances propices se présentent. Et, plus nous avons d’expérience, plus ces modèles se confirment.

Ces modèles sont en principe utiles. Surtout lorsque nous connaissons les causes et les effets. Nous savons que si nous jetons une pierre sur une autre personne, nous la blesserons. Mais si, en outre, nous savons que les dommages dépendront de la taille de la pierre et de la force avec laquelle nous la jetons, nous pouvons moduler ces variables en fonction de nos intérêts. Bien évidemment, la norme sociale veut que nous ne jetions pas de pierres à qui que ce soit, il ne s’agit que d’un exemple.