Que déteste un enfant de parents toxiques ?

· 25 mai 2017

Nous ne sommes pas souvent conscient-e-s de la douleur que nous pouvons provoquer avec nos actes et nos mots. Il s’agit d’un dérapage communicatif très courant, même pour les personnes les plus réfléchies. Ce problème accentue les conséquences négatives lorsque la personne impulsive est un père ou une mère avec son enfant.

Bernardo Stamateas, auteur du célèbre libre Gente Tóxica (en français, « Personnes toxiques »), dit : « Ne t’accroche pas à qui ne se réjouit pas de tes succès ». Mais qu’arrive-t-il dans le cas d’un enfant ? Il ne peut pas changer de père ou de mère comme on change d’ami-e-s ou de collègues de travail.

Que fait un parent toxique ?

Si en Espagne, le livre de Stamateas est devenu très populaire, le terme « parent toxique » a plutôt été inventé par Susan Forward. Cette psychologue nord-américaine est aussi l’auteure d’une œuvre intitulée Parents qui détestent, qui a joui d’une certaine notoriété.

Pour Forward, un parent toxique est une personne qui provoque de la souffrance chez ses enfants. Les moyens, ainsi que les motivations, sont très variées. Les premiers revêtent la manipulation, les demandes excessives, la maltraitance etc.

Mais nous devons nous poser une question : que se passe-t-il dans l’esprit d’un parent pour qu’il entame une éducation toxique pour son enfant ? Selon l’auteure, tout part des propres traumatismes, en lien avec l’égoïsme ou le narcissisme. Ses triomphes personnels et ses réussites sont ce qui importe, et s’ils n’y arrivent pas, ils retournent leurs frustrations sur leurs enfants, les humiliant et minant leur propre estime d’elleux-mêmes.

Qu’est-ce qu’un parent déteste le plus de son parent toxique ?

À travers diverses études et recherches, des psychologues comme Forward ont montré ce dont souffrait le plus un enfant qui a un parent toxique. Il est important de connaître cela pour pouvoir identifier les attitudes nocives et y remédier.

Un parent exigeant à l’excès

Si un parent ne tolère pas l’échec de son enfant, il est probable qu’il traduise cela en attitudes et en communications toxiques. Ainsi, il peut se montrer exigeant et perfectionniste jusqu’au désespoir. Cela l’amène à souligner encore et encore les erreurs de l’enfant, qui se sentira vraiment affecté. Au fond, ce qui se passe c’est que le parent retourne sa faible estime de lui-même et son sentiment d’infériorité sur le/la petit-e.

Un-e manipulateur-trice né-e

La paternité ou maternité toxique base souvent ses justifications sur la manipulation. Elle détecte les fragilités du/de la petit-e et les exploite pour atteindre son objectif. Il est donc logique que l’enfant finisse par se sentir contrôlé, épuisé et même incapable de prendre ses propres décisions.

« Le névrotique envahit, contrôle, agglutine et asphyxie l’autre en permanence. Le message est : Sans moi, tu ne vis pas. »

-Bernado Stamateas-

Autoritarisme, intransigeance et manque de tolérance

Évidemment, le parent toxique est peu tolérant et autoritaire à l’excès. Il oblige l’enfant à se comporter de manière déterminée sans tenir compte de ses sentiments ou de ses besoins. Cette inflexibilité fait que le petit est peu joyeux car il ne ressent pas de compréhension, de proximité et de tendresse de la part de son progéniteur.

La maltraitance

Les parents toxiques arrivent à un point critique quand ils se transforment en maltraitants physiques car ce sont souvent des maltraitants verbaux avant que la situation n’empire. Ainsi, les insultes, le fait de mal parler et les coups qui entament la sécurité et l’estime de lui-même de l’enfant commencent à se reproduire.

Les critiques à l’excès

Les parents qui exercent une éducation toxique sont non seulement exigeants à la folie, mais aussi critiques à l’excès. Ils font rarement l’éloge de leurs enfants. Même s’ils font très bien quelque chose, leurs parents y verront toujours quelque chose de négatif, de corrigible ou à améliorer et à censurer. Bien sûr, ils ne tiennent pas compte de l’âge de leur enfant, de ses capacités, de son intention etc. Cette attitude place les petits dans sur la défensive, et ils pensent que c’est la seule manière de créer du lien avec le monde.

Le manque de tendresse

S’il y a quelque chose d’indispensable pour un enfant, c’est bien la tendresse et l’affection de ses êtres chers : celles que l’on ressent, mais aussi que l’on démontre. Les liens définissent en grand partie le bon développement de l’enfant. Sachez qu’un enfant qui ne se sent pas aimé par ses parents sera un enfant triste et éteint.

Le parent toxique, en retournant toute sa frustration sur son enfant, instillera en lui de la culpabilité. Chaque échec du parent sera incombé à l’enfant qui sera de plus en plus irritable et peu sûr de lui.

« Nos parents sèment en nous des graines mentales et émotionnelles, et ces graines grandissent avec nous. Dans certaines familles, ce sont des graines d’amour, de respect et d’indépendance. Mais dans beaucoup d’autres, ce sont des graines ce peur, d’obligation ou de culpabilité. »

-Susan Forward-

Avant de terminer cet article, nous voulons vous rappeler qu’un parent toxique est également peu communicatif, protecteur jusqu’à l’épuisement et essayera toujours de faire vivre à son enfant la vie qu’il n’a pas eu. Il acceptera donc rarement les désirs et les aspirations de l’enfant qui sortent de ce chemin tout tracé. Nous parlons ici d’un parent égoïste qui essaiera de planifier chaque détail du monde de son enfant. En définitive, un être qui réussira à se faire détester par son enfant, qui développera de graves problèmes affectifs, en lien avec l’estime de soi, la responsabilité et la sécurité.

Lisez aussi : Amis possessifs et toxiques : l’horreur de vivre avec des personnes envahissantes