Découvrez la technique de l’intention paradoxale

· 22 octobre 2018

Les outils dont se servent les psychologues sont des techniques psychologiques. L’une d’elles serait, par exemple, la technique de l’intention paradoxale.

On a généralement recours à ces techniques dans le cadre d’une intervention/traitement psychologique. Les traitements psychologiques peuvent en outre appartenir à différentes écoles de psychologie (cognitivo-comportementale, systémique, gestalt, psychanalyse, etc.).

Un traitement psychologique est une intervention professionnelle. Cette intervention repose sur des techniques psychologiques dans un contexte clinique. Un spécialiste, généralement un psychologue clinicien, cherche alors à éliminer la souffrance d’une autre personne. Avec la collaboration active de cette dernière.

On invite les patients, lors de l’application de la technique de l’intention paradoxale, à mettre un terme à la tendance à échapper ou à contrôler leurs symptômes. Plus encore, il leur est demandé de les faire apparaître délibérément, en les souhaitant et en les exagérant.
technique de l'intention paradoxale
Quelques exemples pourraient être : aider une personne à surmonter sa dépression. Travailler avec une famille sur les conflits entre ses membres afin qu’ils puissent mieux communiquer. Apprendre à un adolescent à interagir avec d’autres pairs de manière moins agressive. Etc.
Un traitement psychologique implique, entre autres, d’écouter attentivement ce que le patient a à dire. De rechercher les aspects personnels, sociaux, familiaux, etc., qui génèrent ou maintiennent le problème ayant motivé la consultation. Il s’agit également d’informer le patient sur la manière de résoudre les problèmes posés. Et d’utiliser des techniques psychologiques spécifiques. Des exemples de ces techniques sont l’entraînement à la respiration ou à la relaxation, l’intention paradoxale, la résolution de problèmes interpersonnels, la remise en question de croyances erronées, l’apprentissage de compétences sociales, etc.

On met donc en oeuvre les traitements psychologiques grâce à des psychologues, spécialistes des problèmes de comportement. Les psychologues utilisent des techniques d’évaluation spécialisées et des traitements. Diverses enquêtes scientifiques en ont démontré l’efficacité.

La technique de l’intention paradoxale

La technique de l’intention paradoxale est liée à la psychothérapie d’orientation humaniste. Concrètement, à la logothérapie de Victor Frankl (1999). La force avec laquelle l’approche cognitive émergea constitue par ailleurs un champ propice à pour son utilisation.

L’intention paradoxale est donc devenue, au sein de la thérapie cognitivo-comportementale, une intervention cognitive particulièrement utile pour surmonter la résistance au changement présentée par certains patients présentent.

Pour la définir, sachez qu’on peut définir un paradoxe comme quelque chose qui s’oppose à ce que l’on considère comme vrai. Un paradoxe, du latin paradoxus (qui, lui-même, trouve son origine dans la langue grecque), est une figure rhétorique qui consiste en l’utilisation d’expressions qui impliquent une contradiction.

Cela signifie qu’au-delà des conditions contradictoires, les facteurs présentés sont valides, réels ou crédibles. La technique de l’intention paradoxale tente de confronter le sens commun de la personne à laquelle elle est appliquée.

Le patient oserait faire ou désirer que se produise ce qu’il craint précisément (Frankl, 1984). Cela vous semble-t-il risqué ou bien utile ? …

technique d'intention paradoxale

Objectif général de l’intention paradoxale

L’objectif général de l’intention paradoxale est de provoquer des changements dans les attitudes et les réactions des personnes en situation de stress. Ou de mal-être . Il s’agit de démanteler le cercle vicieux qui s’est constitué en prescrivant précisément à ce qui est le plus redoutés par le patient. Voyons un exemple pour mieux le comprendre :

Un patient souffrant d’insomnie faits chaque  soir tous  les efforts possible pour s’endormir. Avec l’intention paradoxale, nous demandons à la personne souffrant d’insomnie de faire exactement le contraire de ce qu’elle essaie de faire. Elle doit désormais se coucher en essayant de rester éveillé aussi longtemps que possible. Cette façon d’agir lui permet de mettre de côté la bataille pour dormir puisque le consigne est de rester éveillé et atteindre le sommeil plus rapidement en arrêtant de lutter.

Pourquoi la technique de l’intention paradoxale fonctionne-t-elle ?

Malgré son efficacité reconnue dans le cadre clinique, ses mécanismes d’action ne sont pas clairement établis (contrairement à ce qui se passe avec d’autres techniques psychologiques). De sorte que plusieurs modèles tentent d’expliquer ses effets.

Certaines variantes de la technique proposent des mécanismes de contrôle stimulants pour affecter la chaîne comportementale. D’autres font appel à des changements dans les attentes, l’auto-efficacité ou l’attribution du contrôle en tant que mécanismes responsables du changement. Les modèles théoriques les plus pertinents pour expliquer l’intervention des mécanismes sus-nommés sont les théories :

  • Du double lien (Watzlawick, Beavin et Jackson, 1981)
  • De la décontextualisation du symptôme (Omer, 1981)
  • De l’anxiété récurrente (Ascher et Schotte, 1999)
  • Du contrôle de l’esprit ironique (Wegner, 1994)

Comment s’applique la technique d’intention paradoxale ?

Les patients sont invités, lors de l’application de la technique de l’intention paradoxale, à mettre un terme leur tendance à échapper ou à contrôler leurs symptômes. Il leur est également demandé de les faire apparaître délibérément, en les souhaitant et en les exagérant.

Le processus nécessitera deux changements concernant la façon actuelle dont le patient affronte le problème. Le patient doit renoncer à tenter de contrôler le problème. Il doit en outre être disposé à faire apparaître et à augmenter les symptômes.

Ces deux exigences iront probablement à l’encontre de la logique thérapeutique du patient. Il sera donc nécessaire de lui expliquer de manière approfondie et convaincante que la dynamique du problème peut s’améliorer grâce à ces changements.

Séquence d’application de la technique d’intention paradoxale

La séquence d’application de la technique d’intention paradoxale suivrait le schéma suivant :

  • Évaluation du problème et identification de la logique qui maintient la personne dans des solutions inefficaces.
  • Redéfinir le symptôme en fonction des données de la phase précédente. Fournir une nouvelle signification au symptôme (par exemple, des avantages).
  • Indiquer les changements paradoxaux selon le modèle de plainte.
  • Conceptualiser les changements à partir de l’intervention paradoxale (établir le mécanisme explicatif).
  • Prévention des rechutes.
  • Finalisation et suivi du patient.

La technique de l’intention paradoxale est-elle efficace ?

Malgré son utilité, l’intention paradoxale peut être l’une des procédures les plus difficiles à utiliser dans la thérapie cognitivo-comportementale. Le thérapeute doit évidemment connaître la logique et la procédure de cette technique. Il doit également avoir suffisamment d’expérience pour détecter le moment approprié pour l’appliquer.

Les compétences de communication et l’expérience clinique du thérapeute seront donc décisives pour le succès de l’application. La fermeté, la sécurité, la conviction et la capacité de simulation du thérapeute peuvent être des éléments fondamentaux pour que le patient fasse ce qui contredit ce que son intuition lui suggère.

La technique de l’intention paradoxale a offert de bons résultats dans différents domaines d’application. C’est peut-être en matière d’insomnie qu’elle fut le plus utilisée et qu’elle obtint le plus de succès. Il convient en outre de souligner l’importance de l’appliquer sous la supervision d’un thérapeute. Une mauvaise application pourrait aggraver le problème. Et même le rendre plus résistant aux interventions ultérieures.