Logothérapie par Viktor Frankl : 3 principes de base

· 25 décembre 2017

La logothérapie est également connue comme « la troisième école psychologique de Vienne ». La première école psychologique fut celle de Sigmund Freud, la deuxième celle d’Adler et la troisième l’école est celle fondée par Viktor Frankl, et sur laquelle nous nous focaliserons dans le cadre de cet article.

Sigmund Freud définissait l’homme comme un être orienté vers le « plaisir ». Adler le définissait comme un être orienté vers le « pouvoir ». Viktor Frankl percevait l’homme comme un être orientée vers le « sens ».

Les historiens de la psychologie s’accordent à dire que l’étude de la psychanalyse permet également de connaître la vie de Freud, son fondateur. Nous pouvons dire de la même manière qu’en étudiant la logothérapie nous nous rapprochons des expériences personnelles de V. Frankl, le développement de la troisième école psychologique ne pouvant guère être compris sans connaître l’histoire de la vie de celui qui en est à l’origine.

« J’ai trouvé le sens de ma vie en aidant les autres à trouver un sens à la leur. »

Viktor Frankl

Viktor Emil Frankl est né à Vienne le 26 mars 1905. Il survécut à l’expérience de quatre camps de concentration, dont Auschwitz. Il s’intéressa dès son plus jeune âge à l’étude de la médecine et des sciences naturelles, mais conserva un esprit très critique face aux positions réductionnistes.

Sa vocation est venue très tôt et sa propre quête de sens commença bien avant l’holocauste. Son livre le plus connu, « L’homme en quête de sens », vit le jour lors de ce dernier. V. Frankl était convaincu que ce qui nous rend uniques est l’esprit humain. Réduire la vie et la nature humaine au « néant », comme l’ont fait beaucoup de philosophes et de psychiatres de l’époque, ne correspondait pas à la pensée la plus appropriée.

« L’homme peut garder un vestige de liberté spirituelle, d’indépendance mentale, même dans les terribles circonstances de tensions psychiques et physiques. »
Viktor Frankl

A 19 ans, il avait déjà développé ses deux idées fondamentales. En premier lieu, que nous devons répondre à la question que la vie nous pose quant au sens de nos vies, puisque nous sommes responsables de notre existence. Deuxièmement, que le sens ultime se situe au-delà de notre compréhension et doit y demeurer. Il s’agit de quelque chose dans lequel nous devons avoir foi lorsque nous le poursuivons.

L’expérience de V. Frankl dans les camps de concentration lui permis de vérifier que l’être humain dispose de la capacité de trouver un sens, une signification à toute circonstance de la vie, même dans les moments les plus absurdes et les plus douloureux.

L’homme en quête de sens

Dans son ouvrage « L’homme en quête de sens », V. Frankl parle de ses expériences dans les camps de concentration (Türkhein, Kaufering, Theresienstad et Auschwitz). Il décrit les mauvais traitements que recevaient les prisonniers, mais il parle également de la beauté de l’esprit humain. En définitive, ce livre traite de la manière de transcender l’horreur et de trouver un sens même dans les circonstances les plus terribles.

V. Frankl est décédé le 2 septembre 1997, à l’âge de 92 ans, laissant un grand héritage à l’humanité. Il nous rappelle à travers sa vie et son travail que nous pouvons tous élaborer un sens afin de nous sauver dans les moments difficiles et que tout ce que nous faisons, aussi minime soit-il, aura une grande valeur.

 « Il peut tout être retiré à l’homme sauf une chose : la dernière des libertés humaines – le choix de l’attitude personnelle face à un ensemble de circonstances – pour décider de son propre chemin. »

La logothérapie

Comme nous l’avons précisé en introduction, la logothérapie est reconnue comme la troisième école viennoise de psychothérapie, et fut fondée par V. Frankl. Elle fut connue du public dans les années 40. La logothérapie est une méthode destinée à surmonter les conflits humains qui génèrent de la souffrance.

Elle nous permet de trouver du sens à des situations difficiles et qui génèrent de la douleur. De sorte que ces dernières se transforment en opportunités de croissance pour les personnes qui les vivent. Cette méthode, centrée sur les expériences de valeurs, nous permet de trouver un sens à tous les événements de la vie, nous donnant ainsi la possibilité de vivre une vie pleine.

En logothérapie, le logos fait référence au « sens », à la « signification » : quelque chose que l’être humain cherche toujours face aux circonstances du destin. Par conséquent, logothérapie signifie une thérapie par le « sens » ou de la « signification ».

logothérapie

Les 3 principes de base de la logothérapie

Les trois principes de base ou piliers de la logothérapie sont les suivants :

  • La liberté de volonté
  • La volonté de sens.
  • Le sens de la vie

La liberté de volonté

La liberté de volonté se déploie à travers une capacité spécifiquement humaine connue sous le nom « d’auto-distanciation ». Cette capacité humaine se comprend comme la possibilité de se voir soi-même, de s’accepter, de se réguler et de se visualiser. Selon les enseignements de V. Frankl, ceci nous donne la liberté face à trois sources d’influence :

  • Les instincts
  • L’héritage
  • L’environnement

L’homme les possède mais cela ne nous détermine pas. Nous ne sommes pas prédéterminés ou finalisés. Nous sommes libres face à ces trois éléments. L’être humain est libre de ce qui le conditionne et peut exercer sa liberté. Chaque fois que l’être humain se libère de quelque chose, il le fait pour une bonne raison. Nous rencontrons ici le concept de responsabilité. L’homme est libre d’être responsable et responsable parce qu’il est libre.

À partir de cette analyse existentielle, nous pouvons soutenir que l’homme est responsable de la réalisation du sens et des valeurs. L’homme est appelé à la réalisation du sens de sa vie et des valeurs qui lui donnent un sens. Il est le seul responsable face à cet appel.

La volonté de sens

La volonté de sens est étroitement liée à la transcendance de soi qui caractérise l’être humain. L’homme vise toujours au-delà de lui-même, vers un sens qu’il doit d’abord découvrir et dont il doit atteindre la plénitude. La volonté de plaisir et la volonté de pouvoir, respectivement de Freud et d’Adler, conduisent l’homme à l’immanence. Ces concepts s’opposent à l’auto-transcendance et pourraient frustrer notre existence.

Pour la logothérapie, le plaisir et le pouvoir sont des conséquences du fait d’atteindre une fin et non la fin en soi. Il s’agit de la raison pour laquelle les personnes qui poursuivent le plaisir et le pouvoir atteignent un état de frustration dans lequel elles se sentent en même temps submergées par un grand vide existentiel.

La volonté de sens ne cherche pas à atteindre le pouvoir ou le plaisir, ni même le bonheur. Son objectif est la rencontre d’un argument, d’une raison pour être heureux.

homme triste

Le sens de la vie

Les deux principes que nous avons mentionnés précédemment nous parlent d’une personne prête à prendre position face aux circonstances de la vie, en toute liberté, à partir d’un sens qui la véhicule. Il s’agit là du profil de l’homme en quête de sens : le même que celui qui, en découvrant une valeur et en la réalisant, se constitue lui-même.

La vie englobe et conserve une signification. Ce sens est particulier et original en fonction de chacun d’entre nous. Ainsi, notre devoir, en tant qu’êtres conscients et responsables, est de découvrir le sens de nos vies.

La mort ne peut que provoquer de la crainte à ceux qui ne savent pas comment remplir le temps qui leur est donné de vivre.

Ceci sera obtenu à travers trois voies fondamentales qui se réfèrent à trois catégories de valeurs. Elles nous dirige parfois vers la réalisation de valeurs créatives. D’autres fois, cela nous touchera par le biais d’une expérience, comme lorsque nous assistons à un coucher de soleil ou que quelqu’un nous offre une caresse. Nous devrons également faire face aux limites de la vie elle-même (la mort, la souffrance …).

En tout état de cause, la vie conservera toujours jusqu’à la fin une signification cachée et un appel impérieux et permanent pour que cette dernière soit découverte et accomplie. il s’agit là des trois principes fondamentaux de la logothérapie de Viktor Frankl. Comme nous avons pu le constater, il s’agit d’une vision humaniste-existentielle de l’être humain qui peut être difficile à comprendre si nous ne sommes pas familiarisé avec l’existentialisme. Cependant, il est indéniable que cela en vaut la peine si nous réfléchissons à tout ce que cela peut apporter à notre cadre vital.

Références bibliographiques

V. Frankl (2013). L’homme en quête de sens. Herder

V. Frankl (2003). Face au vide existentiel : vers une humanisation de la psychothérapie. Herder