La déconcertante décision de ne pas faire face aux situations

17 septembre 2017 dans Psychologie 207 Partagés
homme aux yeux baissés

Nous avons tou-te-s déjà rencontré ce type de personnes qui génèrent des attentes, font des promesses ou s’engagent à faire quelque chose et finissent par refuser de faire face aux situations. On le voit dans les couples, quand l’un-e des deux disparaît et que l’autre ne sait pas quoi en penser. On le voit aussi dans le domaine des affaires et du travail, quand vous consacrez une grande partie de votre temps à la recherche d’un accord et que l’autre ne le respecte pas.

Ne pas faire face aux problèmes est le style de certaines personnes. Elles créent un conflit puis s’en vont. Ensuite, quand il faut partager les responsabilités, il est difficile de les trouver. C’est aussi la manière habituelle d’agir de certain-e-s délinquant-e-s : iels veulent en tirer des bénéfices mais ne sont pas prêt-e-s à payer le prix associé au risque qu’iels courent.


“Essayer de lutter contre un ennemi invisible est comme essayer de vous évader de votre existence.”

-Anonyme-


Ce type de comportement est très nocif pour la ou les personnes qui en sont victimes. Il peut créer une confusion profonde. Vous pouvez passer de longs moments à essayer de résoudre le casse-tête afin de déchiffrer pourquoi une personne agit de la sorte. Au final, il est possible qu’il n’y ait plus qu’une grande méfiance envers les autres et une accumulation de récriminations envers soi-même. Nous ne devons pas laisser cela arriver.

visage fleuri

Ne pas faire face aux situations est un mélange de honte et de cynisme

Une personne qui n’ose pas faire face à des problèmes sait ou devine qu’elle a fait quelque chose de répréhensible. Par ailleurs, elle est consciente, dans une certaine mesure, que les moyens qu’elle a utilisés n’étaient pas justifiés pour le but qu’elle cherchait à atteindre. Ainsi, ses raisons pour agir de manière négative ne sont pas valables. Elles manquent de poids, de logique, d’honnêteté ou de considération envers l’autre. La personne est consciente que ses actes et ses motivations ont un impact négatif.

Elle agit aussi contre l’éthique ou les valeurs, de façon consciente. En même temps, une ambivalence apparaît : elle n’est pas capable d’admettre, devant les autres, que son comportement est censurable. Qu’elle a commis une erreur. Son attitude révèle des notes de honte.

Cependant, cette attitude dénote aussi un manque de pudeur flagrant. Le fait de ne pas faire face aux situations est une façon de résoudre les problèmes en ignorant l’autre, en lui retirant toute la considération qu’iel mérite. En lui faisant comprendre qu’il n’y a aucun intérêt à réparer le mal qui a été fait ou qu’il existe une certaine forme de mépris envers lui (“ce n’est pas si grave”). En lui montrant qu’elle doit se débrouiller avec les conséquences et accepter de ne rien pouvoir faire. En ce sens, ne pas faire face aux problèmes est aussi une forme de cynisme. La personne agit en effet de façon incorrecte, à la vue de tou-te-s, et laisse les autres se débrouiller comme iels le peuvent.

L’incapacité de faire face à ses responsabilités

Ne pas faire face aux situations est aussi, bien évidemment, un signe flagrant d’absence de responsabilité. Les sociétés s’édifient sur des pactes collectifs, implicites ou explicites. Les lois, les religions et les idéologies sont des manières de transmettre l’importance de ces pactes, nécessaire pour vivre en groupe. Les autres nous aident et, en échange, nous devons leur apporter des bénéfices. Tel est l’accord de base.

femme dos poisson

La responsabilité fait référence à la capacité de répondre. On l’apprend depuis les premières années de notre vie. Elle implique une conscience par rapport aux engagements et obligations que nous avons envers les autres. Certains réussissent à apprendre que la responsabilité est un choix personnel et autonome. Il n’est pas nécessaire que quelqu’un vous regarde pour respecter votre accord. Cela ne dépend pas de la récompense ou de la punition des autres, mais de votre propre conscience.

En ne faisant pas face aux situations, on élude précisément l’obligation de répondre à ce que l’on a fait. Cette attitude brise des engagements et, bien sûr, la confiance. Il s’agit évidemment d’un comportement qui dénote un manque d’autonomie. Celleux qui préfèrent se cacher restent enfermé-e-s dans un schéma récompense-punition. Iels agissent comme quand iels étaient enfants, en se cachant quand iels font une bêtise.

Que faire avec celleux qui ne prennent pas leurs responsabilités

Une personne qui ne fait face à rien peut arriver à faire beaucoup de mal aux autres. Le fait qu’on vous fasse du mal et qu’on ne s’en excuse même pas peut être très douloureux. C’est une chose qui vous fait vous sentir extrêmement impuissant-e. C’est un peu comme s’il s’agissait d’une arnaque émotionnelle.

homme qui ne veut pas faire face aux situations

Ce type de comportement est aussi une forme de manipulationEn laissant la résolution d’une situation entre les mains d’une seule personne, on introduit un mal-être additionnel. L’absence de celui/celle qui ne veut pas prendre ses responsabilités crée des attaches et les maintient. Le conflit reste à l’état de limbes et, d’une façon ou d’une autre, se prolonge dans le temps, avec toutes les émotions négatives qui en dérivent.

Quand on vous laisse la responsabilité de régler une situation qui avait été vécue à deux ou plus, il ne vous reste pas d’autre choix que d’assumer le défi. Il convient de renoncer rapidement à l’envie de “faire revenir” l’autre pour qu’iel réponde, pour qu’iel fasse acte de présence. Ce désir fait partie des toiles de la manipulation. Laissez partir celui/celle qui n’assume pas ses responsabilités. Trouvez une solution à ce qui peut être résolu et tournez la page. Voici la meilleure chose à faire.

A découvrir aussi