Compréhension et croyance : l'expérience de Gilbert

18 septembre, 2020
L'expérience de Gilbert soutient une conclusion troublante : lorsqu'on nous donne des informations, nous avons tendance à considérer qu'elles sont vraies. Cela nous rend vulnérables, du fait que nous pouvons être facilement trompés.

L’expérience de Gilbert a tenté de résoudre un débat en vigueur depuis pas moins de quatre siècles. Ce débat a commencé au XVIe siècle entre deux grands philosophes : René Descartes et Baruch Spinoza. La raison de la controverse concernait la façon dont les croyances se forment chez l’être humain.

René Descartes, le plus grand représentant du rationalisme, a soutenu que la compréhension et la croyance étaient deux processus distincts. Selon lui, les gens ont d’abord acquis les informations, les ont analysées, puis ont ensuite décidé s’ils pouvaient y croire ou non. En d’autres termes, les croyances de Descartes étaient le produit de l’analyse des informations reçues.

Baruch Spinoza, quant à lui, soutenait une autre hypothèse. Pour ce philosophe, la compréhension et la croyance étaient deux processus produits simultanément. En acquérant des informations et en les comprenant, nous formons automatiquement des croyances. Autrement dit, nous croyons ce que l’on nous dit ou écrit sans soumettre les propos à une analyse détaillée.

“L’ intelligence est ce que vous utilisez lorsque vous ne savez pas quoi faire .”

Jean Piaget-

L’expérience de Gilbert

Le débat entre les deux philosophes n’a jamais été pleinement élucidé. Pour vérifier la validité de chacune de ces thèses, l’expérience de Gilbert a été imaginée. Le créateur de cette expérience fut le psychologue Daniel Gilbert accompagné de ses collègues, en 1993.

La question centrale de sa recherche était de savoir si la compréhension et la croyance étaient deux processus distincts ou se produisaient simultanément.

Pour définir laquelle des deux thèses était vraie, un groupe de 71 volontaires a été retenu. Chacun d’eux a reçu un texte détaillant un vol. Sur la base de ce qu’ils ont lu, les volontaires ont dû décider de la peine à infliger au voleur.

Le texte fourni comportait certaines lignes en vert et d’autres en rouge. Les participants ont été informés que les lignes vertes correspondaient à des déclarations qui étaient vraies. Les lignes rouges, en revanche, étaient fausses. Ils devraient en tenir compte pour comprendre les circonstances du vol et prononcer la peine la plus équitable.

Le développement de l’expérience de Gilbert

Les déclarations en rouge et fausses contenaient des informations sur les détails du crime. Certaines de ces affirmations ont fait apparaître le vol le plus violent. Il a été dit, par exemple, que le voleur était armé ou avait un comportement agressif.

D’autres textes contenant des déclarations qui cherchaient, d’une manière ou d’une autre, à “adoucir” le crime. On pouvait lire, par exemple, que le voleur avait de la famille et des enfants et avait volé par nécessité. Son attitude était “aimable” et jamais violente.

Au cours du développement de l’expérience de Gilbert, la moitié des participants ont été interrompus par des distractions. L’autre moitié a été autorisée à terminer l’exercice sans aucune distraction.

Ceux qui étaient distraits devaient agir de façon plus naturelle, précisément parce qu’ils étaient privés de contrôle sur la situation et incités à se comporter comme ils le feraient normalement.

Résultats de l'expérience de Gilbert

Les résultats

À la fin de l’expérience de Gilbert, une différence importante a été observée entre les deux groupes.

De manière générale, le groupe de volontaires distraits n’a pas tenu compte du fait que le texte contenait des déclarations fausses et vraies. Ceux qui avaient reçu des textes contenant de fausses informations qui rendaient le voleur beaucoup plus cruel, lui accordaient jusqu’à deux fois plus de douleur que les autres. Ceux qui avaient de fausses allégations en faveur du délinquant lui ont accordé moins de la moitié de la peine.

En revanche, ceux qui n’avaient pas été distraits lors de l’expérience de Gilbert ont omis les fausses allégations et ont infligé une sanction en fonction du crime commis. Ils avaient eu assez de temps pour faire cette distinction informative, et c’est pourquoi ils se sont montrés plus équanimes.

Ce qui est troublant dans cette expérience, c’est que si l’on se réfère à la vie quotidienne, le faux et le vrai n’apparaissent pas en rouge ou en vert. L’expérience de Gilbert a prouvé que le philosophe Baruch Spinoza avait raison. La compréhension et les croyances se forment simultanément. Cela signifie, fondamentalement, que nous avons tendance à croire tout ce que l’on nous dit.

Dans une certaine mesure, c’est une bonne chose, autrement nous passerions toute notre vie à vérifier les dires des uns et des autres. Mais il est aussi inquiétant de voir comme nous croyons facilement des détails qui peuvent ne pas être vrais.

Gendler, T. Experimentos mentales filosóficos, intuiciones y equilibrio cognitivo. Trabajando en el laboratorio de la mente, 149.