Ne pas confondre terrorisme et crime organisé

· 10 février 2019
Découvrez les différences et les similitudes entre les crimes organisés et le terrorisme.

Le crime organisé et le terrorisme présentent quelques similitudes. Cependant, il s’agit bel et bien de deux phénomènes différents qu’il est important de savoir distinguer.

D’une part, le crime organisé correspond à une forme de délit. Ces délits requièrent un certain niveau de planification et la participation collective et coordonnée de plusieurs individus.

D’autre part, le terrorisme est une forme de lutte violente. La violence employée par le terrorisme est dirigée contre les civils et elle est employée à des fins politiques. Le terrorisme a pour objectif de répandre la confusion, la terreur et d’irriter une population et ses dirigeants. Le but est également de capter l’attention de l’opinion publique internationale, de semer le doute sur la légitimité d’un régime politique, de provoquer les conflits internes dans les sociétés menacées et de mobiliser les sympathisants de la cause défendue par les terroristes, etc.

« Ce n’est pas un jeu, horrible homme ; affirma Monsieur Poe. Les dominos sont un jeu. Le waterpolo est un jeu. L’assassinat est un crime et vous allez payer pour cela en prison ».

Le laboratoire aux serpents (1999), Daniel Handler-

définition d'un crime organisé

Qu’est-ce qui est recherché ?

Le principal objectif du crime organisé est le profit. Les organisations criminelles cherchent à obtenir de l’argent. Plus elles obtiennent d’argent, mieux c’est. En revanche, le terrorisme s’effectue à des fins politiques : on cherche à changer un système, à obtenir l’indépendance ou un certain avantage politique ou religieux par exemple.

Cependant, il existe également des similitudes. Les organisations terroristes ont besoin d’argent pour financer la lutte armée. Elles doivent par exemple recruter, acheter leurs armes et financer leur propagande, la préparation et l’exécution des attentats, etc. Le crime organisé peut conditionner la politique et le fonctionnement des institutions publiques.

D’autre part, l’influence de la sphère politique est différente. Le crime organisé cherche à tirer profit, mais pas à modifier l’ordre établi. Le terrorisme en revanche est orienté vers la transformation ou la déstabilisation des institutions en vigueur ou vers l’obligation des représentants d’adopter des décisions et des mesures contraires à leurs propres principes et intérêts.

« J’avais le pressentiment obscur qu’il n’avait pas entièrement terminé et qu’il commettrait très vite un nouveau crime effrayant qui effacerait, par sa magnitude, le souvenir du délit précédent ».

-Frankenstein (1818), Mary Shelley

Fréquences de l’activité criminelle

Pour résumer, le terrorisme et le crime organisé cherchent tout deux à tirer un profit économique et à influencer les activités politiques. La grande différence entre les deux repose sur l’objectif final. Les crimes organisés sont effectués dans un but économique tandis que le terrorisme a une visée politique. Les deux phénomènes se dédient aux activités criminelles.

Le crime organisé est plus courant que le terrorisme. Il existe en fait plus d’organisations criminelles que de groupes terroristes. On peut trouver une explication à cela. En fait, les acteurs des crimes organisés sont davantage disposés à sacrifier leur sécurité afin de tirer des profits économiques conséquents. Au contraire, la perpétuation d’attentats terroristes ne permet généralement pas d’obtenir de financement mais requière en revanche d’importants investissements financiers. Pour cette raison, les groupes terroristes favorisent généralement la sécurité d’action.

conséquences du terrorisme

Recours à la violence

La dernière différence existant entre le crime organisé et le terrorisme se trouve dans leur recours à la violence. L’efficacité d’un attentat terroriste dépend de son impact. L’action doit absolument toucher une large audience. On sollicite un petite groupe de personnes pour intimider en masse. Plus un attentat est spectaculaire, plus il atteindra de personnes et plus il recevra d’attention et de publicité. Cependant, si l’attentat prend beaucoup de vies, il peut être contreproductif. En effet, au lieu de gagner des partisans, il générera le rejet.

Le crime organisé recherche pour sa part l’anonymat. Les criminels aspirent à la réalisation de leurs délits sans être identifiés afin de ne pas mettre en danger leurs carrières criminelles. Pour cette raison, la violence pratiquée par les groupes de crimes organisés tend à limiter la publicité. Du moins, ils ne la cherchent pas de manière délibérée.

Finalement, bien que le terrorisme et le crime organisé partagent de nombreux points communs, ils présentent également des différences décisives. Concrètement, certains objectifs sont similaires, mais leur but final est différent. Rappelons que le crime organisé cherche à tirer un profit économique tandis que le terrorisme cherche à obtenir un changement sur le plan politique. De plus, l’activité du crime organisé est plus fréquente et caractérisée par une violence anonyme tandis que le terrorisme cherche à rendre visible la violence.

« Mon point de vue est celui des « condamnés de la Terre », celui des exclus. Cependant, je n’accepte en aucun cas les actions terroristes car elles provoquent la mort d’innocents et sont responsables de l’insécurité des êtres humains. Le terrorisme renie l’éthique universelle de l’être humain ».

Pédagogie de l’autonomie (1996), Paulo Freire-

 

  • De la Corte, L., & Giménez-Salinas, A. (2010). Crimen.ogr: Evolución y claves de la delincuencia organizada. Barcelona: Ariel.