Comment la vie change après la mort des parents

Nous ne sommes jamais prêts à affronter la mort de nos parents. C'est une grande adversité qu'il est difficile de surmonter complètement. Normalement, le mieux que l'on puisse faire est de l'assumer et de vivre avec.
Comment la vie change après la mort des parents

Dernière mise à jour : 11 juin, 2022

Après la mort des parents, la vie change beaucoup. Se retrouver orphelin, même pour les adultes, est une expérience accablante. Au fond de tout être humain, il y a toujours cet enfant qui peut toujours aller chez sa mère ou son père pour se sentir protégé. Mais quand ils partent, cette option a disparu pour toujours.

Vous allez arrêter de les voir, pas pendant une semaine, pas un mois, mais le reste de votre vie. Les parents étaient les personnes qui nous ont mis au monde et avec qui vous avez partagé le plus d’intimité et de fragilité. Ces êtres pour qui, en grande partie, nous sommes devenus ce que nous sommes ne seront plus là.

“Quand un nouveau-né serre le doigt de son père avec son petit poing pour la première fois, il l’emprisonne pour toujours”

-Gabriel Garcia Marquez-

regarde vers l'horizon

La mort : un profond abîme…

Nous ne sommes jamais tout à fait préparés à affronter la mort, d’autant plus si c’est celle de l’un de nos parents. C’est une grande adversité qu’il est difficile de surmonter complètement. Normalement, le mieux que l’on puisse faire est de l’assumer et de vivre avec. Pour la surmonter, du moins en théorie, il faudrait la comprendre et la mort, à proprement parler, est totalement incompréhensible. C’est l’un des grands mystères de l’existence : peut-être le plus grand.

De toute évidence, la manière dont nous intégrons les pertes dépendra en grande partie de la manière dont elles se sont produites. Un décès dit « de causes naturelles » est douloureux, mais un accident ou un meurtre l’est davantage. Si le décès a été précédé d’une longue maladie, la situation est très différente de celle d’un décès soudain.

La différence de temps entre la mort de l’un et celle de l’autre influe aussi : s’il reste peu de temps, le duel sera plus complexe. Si, en revanche, le délai est plus long, nous serons sûrement un peu mieux préparés à l’accepter.

En fait, ce n’est pas seulement un corps qui s’en va, mais tout un univers. Un monde fait de mots, de caresses, de gestes. Y compris, des conseils répétitifs qui parfois fatiguent un peu et des “manies” qui nous font sourire ou se frotter la tête parce qu’on les reconnaît en eux. Maintenant, ils commencent à se manquer d’une manière improbable.

La mort n’avertit pas. On peut le présumer, mais il n’annonce jamais exactement quand il arrivera. Tout est synthétisé en un instant et cet instant est catégorique et décisif : irréversible. Tant d’expériences vécues à côté d’eux, bonnes et mauvaises, frémissent soudain et sont submergées dans les souvenirs. Le cycle est terminé et il est temps de dire au revoir.

“Ce qui est, sans être…”

Nous pensons généralement que ce jour ne viendra jamais, jusqu’à ce qu’il vienne et devienne réel. Nous sommes choqués et ne voyons qu’une boîte, au corps rigide et immobile, qui ne parle ni ne bouge. Qu’y a-t-il, sans y être…

Parce qu’avec la mort, de nombreux aspects de la vie des personnes décédées commencent à être compris. Une compréhension plus profonde apparaît. Peut-être, le fait de ne pas garder à l’esprit ses proches éveille en nous la compréhension de la raison de nombreuses attitudes jusque-là incompréhensibles, contradictoires voire répugnantes.

Par conséquent, la mort peut entraîner un sentiment de culpabilité envers la personne décédée. Il faut lutter contre ce sentiment, puisqu’il n’apporte rien, mais vous enfonce plus profondément dans la tristesse, sans pouvoir y remédier, pourquoi vous en vouloir si vous avez fait des erreurs ? Nous sommes des êtres humains et accompagnant cet adieu il doit y avoir un pardon : de celui qui part vers celui qui reste ou de celui qui reste vers celui qui part.

tournesols

L’importance de partager la douleur

Que faire lorsque nos parents meurent ? Debra J. Umberson, professeur de sociologie à l’Université du Texas à Austin et auteur du livre The Death of a Parent: Transition to a New Adult Identity, déclare :

« Le temps ne guérit pas toutes les blessures, mais la douleur de la perte diminue avec le temps. Mon principal conseil est de ne pas espérer récupérer rapidement et de ne pas sentir qu’il y a quelque chose d’anormal dans les sensations intenses de douleur.

De plus, elle ajoute que, lors d’un deuil, il peut être réconfortant de passer du temps avec d’autres personnes qui ont subi une perte similaire, qu’il s’agisse d’amis ou d’étrangers dans des groupes de soutien.

Pour sa part, David Kessler, fondateur de chagrin.com et co-auteur du livre On Grief and Grief: Finding the Meaning of Grief Through the Five Stages of Loss, souligne que partager le deuil via des plateformes en ligne peut également vous aider à faire face.

Par exemple, publier une photo de nos parents le jour de l’anniversaire de leur décès peut nous aider à entrer en contact avec des amis et des membres de la famille qui sont également en deuil.

De plus, Kessler souligne comme un besoin primordial que “notre douleur ait des témoins”, car s’isoler peut être nocif.

Profitez-en pendant que vous le pouvez : ils ne seront pas là pour toujours…

Lorsque les parents meurent, quel que soit leur âge, les gens éprouvent souvent un sentiment d’abandon. C’est une mort différente des autres. À leur tour, certaines personnes refusent d’accorder au fait l’importance qu’il mérite, en tant que mécanisme de défense, sous la forme d’un déni secret. Mais ces deuils non résolus reviennent sous forme de maladie, de fatigue, d’irritabilité ou de symptômes de dépression.

Les parents sont le premier amour

Peu importe le nombre de conflits ou de différends que vous avez eus avec eux : ce sont des êtres uniques et irremplaçables dans le monde émotionnel. Bien que nous soyons autonomes et indépendants, bien que notre relation avec eux ait été tortueuse. Lorsqu’ils sont partis, leur manque est vécu comme un « plus jamais ça » d’une forme de protection et de soutien qui, d’une manière ou d’une autre, a toujours été là.

Mère et fille

En effet, ceux qui n’ont pas connu leurs parents, ou les ont quittés très jeunes, portent souvent toute leur vie avec ces absences comme un fardeau. Une absence qui est présence : il reste une place dans le cœur qui les réclame toujours.

En tout cas, l’une des grandes pertes de la vie est celle des parents. Il peut être difficile de surmonter s’il y a eu injustice ou négligence dans le traitement à leur égard. Par conséquent, tant qu’ils sont en vie, il est important de réaliser que les parents ne seront pas là pour toujours. Qu’ils sont, génétiquement et psychologiquement, la réalité qui nous a donné origine. Qu’ils sont uniques et que la vie changera à jamais lorsqu’ils partiront.

Cela pourrait vous intéresser ...
Ce que nous perdons lors du décès de notre père
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Ce que nous perdons lors du décès de notre père

Le décès d'un père, même éloigné ou absent, laisse un vide profond et une foule de sentiments et d'émotions difficiles à gérer.