L'amour dans la famille : compréhension, acceptation et protection

09 août, 2020
La famille parfaite existe bien : c'est celle qui protège, qui surveille, qui comprend et qui accepte les siens tels qu'ils sont. Évoluer avec ces nutriments renforce notre identité et, en outre, nous fait nous sentir sûrs de nous et capables de créer librement la vie que nous désirons.

L’amour dans la famille est le nutriment qui structure tout. Grandir, être élevés et faire partie de ce premier environnement enrichissant, riche en affections, en valeurs et en sécurité constitue sans aucun doute une impulsion exceptionnelle pour la santé psychologique de toute personne. Une partie de ce que nous sommes aujourd’hui se doit, bien souvent, à ces premières expériences et liens créés avec nos progéniteurs.

Salvador Minuchin, psychiatre argentin et créateur de la thérapie familiale structurale, disait que, dans toute culture, la famille est celle qui imprime une identité propre à ses membres. Elle le fait cependant de deux façons opposées. En effet, elle nous donne un sens d’appartenance et, en même temps, un désir de s’en séparer. Même si cela semble contradictoire, il y a pourtant une explication précieuse et un enseignement à en tirer.

Nous faisons tous partie d’une histoire familiale, de ce petit noyau social où se situent nos racines. Et peu importe que nous aimions énormément nos proches ou non. La finalité de tout enfant est de s’éloigner, à un moment ou un autre, de ses progéniteurs. Construire sa propre vie et sa propre réalité avec d’autres personnes est logique et nécessaire. En fin de compte, cela définit notre développement humain.

L’affection est, dans tous les cas, le fil qui structure les bonnes relations. Mais il ne suffit pas d’aimer : il faut aimer bien pour que cette famille soit saine et fonctionnelle. Approfondissons cette idée.

L'amour dans la famille est essentiel.

L’amour dans la famille et les composants qui l’intègrent

Le 15 mai est le jour de la famille. Comme nous l’explique les Nations Unies, nous aurons encore beaucoup de fronts à couvrir dans les années à venir, surtout avec le fossé de la crise sociale et économique qui pourrait prochainement se creuser. Nous avons donc besoin d’améliorer la politique de protection des familles, de nous occuper de l’aspect de conciliation et de répondre à chaque besoin dans un monde de plus en plus complexe et changeant.

Le rôle qu’elles jouent dans notre société en termes d’attention, d’éducation et de protection de l’enfance est irréfutable. La famille est, en fin de compte, la base du développement de l’être humain. Elle est aussi ce pilier qui favorise la transformation sociale. Il ne s’agit donc pas seulement de ce noyau primaire qu’il faut surveiller au niveau des ressources économiques et de l’aide sociale. Un autre pilier que nous ne pouvons pas négliger est, sans aucun doute, le pilier psychologique.

Différents types de famille et des mêmes droits

L’amour dans la famille doit toujours être présent, peu importe la façon dont celle-ci se structure. Il y a des pères et des mères célibataires qui choisissent de vivre l’aventure de la parentalité en solo. Des familles nombreuses qui vivent sous un même toit : enfants, parents et grands-parents faisant tous face aux difficultés, qui s’occupent d’élever les plus jeunes.

Dans notre société, il y a aussi des familles homoparentales qui montrent que la diversité fait partie de notre réalité quotidienne. En tant que telle, elle mérite notre respect et de la normalité. La formation de ces noyaux sociaux favorise la transmission de valeurs, d’affection, le bon développement physique, émotionnel et psychologique des plus petits, ainsi que l’attention portée à ces composants qui intègrent n’importe quel système familial sain et fonctionnel. Les voici :

  • La bonne communication
  • L’établissement de limites claires pour favoriser l’apprentissage précoce des normes et des droits
  • La création d’un environnement où l’on peut exprimer ses émotions et apprendre à les gérer
  • L’expression adéquate de l’affection, en évitant surtout la projection des traumas de parents à enfants
  • L’éducation pour la résolution de conflits, l’assertivité, les bonnes relations sociales…
L'amour dans la famille permet de s'épanouir.

Le bon amour dans la famille, celui qui nourrit et ne limite pas

L’amour dans la famille doit être sain et agir en tant que support à partir duquel chaque membre trouve la sécurité pour continuer à grandir, pour prendre ses propres décisions en se sachant respecté.

Ainsi, comme nous le savons, il y a des amours qui mettent leur veto. Des amours qui limitent le bon développement psychologique et émotionnel de tout enfant. Nous parlons, par exemple, de l’hyper-protection, de cette affection démesurée qui ne laisse pas de liberté, qui domine et qui limite.

Les piliers émotionnels

Il est important que tous les noyaux familiaux comprennent qu’au-delà de l’aspect économique, des ressources plus faibles ou plus élevées, l’aspect émotionnel est essentiel. Peu importe à quelle école l’enfant se rend. Peu importe combien de jouets et de vêtements il a si l’on ne prête pas attention aux aspects suivants :

  • Compréhension : rien n’importe plus que de comprendre le point de vue de chaque membre de la famille. Être capables de nous mettre à la place de l’autre est essentiel pour construire des liens affectifs sains et solides
  • Acceptation : cette seconde dimension est un autre nutriment de base. Nous savoir aimés pour ce que nous sommes, quelles que soient les décisions que nous prenions, est une chose dont nous aurons toujours besoin de la part de nos proches
  • Protection et soin : une chose est claire : aimer signifie prendre soin de l’autre. Peu de choses sont aussi réconfortantes que de nous sentir protégés par les personnes que nous aimons et d’être capables d’offrir la même chose en retour

Pour conclure, rien n’est plus important que l’amour dans la famille, celui qui enveloppe et sait aussi nous laisser partir. Savoir où se trouvent nos racines mais être libres de créer la vie que nous voulons est le tendon psychique du bonheur.