La pandémie et la crise du leadership

20 mai, 2020
De nombreux pays ont découvert qu'ils avaient pour dirigeant des individus médiocres, malveillants ou carrément maladroits. Aujourd'hui, il y a une crise de leadership qui empêche la conclusion d'un grand accord mondial pour faire face à une situation qui nous concerne tous.

L’un des aspects révélés par la pandémie de coronavirus est la crise de leadership dans laquelle le monde se trouve aujourd’hui. Très peu de dirigeants ont su se montrer à la hauteur de la situation, et encore moins ceux qui ont fait preuve d’une réelle capacité à motiver la société dans la bonne direction.

Il existe aujourd’hui une idée qui traverse de nombreuses nations, à savoir qu’elles sont gouvernées par des personnes mal préparées à la gestion et à la prise de décision dans un environnement risqué où règne l’incertitude.

Nous ne sommes pas à l’époque des brillants dirigeants au premier plan. En règle générale, c’est l’improvisation qui a régné et non le mensonge et la maladresse.

La crise du leadership se manifeste également par l’impossibilité de réaliser quelque chose qui est crucial dans une situation comme celle-ci : un front commun. Le problème touche l’humanité, mais jusqu’à présent, dans de nombreux cas, l’individualisme et l’égoïsme ont prévalu.

La créativité est également nécessaire, mais jusqu’à présent, la réponse a été davantage teintée d’autoritarisme.

Un homme sérieux pensant à la crise du leadership

La crise du leadership est un dilemme qui n’existe pas

De nombreux gouvernements ont parlé du dilemme “économie vs vie” pour faire référence aux quarantaines obligatoires et à l’arrêt de l’activité économique qu’elles entraînent. Pour beaucoup, le bon sens dit qu’il n’y a pas de dilemme : la vie est une valeur suprême et la décision de la préserver doit prévaloir au-dessus de tout.

Le fait est que la plupart des dirigeants ne sont des dirigeants que dans certaines circonstances. Si la réalité leur joue un tour, ils ne savent plus quoi faire et, dans de nombreux cas, ils essaient de recréer une situation de départ qu’ils connaissent.

Il existe des cas extrêmes, comme aux Etats-Unis, où il est conseillé aux citoyens de “ne pas se mettre au courant des nouvelles” afin de ne pas stresser et d’essayer de poursuivre leur vie habituelle. D’autre part, en Equateur, avec des centaines de morts dans les rues, les gens voulaient continuer à nier la gravité de la situation.

Ce qui est inquiétant dans cette crise de leadership en particulier, c’est qu’elle a fait des victimes.

Une corruption galopante

Si dans le secteur public, la mauvaise gestion a prévalu, dans le secteur privé, nous avons vu comment certaines entreprises ont profité de la situation pour tenter de maximiser leurs profits. Cela a conduit certains Etats à réglementer le prix de certains biens de consommation, tels que les masques.

Europol a également découvert plus de 2 000 sites web commercialisant de faux médicaments, voire dangereux, censés arrêter le coronavirus. En outre, la criminalité informatique a explosé. Ainsi, on pourrait dire qu’une partie du secteur privé n’a pris qu’une direction plus que condamnable.

D’autre part, dans certains pays, une corruption profonde au sein de l’Etat a été mise en évidence. En Colombie, par exemple, où des centaines de milliers de personnes vivent la quarantaine en ayant faim, certains fonctionnaires, et même des dirigeants, ont augmenté le prix des provisions qui seraient données aux plus pauvres pour garder le surplus du prix réel.

Des personnages politiques parlant de l'épidémie et de la crise du leadership

Manque d’autorité et de créativité

De nombreux dirigeants du monde actuel ont le pouvoir, mais aucune autorité sur leur peuple. La crise du leadership se manifeste notamment par la méfiance que de nombreuses société manifestent à l’égard de ceux qui les gouvernent. Parfois parce qu’ils les considèrent comme corrompus, parfois parce qu’ils ne montrent pas de vertus particulières, et d’autres fois en raison de leur maladresse flagrante.

Dans la crise actuelle, la plupart des gouvernements ont suivi un plan, sans véritable plan. Auparavant, les quarantaines étaient décrétées et leurs variations n’ont été que le résultat du désir de réactiver la production d’une perspective novatrice.

Il est évident que la situation a pris tout le monde par surprise et qu’on commence seulement à y réagir, mais il n’y a toujours pas de signes de créativité chez beaucoup de dirigeants.

Certaines sociétés ont même été plus proactives que de nombreux gouvernements. A Rio de Janeiro (Brésil), par exemple, les “gangs” ont décrété une quarantaine, en raison de la réticence du président Jair Bolsonaro à le faire. Dans d’autres pays, des particuliers ont commencé à produire des appareils respiratoires, des gels désinfectants ou des masques pour pallier leur manque.

La situation actuelle a mis à l’épreuve la capacité des dirigeants et beaucoup d’entre eux ne s’en tirent pas indemnes. One ne sait pas encore comment le monde sortira de cette situation, mais des changements dans la configuration du pouvoir sont prévisibles.

Les sociétés sont de plus en plus conscientes de ce qui est vraiment essentiel dans un Etat et de ce qui ne l’est pas.

la crise

Riggirozzi, P. (2020). Coronavirus y el desafío para la gobernanza regional en América Latina. Análisis Carolina, (12), 1.