Comment gérer le deuil anticipé

Qu'est-ce que le deuil anticipé ? En quoi est-ce différent d'un deuil normal ? Aujourd'hui, nous voulons parler d'une de ces réalités passées sous silence, souvent confinées à la sphère privée, et qui peuvent causer de grandes souffrances.
Comment gérer le deuil anticipé

Dernière mise à jour : 29 mai, 2022

La mort est notre destin. C’est le grand mystère vers lequel nous marchons tous. À un moment donné, nous quitterons cette vie ou nous devrons voir comment les gens que nous aimons tant le font, du moins de la vie telle que nous la connaissons. Vivre ce type de perte n’est pas facile.

Parfois, la mort est un événement soudain, elle survient soudainement sans avertissement. Dans d’autres, leur arrivée peut déjà être vue au loin, en raison d’une maladie en phase terminale ou d’une autre condition.

Lorsque le décès ou la perte d’un être cher est inévitable, les gens peuvent commencer à pleurer avant que la perte ne se produise. Ce type de deuil est connu sous le nom de deuil anticipé. Analysons. 

Qu’est-ce que le deuil anticipé ?

Comme déjà mentionné, le deuil anticipé est un type de deuil. Mais qu’est-ce que le deuil ? Fondamentalement, il s’agit d’une réaction naturelle et émotionnelle à une perte importante. C’est un état, sous forme de souffrance et d’affliction, produit de la rupture d’un lien affectif (Dávalos et al., 2008).

Dans le cas d’un deuil anticipé, la réaction émotionnelle survient avant la rupture ou la perte du lien affectif. Ce type de deuil commence avant la perte. C’est une façon adaptative d’anticiper et de faire face à ce qui est inévitable.

Le deuil anticipé peut être vécu par la famille et les amis, mais aussi par la personne qui décède. Cette forme de deuil offre aux deux parties l’occasion de se dire au revoir et de choisir la fin de leur vie.

femme triste qui pleure
Le deuil anticipé est souvent vécu par les patients atteints de maladies chroniques, leurs familles et leurs amis.

Symptômes

Les symptômes du deuil anticipé sont similaires à ceux du deuil normal. Elle se manifeste par des sensations physiques, des pensées, des émotions et des comportements, pour la plupart adaptatifs, qui permettent à la personne de gérer l’affliction qu’elle subit.

  • Dans l’ensemble des sensations physiques, on peut trouver des symptômes tels que le vide dans l’estomac, la pression dans la poitrine et la gorge, l’hypersensibilité au bruit, la dépersonnalisation, l’essoufflement, la faiblesse musculaire, le manque d’énergie, la bouche sèche (Worden, 2004).
  • Les émotions sont les protagonistes de chaque duel. Parmi eux on retrouve la dépression, la colère, l’angoisse, la solitude, le soulagement, la nostalgie, la culpabilité, l’impuissance, la jalousie et l’impuissance.
  • Les pensées jouent également un rôle central pendant le deuil, car elles peuvent augmenter l’intensité des émotions. On retrouve ici des pensées obsessionnelles sur l’événement, des cauchemars et la recherche active de stratégies pour éviter de penser à ce qui s’est passé (Casado et al., 2001).
  • Enfin, au niveau comportemental on retrouve les manifestations suivantes : soupirs, pleurs, troubles du sommeil ou de l’alimentation, hyper ou hypoactivité, isolement social et comportements distraits (Worden, 2004).

Comment gérer le deuil anticipé

Worden (2004) propose quatre tâches qui doivent être réalisées dans tous les deuils. Voyons comment ces tâches peuvent nous aider à faire face à un duel anticipé :

  • Acceptez la réalité de la perte : une bonne gestion du deuil anticipé commence par l’acceptation. Une partie de cette tâche consiste à apprendre à accepter qu’un point de rupture se produise.
  • Élaborer la douleur de la perte : la connaissance du décès prochain d’un être cher est capable de générer des émotions d’une grande intensité (colère, tristesse, culpabilité, désespoir, etc.). L’objectif de cette tâche est de reconnaître cette douleur et les émotions ressenties, au lieu de les réprimer ou de les éviter.
  • S’adapter à un monde sans défunt : faire face à un deuil anticipé nécessite une réadaptation, ou du moins un début de réajustement. Autrement dit, des adaptations sur la façon dont la perte d’un proche influence l’image que l’on a de soi, les valeurs, les croyances, etc., et des adaptations externes liées aux tâches de la vie quotidienne chez la personne qui part.
  • Reformuler la relation avec l’être aimé : le changement à l’horizon, la prise de conscience de la finitude change tout. Le chagrin anticipé influence notre façon de conjuguer les temps des verbes. En quelque sorte, elle nous réduit au présent, éphémère, en même temps qu’elle nous dépouille de nos illusions de superflu. Enfin, la conscience de la perte nous invite à choisir un adieu.
Femme triste avec ses mains sur son visage
La première étape du deuil anticipé est l’acceptation de la perte, c’est-à-dire la prise de conscience qu’à un moment donné, il y aura un point de rupture.

Le deuil anticipé facilite-t-il le deuil après une perte ?

Peut-être pensez-vous que commencer à pleurer avant que la perte ne se produise est un chemin parcouru pour un deuil ultérieur. Cependant, ce n’est pas une loi, car il y a toujours des duels précoces qui se compliquent. De plus, peu importe à quel point ils sont similaires, l’un et l’autre sont toujours différents.

Il pense qu’il s’agit d’un sujet très sensible et, par conséquent, difficile à étudier avec un large échantillon qui nous permet de tirer des conclusions que nous pouvons généraliser.

Prenant comme référence les études des 60 dernières années, Reynolds et Botha (2006) défendent les effets positifs d’une période d’anticipation sur le deuil après la mort, alors que d’autres études défendraient l’hypothèse inverse.

Certaines études ont montré des résultats mitigés, et d’autres n’ont trouvé aucune relation entre l’anticipation et le deuil après la mort. Ce sur quoi ils s’accordent tous, c’est la difficulté d’étudier le phénomène.

Pour conclure, faire un deuil précoce n’est pas synonyme d’abandonner l’être cher dans son combat, encore moins de vouloir qu’il meure bientôt. Le deuil anticipé est une réaction normale à la perte imminente d’un lien affectif important. Passer en revue les quatre tâches pour faire face au deuil anticipé peut nous aider à vivre la perte d’un endroit plus adaptatif. Ce ne sera pas moins douloureux, mais ce sera plus sain.



  • Casado, E., Venegas, M., Páez, D., & Fernández, I. (2001). Factores Psicosociales en la separación de pareja. Akademos3(2), 7-35.
  • Dávalos, E. G. M., García, S., Gómez, A. T., Castillo, L., Suárez, S. S., & Silva, B. M. (2008). El proceso del duelo. Un mecanismo humano para el manejo de las pérdidas emocionales. Revista de Especialidades Médico-Quirúrgicas13(1), 28-31.
  • Pascual, Á. M., & Santamaría, J. L. (2009). Proceso de duelo en familiares y cuidadores. Revista Española de Geriatría y Gerontología44, 48-54.
  • Reynolds, L. y Botha, D. (2006). Anticipatory grief: Its nature, impact, and reasons for contradictory findings. Counselling, Psychotherapy, and Health2(2), 15-26.
  • Worden, J. W., Aparicio, Á., & Barberán, G. S. (2013). El tratamiento del duelo: asesoramiento psicológico y terapia. Barcelona: Paidós.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.