Comment agir face à un élève qui nous met à l’épreuve ?

· 3 avril 2019
Vous travaillez dans le domaine de l'enseignement ? Cet article devrait vous être utile !

En tant que professeurs, lorsqu’un élève nous met à l’épreuve, nous pouvons ressentir une certaine confusion à propos de la façon dont nous devons réagir. Nous avons tendance à perdre notre calme et à gérer la situation de manière inadéquate. Cela peut déclencher les rires et les moqueries des autres élèves et nous faire sentir que nous sommes incapables de trouver une solution à ce problème. Nous allons donc vous donner quelques conseils pour faire face à ce type de circonstances qui ont lieu plus souvent que nous le voudrions.

Certaines études, comme Les élèves : des adversaires dans les relations de pouvoir au sein de la classe. Témoignages de professeurs, où l’on définit l’élève comme un adversaire. Or, la réalité est différente. Penser de cette façon ne fait qu’inciter les professeurs à se comporter d’une façon qui n’est peut-être pas adéquate, en punissant cet élève qui le met à l’épreuve à travers un silence, une indifférence ou en s’appuyant sur sa position de pouvoir.

Une chose est malgré tout très intéressante dans l’étude que nous venons de mentionner. Il s’agit des témoignages des différents professeurs. Grâce à eux, nous pourrons voir les bonnes ou les mauvaises pratiques qui ont lieu dans la salle de classe et découvrir comment nous pouvons les changer pour parvenir à contrôler la situation.

La force du groupe

Lorsque nous faisons face à un élève qui nous défie, nous devons identifier si cela se produit dans un contexte concret. Par exemple, quand il est entouré d’amis. La force du groupe est quelque chose qui rend les jeunes plus téméraires (cela se produit aussi avec les adultes dans leur vie quotidienne) et les pousse à faire certaines choses qu’ils ne feraient pas en étant seuls.

Une stratégie qui fonctionne habituellement face à un élève qui nous met à l’épreuve est de détecter qui sont les leaders du groupe et « devenir ami » ou établir une relation de confiance avec eux. Pour cela, il est nécessaire de parler individuellement à chaque membre du groupe, comme l’a fait une professeure :

« Il s’agissait d’un groupe assez violent mais si vous vous rapprochiez de certains jeunes, vous vous rendiez compte qu’individuellement, tout était différent. Je suis parvenue à établir une bonne relation avec les leaders et cela a suffi pour tranquilliser le groupe entier ».

élève qui nous met à l'épreuve

Lutte de pouvoirs

Un élève peut aussi nous mettre à l’épreuve pour détecter nos points faibles. Cette attitude peut être particulièrement intense lors des premières heures de cours que nous avons avec lui. Il essaye ainsi de déterminer s’il peut nous faire des blagues douteuses, nous faire perdre notre sang-froid ou, au contraire, remplir son rôle d’élève et nous respecter.

Sur ce point, il est extrêmement important de bien savoir gérer ses émotions. Nous ne devons sous aucun prétexte entrer en conflit avec l’élève ou entrer dans son jeu. Il est important de tenir notre rôle, en nous faisant respecter en tant qu’adulte. Même si la façon dont l’élève nous défie nous dérange, nous devons apprendre à l’ignorer ou à répondre de façon adéquate et ingénieuse. Étudions maintenant quelques situations concrètes.

L’élève qui contredit le professeur

Il considère qu’il a raison, même s’il a tort. Il refuse d’accepter l’explication et la résolution d’un problème d’un professeur. Dans ce cas, il ne faut pas perdre son calme. Nous devons continuer à argumenter et à nous appuyer sur des preuves pour montrer que la résolution de l’exercice que nous proposons est la bonne.

Si la situation devient insoutenable, nous devons lui faire comprendre qu’il est responsable de la façon dont il veut résoudre les choses. Nous pouvons aussi demander à un élève (à qui nous aurons corrigé l’exercice) qu’il résolve cet exercice au tableau. En voyant ses camarades aboutir au même résultat que le professeur, et sous la pression du groupe, l’élève cessera d’affirmer que tout cela est faux.

L’élève qui ne supporte pas les erreurs du professeur

Il s’agit d’un autre type d’élève qui nous met à l’épreuve. Il ne supporte pas que le professeur se trompe, mette du temps à l’aider à résoudre un exercice ou ait à réfléchir pour trouver une solution de façon autonome. Ces élèves agissent généralement en passant à un autre exercice alors que nous essayons de résoudre le précédent. Ils se disent : à quoi bon faire des efforts pour une bataille contre un problème qu’un autre va déjà résoudre ?

élève qui nous met à l'épreuve

Lors de ces situations, il est important de travailler avec la résolution de problèmes de l’élève. En tant que professeurs, nous ferons office de soutien, en aidant les jeunes à résoudre les difficultés qu’ils rencontrent. Nous n’aurons pas les réponses, nous les chercherons avec eux.

Il ne s’agit que d’un échantillon des situations auxquelles nous pouvons faire face. En fait, il faut savoir que beaucoup des attitudes que nous avons décrites ne sont rien d’autre qu’un reflet des problèmes que chaque élève peut connaître à la maison. Cependant, face à n’importe quel défi qu’ils nous proposent, nous devons garder le contrôle de la situation, en faisant parfois passer la défense des règles de communication et d’apprentissage avant nos propres connaissances. Car si la communication se brise, tout deviendra encore plus difficile.

 

  • García-Rangel, E. G., García Rangel, A. K., & Reyes Angulo, J. A. (2014). Relación maestro alumno y sus implicaciones en el aprendizaje. Ra Ximhai10(5).
  • Lara Barragán Gómez, Antonio, Aguiar Barrera, Martha Elena, Cerpa Cortés, Guillermo, & Núñez Trejo, Héctor. (2009). Relaciones docente-alumno y rendimiento académico: Un caso del Centro Universitario de Ciencias Exactas e Ingenierías de la Universidad de Guadalajara. Sinéctica, (33), 01-15. Recuperado en 15 de febrero de 2019, de http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&;pid=S1665-109X2009000200006&lng=es&tlng=es.
  • Sánchez, A. (2005). La relación maestro-alumno: ejercicio del poder y saber en el aula universitaria. Revista de educación y desarrollo4, 21-27.