Je cherche mais je ne trouve pas… Pourquoi n’ai-je pas de petit-e ami-e ?

30 mai 2017 dans Psychologie 163 Partagés
Google, le géant de l’information dans le monde, a indiqué que la question la plus fréquente posée à son moteur de recherche dans le monde entier est « pourquoi n’ai-je pas de petit-e ami-e ? ». Des millions de recherches sont effectuées au quotidien pour essayer de trouver la réponse. Et des millions de résultats apportent apparemment une réponse. Malgré tout, le lendemain, cette question est encore celle que l’on pose le plus.
Malgré la révolution qui s’est faite dans le domaine de la communication en ligne et même s’il est désormais plus facile que jamais de se lier à d’autres personnes, tout semble indiquer que de nombreux êtres humains, surtout les jeunes, ont de grandes difficultés à trouver une personne qu’elles pourraient appeler petit-e ami-e.

« C’est quand un homme trouve sa compagne que la société commence. »

-Ralph Waldo Emerson-


Les sites de rencontres pullulent. Vous entrez vos coordonnées et en quelques secondes des milliers d’options de personnes avec qui entrer en contact apparaissent, selon votre personnalité et vos goûts. Cependant, il semblerait que toute cette technologie ne mène pas, à long terme, aux résultats escomptés. Les personnes se sentent seules car elles ne parviennent pas à établir de liens de couple transcendants et gratifiants. Alors, que se passe-t-il ?

Les études sur l’absence de compagnon/compagne

Certaines recherches révèlent des données que l’on pourrait considérer comme préoccupantes. Par exemple, une étude démographique réalisée au Japon : celleux qui étaient chargé-e-s de la mener voulaient connaître en détail le comportement sexuel des habitant-e-s de ce pays.
C’est ainsi qu’ils ont appris que 40% des hommes de moins de 34 ans n’avaient jamais eu de relations sexuelles au cours de leur vie. Mais ce n’est pas tout. Ils ont également découvert que 7 hommes sur 10 ayant moins de 34 ans n’avaient jamais eu de relation de couple.
On pourrait penser que les japonais sont différents du reste du monde mais ce n’est pas le cas. Une étude similaire a été menée aux Etats-Unis et les résultats étaient concordants. Au cours de cette recherche, menée par les psychologues Jean Twenge, Ryne Sherman et Brooke Wells,  il a été établi que seul-e-s 7% des jeunes entre 20 et 30 ans avaient plusieurs relations sexuelles dans la semaine.

La communication et l’impossibilité de trouver un-e petit-e ami-e

Le grand paradoxe de notre temps est que communiquer n’a jamais été aussi facile mais également aussi impossible. Nous avons des dispositifs technologiques extraordinaires à notre portée. Nous pouvons parler avec des gens de tous les pays, à n’importe quelle heure, comme s’ils vivaient en face de chez nous. Mais nous avons perdu nos capacités de communication.
Les personnes semblent être de moins en moins capables d’exprimer ce qu’elles ressentent ou ce qu’elles pensent. Avoir des compétences en matière de communication signifie être capable d’exprimer ce qu’il y a dans notre monde interne mais également être capable d’écouter ce que l’autre a à dire. Or, il semblerait que ces deux compétences aient largement diminué.
Une idée s’est imposée dans le monde, celle selon laquelle vous ne devez penser qu’à vous-même. Et que les autres doivent également penser à elleux-mêmes. Chacun doit s’occuper de ses affaires et ne pas se mêler de celles des autres. De telles idées, qui se développent trop fréquemment, ont mené à l’apparition d’un monde composé d’une multitude d’îles. Dans ces conditions, il n’y a pas de place pour l’amour.
Mais, fait contradictoire, on veut absolument trouver un-e compagnon/compagne. Cependant, ce dernier n’est plus vu comme une personne avec laquelle on pourrait bâtir une véritable intimité dans le sens large du terme. On le perçoit plutôt à première vue comme un item à compléter. Une satisfaction que vous ne pouvez pas ne pas connaître. Un plus auquel vous ne devez pas renoncer.
« Communiquer n’a jamais été aussi facile et, en même temps, impossible. »

Ne pas s’impliquer assez : ne pas aimer

Une autre idée qui fait son petit bout de chemin est celle selon laquelle l’amour, en tant que tel, est équivalent à une certaine faiblesse. C’est comme si beaucoup de personnes pensaient qu’amour et couple ne sont pas des concepts qui vont ensemble. On a un-e petit-e ami-e pour sortir, pour avoir des relations sexuelles, pour faire office d’accompagnant social mais pas pour construire un véritable amour.
Toutes ces raisons expliquent pourquoi les relations se font et se défont avec une facilité étonnante. Les couples ne sont pas le fruit de conversations, d’empathie et de temps mais d’angoisse, de besoin et de pulsions. C’est pour cela que les liens qui se construisent sont fragiles. Ce sont également des liens égoïstes, où chacun veut tirer le meilleur parti de l’autre.
Désormais, les gens demandent à Google pourquoi ils sont seuls. Ils trouvent des millions de réponses mais aucune ne répond véritablement à leurs doutes. Face à la question « pourquoi est-ce que je ne trouve pas de petit-e ami-e ? », une utilisatrice d’un réseau social a donné une réponse synthétique et magistrale. Elle a dit : « Vous répondez vous-même par cette question. C’est à cause de vos pauvres capacités sociales et, par conséquent, de votre faible confiance en vous« .
A découvrir aussi