Astuces pour une bonne communication

12 septembre 2016 dans Psychologie 0 Partagés

Quand nous parlons de communication, nous nous référons à toutes ces actions destinées à envoyer un message à d’autres personnes et que celles-ci le reçoivent correctement.

Ainsi dit, cela paraît quelque chose de tellement simple que cela peut sembler absurde d’écrire un article sur le sujet, mais la réalité, c’est que communiquer est plus difficile de ce que nous pensons et demande certaines compétences, et surtout beaucoup de pratique.

De fait, la plupart des conflits interpersonnels qui se produisent trouvent leur source dans une mauvaise communication et c’est pour cette raison qu’il est indispensable d’apprendre à développer cette capacité si nous voulons avoir des relations sociales plus satisfaisantes et de meilleure qualité.

Apprendre à communiquer n’est pas tâche facile. À l’école, on ne nous enseigne pas à communiquer efficacement avec les autres et cela crée de véritables problèmes.

Nous sommes parfois très viscéraux, nous agissons de manière automatique et cela fait que lorsque nous avons des liens avec les autres, nous échouons.

Combien de fois avons-nous regretté d’avoir dit quelque chose de malheureux à quelqu’un que nous apprécions ! Combien de fois aurions-nous pu éviter un conflit si nous nous étions mieux exprimé !

Pourquoi sommes-nous si mauvais en communication ?

Les experts disent qu’il y aurait deux théories principales, qui expliqueraient pourquoi notre communication n’est pas adaptée : la théorie du déficit et la théorie de la motivation.

Selon la théorie du déficit, nous ne nous entendons pas tous bien car nous sommes ignorants concernant la manière dont on fait les choses, c’est-à-dire que nous n’avons pas la moindre idée de que et comment faire pour avoir des bonnes relations avec les autres.

Comme nous l’avons dit précédemment, on nous apprend à lire, à écrire et à résoudre des problèmes mais personne ne nous apprend à communiquer de manière efficace ni à résoudre des problèmes dérivés, précisément, de ce manque d’efficacité.

Femme-et-homme-assis-dispute

D’autre part, il y a la théorie de la motivation qui affirme que nous avons de mauvaises relations car il nous manque la motivation nécessaire pour nous rapprocher des personnes auxquelles nous sommes confrontées.

Mais si nous réfléchissons un peu plus au sujet, nous pourrions ajouter une théorie supplémentaire : celle de l’exigence.

Il est clair que quand nous nous disputons avec quelqu’un et que nous sommes fâché, c’est que nous exigeons de l’autre personne qu’elle soit comme nous le voulons et non pas comme cette personne est réellement.

Alors, comme stratégie qui nous permet de faire changer l’autre, nous nous confrontons à lui, nous le disputons, nous boudons et nous lui énumérons toutes les actions méprisables qu’il a pu faire.

Ainsi, la première étape et la plus important est de se rendre compte de la réalité : les gens ne vont pas changer car cela nous chante et nous ne devons pas exiger des autres qu’ils soient tels que nous le souhaitons.

Le changement commence par soi-même

Vous vous demanderez sûrement qui doit changer. En effet, ce n’est pas l’autre, mais bien vous-même.

Tous les changements que nous souhaitons faire dans notre vie doivent commencer par notre propre volonté, avec nos propres actions, même si, ce faisant, notre ego est mis à l’épreuve et même brisé en mille morceaux.

C’est ainsi car nous sommes les seules personnes qui ont le véritable contrôle, même si cela est parfois compliqué.

Oubliez l’idée que vous pourriez contrôler l’autre, que vous pourriez faire quelque chose pour le changer, vous ne pouvez pas.

Ce qui peut arriver, c’est qu’en bougeant vos morceaux à vous, vous restructuriez votre plateau de jeu, c’est-à-dire que face à vos propres changements, l’autre commence à faire les choses différemment.

Mais il ne changera jamais uniquement parce que vous devenez coléreux. Cela ne fera que dresser une barrière défensive entre vous et lui.

Femme-rideau-de-papillons

Nous devons regarder en nous et nous rendre compte de la manière dont nous utilisons nos compétences communicatives, si elles nous servent ou empirent nos problèmes, si nous avons besoin de les modifier.

Si vous voulez changer, il serait excellent que vous teniez un journal intime, dans lequel vous pourriez inscrire les manières dont vous vous comportez dans les situations sociales et analyser si cela est efficace ou non, en essayant de changer ce qui ne va pas.

Les astuces

Communiquer efficacement a des astuces et ce n’est pas magique : il faut être disposé à s’efforcer et à se mettre à travailler pour changer.

Aucun changement ne se produit du jour au lendemain. Ici, nous allons vous donner des techniques de communication efficaces qui vous aideront beaucoup à améliorer vos relations avec les autres, à moins vous disputer et à vous sentir mieux avec les autres.

  • La technique du désarmement : il s’agit de trouver au moins une once de vérité dans ce que l’autre personne est en train de dire. Il faut savoir, tout d’abord, qu’il n’existe pas une vérité dans l’absolu et que personne n’a raison sur tout.
    Ainsi, il est bon de laisser son ego de côté et de reconnaître la part de vérité de l’autre. De cette manière, nous ouvrirons à la porte à l’écoute de la part de l’autre personne, qui se sentira comprise, détendue, et bien plus ouverte à nous écouter.
  • Ressentir de l’empathie : c’est tout simplement se mettre à la place de l’autre, sentir ce qu’il ressent sans devoir partager son opinion. Pour que l’autre personne sent que nous ressentons de l’empathie pour elle, nous devons résumer ses paroles et reconnaître ses sentiments en fonction de ce qu’elle nous raconte.

Main-de-deux-personnes-avec-un-coeur-1

  • Demander : nous ne sommes pas devins et parfois il y a des choses qui nous échappent et  nous avons honte, la flemme ou la peur de demander pour clarifier les informations.
    Il est nécessaire de demander pour éviter les malentendus, pour découvrir plus sur ce que pense ou sent l’autre. Les questions doivent être posées délicatement et respectueusement.
  • “Je sens que » : ne commencez jamais une phrase par « tu », du type « tu me mets en colère » ou « tu est un imbécile » car l’unique responsable de votre état émotionnel, c’est vous-même et non pas l’autre. Vous vous sentez mal car vous exigez de l’autre qu’il soit ce qu’il n’est pas pas et c’est absurde. Ainsi, soyez responsable de vos émotions et affirmez-vous selon ce que vous ressentez.
  • Les caresses : toujours terminer le conflit avec quelque chose de positif et d’agréable envers l’autre personne, même si nous sommes très en colère. Cela provoquera chez nous une immense sensation de paix et l’autre ne sera plus sur la défensive.
A découvrir aussi