8 clés pour une communication efficace

· 25 novembre 2017

Nous sommes des êtres sociaux par nature. Nous lier aux autres nous apporte des bénéfices émotionnels tels que la compréhension, le soutien et l’amélioration de l’estime de soi. Malgré cela, beaucoup de personnes ne parviennent pas à se connecter aux gens qui les entourent. Cela peut être dû à plusieurs causes, dont l’une est l’échec sur le chemin d’une communication efficace.

Les personnes qui, au contraire, n’ont pas de problèmes pour établir une communication efficace sont celles qui ont su développer leur intelligence sociale. Certains auteurs comme le psychologue américain Daniel Goleman abordent dans leurs recherches l’importance de ce type de capacité. Celle-ci se base sur la faculté à maintenir des relations d’harmonie et de paix avec les autres sans renoncer à l’assertivité.

Des capacités comme l’empathie et la compréhension sont fondamentales au moment de créer une connexion sociale. Cependant, réussir à inspirer confiance à l’autre personne, à la faire se sentir comprise et en sécurité avec nous n’est pas toujours une tâche facile.

C’est pour cela qu’il existe une série d’outils pour aider à améliorer ce type d’intelligence émotionnelle. Ce sont des étapes permettant de parvenir à une communication efficace, qui peuvent être apprises et mises en place sans beaucoup d’efforts. Dans tous les cas, avec leur lecture et leur application, nous pourrons comprendre un peu mieux le monde des relations sociales.

Quelques clés pour une communication efficace

Dans tout type d’interaction, il faut prendre en compte la communication non-verbale. La majorité du temps, nous n’y prêtons aucune attention alors qu’elle est souvent plus importante que le contenu du message. Les gestes, les regards et la posture de notre corps seront, en grande mesure, les responsables de l’image que l’interlocuteur aura de nous.

difficultés de communication

Dans le processus de communication, la synchronie joue un rôle essentiel. Daniel Goleman affirme que cette aptitude permet de lire tous les indices non-verbaux, que ce soit le fait de sourire ou de hocher la tête au moment adéquat. Les personnes qui ne parviennent pas à entrer en synchronie sont celles qui, par leur comportement, créent une sensation d’inconfort ou d’étrangeté chez les autres. On dit de ces personnes qu’elles sont « dissémiques » : elles se caractérisent par le fait de ne pas comprendre les signaux qui mettent fin à la conversation ou lui font changent de cap.

Ces déficits sociaux ne répondent à aucune cause neurologique mais simplement d’une faille dans l’apprentissage. De nos jours, il existe une série de programmes qui se chargent d’enseigner la synchronie aux enfants et aux adultes. Pour des personnes qui font face à ce type de problème, parvenir à une communication efficace devient beaucoup plus simple. En suivant un ensemble de lignes directrices, nous pourrons améliorer nos facultés sociales et transmettre le message qui nous intéresse réellement.

« L’empathie est la capacité à penser et à ressentir la vie d’une autre personne, comme si c’était la nôtre. Nous marchons à sa place. »

-Heinz Kohut-

1. Paraphraser et poser des questions

Poser des questions et paraphraser sont des éléments réellement importants dans une communication efficace. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, faire ceci ne démontre pas un manque d’envie mais plutôt une marque d’intérêt. L’interlocuteur se sent écouté, ce qui crée un climat d’empathie et de compréhension très bénéfique.

Paraphraser nous permet d’organiser les parties de la conversation que nous ne comprenons pas bien pendant que nous démontrons que nous faisons attention à ce qu’on nous raconte. Bien sûr, nous parlons ici d’un procédé qu’il faut bien gérer ; si nous en abusons trop, cela peut se retourner contre nous car l’autre peut penser que nous nous moquons de lui.

2. Faire des compliments

Les compliments renforcent le discours de l’autre personne. Il est très utile d’avoir recours à des phrases d’approbation comme « ce que tu dis m’a l’air génial », « je suis d’accord avec toi » ou « je suis content d’être avec toi ». Il est aussi possible d’utiliser des phrases moins directes comme « super ! » ou « bien ».

3. Faire preuve d’empathie

L’empathie est une qualité que tout le monde ne possède pas. Être capable de se mettre à la place de l’autre améliore notablement la fluidité dans la communication. On établit un rapport positif, une sympathie émotionnelle qui crée un climat de compréhension et de confiance.

Par ailleurs, elle donne une image positive de nous-même, celle d’une personne proche et attentive. Elle crée une coordination entre les interlocuteurs qui permet une communication efficace entre eux. 

deux femmes en pleine communication

4. S’adapter au contexte

Un bon style de communication peut complètement échouer si nous ne prenons pas en compte le contexte. L’environnement, le nombre de personnes autour de nous ou le sujet que nous allons traiter sont très significatifs. Il est conseillé de ne pas contester ce que nous dit notre interlocuteur, ou encore de le reprendre en face des autres. En revanche, nous pouvons lui faire des compliments.

Les bruits, le lieu et le moment doivent être le plus adéquat possible. Si nous voyons que notre conversation ne portera pas beaucoup de fruits ou que nous y pensons trop, il vaut mieux la remettre à un autre moment.

5. Respecter l’opinion de l’autre

Respecter l’opinion des autres est fondamental. Insulter, mépriser ou sous-estimer les croyances de l’autre montre un grand manque de maturité. Tout au long de notre vie, nous rencontrerons des personnes qui ont une manière de penser différente de la nôtre ; nous pourrons en discuter avec elles, en débattre, mais aussi, très souvent, accepter que plusieurs points de vue peuvent exister à propos d’un même thème.

Il est possible, après avoir écouté les idées et arguments d’une autre personne, que nous gardions la même idée initiale. Il est aussi probable que nos préjugés soient remis en question. Avoir un esprit ouvert au changement n’est pas seulement bénéfique à la communication interpersonnelle mais aussi à notre propre connaissance.

6. Regarder notre interlocuteur dans les yeux

Il est recommandé d’établir un contact visuel avec l’autre personne. Il doit se faire de manière naturelle car le regard est un élément extrêmement expressif. Grâce à lui, notre interlocuteur se sentira écouté et la connexion entre nous s’améliorera.

La situation contraire se produit quand on n’est pas capable de regarder l’autre dans les yeux : cela génère de l’insécurité. Regarder ailleurs pendant que quelqu’un nous parle exprime un manque d’intérêt et baisser les yeux suggère que nous pouvons être en train de mentir.

« La communication efficace est 20% de ce que vous savez et 80% de ce que vous ressentez par rapport à ce que vous savez ».

-Jim Rohn-

7. Ne pas envahir son espace personnel

Lorsqu’on essaie de tisser des liens avec notre interlocuteur ou de renforcer notre position, il se peut que nous en arrivions à envahir, sans le vouloir, son espace personnel. Trop se rapprocher, contrairement à ce que nous pensons parfois, ne débouche que rarement sur de la proximité : bien au contraire, beaucoup de personnes se sentent mal à l’aise et ressentent le besoin de s’éloigner.

Il est bon que la distance que nous maintenons avec notre interlocuteur s’adapte à deux circonstances : le degré de confiance que nous avons avec l’autre personne et le caractère du sujet. Nous devons trouver l’équilibre entre trop proche et trop loin. Nous ne cherchons pas non plus à faire preuve de méfiance ou de suspicion, n’est-ce pas ?

communication efficace dans un couple

8. Respecter le temps de parole de l’autre

Ne pas respecter le moment où une personne parle, en plus d’être un signe d’impolitesse, interrompt la communication efficace entre les interlocuteurs. Il est nécessaire d’attendre que l’autre ait terminé de parler pour prendre la parole. Dans le cadre de la communication orale, toutes les personnes impliquées doivent respecter leur tour de parole.

Les étapes pour parvenir à une communication efficace sont, en général, assez simples. Au début, elles vous paraîtront peut-être un peu forcées mais, au fur et à mesure que vous les pratiquerez, vous commencerez à en ressentir les effets. Communiquer est un processus inné, et améliorer nos capacités nous aidera à faire face au monde.

Image principale : Norman Rockwell