5 « habitudes » chez les personnes qui souffrent d’anxiété

17, juillet 2017 dans Psychologie 236 Partagés

Il existe des parties de votre personnalité qui n’en sont pas réellement : ce sont des attitudes ou des « habitudes » qui apparaissent et se maintiennent à cause de l’anxiété et qui ont tendance à se mêler à votre véritable personnalitéCe mélange peut être dangereux, vous faire paraître étrange ou même impoli et peut vous rendre la vie plus difficile quand d’autres personnes vous jugent en se basant sur ces actions mais sans réellement parvenir à savoir ce qu’il y a dans votre tête.

Nous vous proposons ci-dessous d’analyser ces habitudes. Les connaître peut nous aider à mieux gérer notre anxiété et nos émotions, à tirer le meilleur parti de nous-même et à dévoiler notre vraie personnalité.


« La peur aiguise les sens, l’anxiété les paralyse. »

-Kurt Goldstein-


1. Passer son temps à s’excuser

Les personnes qui souffrent d’anxiété ont la sensation de toujours déranger les autres ou, au contraire, de devoir constamment les satisfaire. Elles passent donc leur temps à s’excuser. À s’excuser pour tout, pour rien, à chaque instant. Il semble s’agir d’une habitude impossible à contrôler.

La véritable gêne des autres personnes vient de cette habitude qui, comme tant d’autres, dérange et n’est pas saine du tout. Il est gênant de ne pas savoir quoi répondre à une personne qui s’excuse pour des choses sans importance, voire même pour des situations qui n’ont rien à voir avec elle.

2. Tout prendre personnellement

Cette habitude est extrêmement liée à celle que l’on vient de voir. Quand on dit ou montre une chose à des personnes souffrant d’anxiété, elles y pensent beaucoup. Elles peuvent y penser pendant une journée entière, à toute heure, et cela finit par déranger énormément… alors qu’il s’agissait seulement d’un commentaire innocent. Rien de plus.

Cela débouche ensuite sur un cercle vicieux. Ce commentaire les rend nerveuses, anxieuses, et le fait de le ruminer ne contribue qu’à alimenter cette anxiété. Pour faire fuir ces pensées, elles peuvent opter pour un changement de conduite et finir par être reconnaissantes ou s’excuser. Mais cela peut les mener à se sentir ridicules et encore plus anxieuses.


« La préoccupation n’élimine pas la douleur de demain, elle fait seulement disparaître la force d’aujourd’hui ».

-Corrie ten Boom-


3. Abandonner des endroits ou ne pas finir des conversations

Très souvent, l’anxiété peut prendre le dessus et générer, chez les personnes, une habitude d’évitement ou de fuite quand elles se sentent menacées ou quand une situation les dépasse. Une autre conséquence de l’anxiété est qu’elle pousse la personne à se renfermer sur elle-même et sur ce qui lui produit cette anxiété, se déconnectant ainsi complètement du reste des stimuli de son entourage (une conversation, par exemple).

Ce n’est pas parce que ces personnes n’aiment pas la compagnie. En vérité, l’anxiété prend le dessus sur elles et la meilleure solution qu’elles trouvent est de quitter un endroit ou de penser à autre chose, même si cela projette l’image d’une personne mal élevée.

4. Rêvasser et penser au pire des scénarios possibles

Ceci est une habitude très fréquente. Même si, au cours de certains moments de nos vies ou au cours de situations déterminées, nous avons tou-te-s envisagé le pire des scénarios, les personnes qui souffrent d’anxiété ont l’habitude de surestimer la probabilité des pires scénarios possibles. Se placer constamment dans le « pire » peut avoir des conséquences physiques et psychiques, mener à une fatigue chronique et rendre les relations très difficiles.

Elles croient qu’anticiper leur futur les protège et les empêche de ressentir de l’anxiété alors que c’est tout le contraire qui se produit : cela entraîne plus de peur, plus d’incertitude et renforce cette anxiété car les personnes ne se concentrent que sur le pire, ne profitent de rien, et ce scénario négatif finit très souvent par devenir réel.

Nous pouvons évaluer des situations avec précaution, en faisant le plus attention possible, mais nous devons bien nous dire que nous ne pouvons pas prédire le futur ou savoir ce qu’il va se passer. Eviter des situations ne nous protège en rien : cela nous empêche juste de profiter des choses, des personnes et de la vie.


« Chaque jour possède deux anses : nous pouvons le commencer en saisissant l’anse de l’anxiété, ou le vivre en prenant l’anse de la foi ».

-Henry Ward Beecher-


5. Avoir du mal à prendre des décisions

Les personnes souffrant d’anxiété ont tendance à analyser les situations dans les moindres détails, ce qui les empêche presque de prendre une décision. Même s’il s’agit d’une décision simple ou même s’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise décision, comme par exemple décider des habits que l’on va porter ou de ce que l’on va manger. Cette « habitude » affecte ces personnes mais peut aussi les affecter dans leur travail, dans leur couple ou avec leurs enfants.

Prendre des décisions peut rendre n’importe quelle personne anxieuse, nous avons tou-te-s peur de nous tromper, mais l’habitude consistant à trop analyser les choses dans le moindre détail et à éviter de décider débouche normalement sur une anxiété encore plus grande que celle qui est présente quand on décide. Dans ce dernier cas, dites-vous que vous pouvez vous tromper mais que vous pouvez aussi rectifier cette erreur.

Nous ne pouvons échapper aux décisions auxquelles nous devons faire face, et encore moins les déléguer. Décider représente un acte quotidien dont le résultat va provenir de différentes variables. Nous ne les contrôlons pas toutes (pensez à la chance) mais nous pouvons influer sur certaines comme l’attitude : nous devons alors concentrer toutes nos forces sur elles.

Les mauvaises habitudes créent et nourrissent l’anxiété

À travers cet article, nous cherchions à vous montrer que parfois, les mauvaises habitudes des personnes anxieuses peuvent leur causer encore plus d’anxiété. Ainsi, si bien connaître les situations est la première étape pour pouvoir les éviter, il peut être très utile de parler ouvertement de cette anxiété quand elle nous assaille afin que les autres puissent nous aider.

Un autre élément important face à ces situations et habitudes est qu’il n’est pas nécessaire de les affronter dans la solitudeLes personnes anxieuses, comme beaucoup d’autres personnes, croient que personne ne peut les aider avec leurs problèmes ou ont des difficultés à demander de l’aide. Mais elles sont très loin de la réalité : en partageant nos sentiments, nous évitons que les autres se forgent des opinions erronées à propos de ce qui nous arrive et nous leur permettons de comprendre notre état émotionnel.

A découvrir aussi