Wilhelm Reich et son approche de la sexualité

· 11 janvier 2019
Connaissez-vous les travaux de Reich sur la sexualité ?

Wilhelm Reich a été l’un de ces personnages qui ont écrit une page intéressante de la psychanalyse. On le considère comme le précurseur de la bioénergétique et le créateur d’une thérapie particulièrement efficace. Il a aussi été chercheur et écrivain, en plus d’être un marxiste convaincu qui a toujours voulu établir des liens entre ses théories de la sexualité et la révolution socialiste.

Les points de vue divergent lorsque l’on mentionne le nom de Wilhelm Reich. Pour certains, ses théories sont d’une très grande validité, du moins au niveau des aspects essentiels et, pour d’autres, elles sont le fruit d’un esprit délirant. Les deux parties ont peut-être raison. Reich a connu des étapes de production intellectuelle intense et d’autres où ses conclusions étaient floues et peu argumentées.

« La santé mentale d’une personne peut se mesurer par son potentiel orgasmique. »

-Wilhelm Reich-

Quoi qu’il en soit, Wilhelm Reich a laissé derrière lui des œuvres très intéressantes. Son approche de la sexualité et sa prise de position par rapport aux mécanismes de défense ont été partiellement reprises par les psychologues et psychanalystes qui lui ont succédé.

Les origines conflictuelles de Wilhelm Reich

L’enfance et l’adolescence de Wilhelm Reich ont été assez difficiles et traumatiques. Il est né dans un petit village de l’empire austro-hongrois en mars 1897. Sa famille était d’origine juive mais non pratiquante. Une fois adulte, Reich a écrit un livre intitulé Passion de jeunesse dans lequel il a noté les expériences qu’il a vécues lors des premières années de sa vie.

Wilhelm Reich

Wilhelm Reich a eu ses premières relations sexuelles avec les domestiques de sa maison. Son père et sa mère se disputaient constamment et le petit Reich en a été témoin depuis ses premières années. Sa mère est devenue l’amante de son précepteur et sa grand-mère maternelle a secrètement contribué à cette romance. Indigné, Wilhelm a alors tout raconté à son père et cela a débouché sur une énorme dispute familiale.

Sa mère s’est suicidée alors qu’il n’avait que 14 ans, probablement à cause du conflit engendré par son infidélitéSon père est décédé un peu plus tard et Wilhelm s’est engagé dans l’armée pour participer à la Première Guerre Mondiale. Sa situation économique était très précaire et il a réussi à étudier en faisant d’immenses sacrifices. C’est ainsi qu’il a pu devenir médecin, neuropsychiatre et, plus tard, psychanalyste.

Wilhelm Reich et Freud

Wilhelm Reich et Sigmund Freud se sont connus en 1922 quand Reich n’était qu’un étudiant. Pour Freud, il était brillant. Wilhelm, pour sa part, a été fasciné par la psychanalyse. Il est donc entré dans le cercle intime de Freud et a suivi pendant plusieurs années les postulats classiques de cette approche.

Cependant, des divergences ont peu à peu fini par apparaître. Reich a commencé à afficher des désaccords avec la thèse freudienne, et plus particulièrement avec un point: celui qui disait que l’être humain devait réprimer ses désirs sexuels et ainsi renoncer à la plénitude de ses satisfactions. Wilhelm voyait cela comme un point de vue conservateur et croyait en une sexualité totalement libre.

 

Reich a postulé l’existence d’une énergie vitale qu’il a appelée « orgone », une apocope des mots orgasme et organisme. Selon lui, tous les conflits de l’individu avaient lieu parce que ce dernier ne laissait pas cette énergie circuler librement. Il a donc rejeté la méthode classique de la psychanalyse de « guérison par le mot ». Au lieu de cela, il a mis en place une nouvelle thérapie qui visait à « débloquer » les individus en créant des stimulus musculaires. Reich partait de l’idée selon laquelle la répression s’installait dans les muscles et devait par conséquent être déterrée.

Un final déconcertant

Wilhelm Reich a connu un succès notoire avec « l’analyse caractérielle » qu’il a inventée et sa thérapie musculaire. Ses idées ont été bien accueillies lorsqu’il a essayé de relier ses concepts sur la sexualité et le marxisme. Il a signalé que les classes ouvrières connaissaient une grande répression sexuelle et que cela les poussait à se comporter de façon soumise et servile face au capital.

Avec le temps, il a fini par être expulsé des cercles psychanalytiques et également des groupes marxistes. Ses thèses ont eu tendance à se durcir et se radicaliser. Cela l’a mené à connaître cette grande rupture avec ceux qui l’avaient auparavant admiré. À la fin des années 30, Wilhelm est parti aux Etats-Unis, en partie parce qu’il fuyait le nazisme qui avait donné pour ordre de brûler tous ses livres.

William Reich

 

Une fois aux Etats-Unis, il a créé un appareil qui était censé recueillir « l’énergie orgonique » et aider ses patients à la faire circuler librement. En fait, il a même présenté cet appareil à Einstein qui ne lui a pas trouvé d’utilité. Il a fini par être accusé d’escroquerie après avoir vendu ces appareils. Reich est décédé en prison en 1956 à l’âge de 59 ans.

 

  • Reich, W., & Moratiel, S. (1993). La revolución sexual: para una estructura de carácter autónoma del hombre. Planeta-De Agostini.