Test SDQ : évaluer les capacités et difficultés des mineurs

09 octobre, 2020
Le test SDQ, dont nous parlerons ici, est un excellent moyen pour identifier un éventuel problème de santé mentale chez les mineurs.

On estime que 15 % de la population infantile souffre de troubles psychologiques. Il est cependant difficile de détecter et d’établir des diagnostics précis : la ligne qui sépare les symptômes cliniques se confond souvent avec des manifestations qui n’indiquent pas un trouble. Connaissez-vous le test SDQ ?

Le test SDQ, dont nous parlerons aujourd’hui, est un excellent moyen pour identifier un éventuel problème de santé mentale chez les enfants et les jeunes.

L’enfance est une étape cruciale. Une détection précoce peut donc empêcher la progression du trouble et la comorbidité avec d’autres problèmes psychologiques. Il s’agit en outre d’une étape fondamentale pour améliorer les qualités et les capacités de l’enfant. Ce questionnaire complet nous montre donc à la fois ses faiblesses et ses forces.

Le test SDQ permet d'évaluer les difficultés des mineurs.

Le test SDQ pour une détection précoce

Le questionnaire sur les compétences et les difficultés (SDQ) est un test de dépistage. Cela signifie qu’il tend à effectuer un premier balayage et à détecter les cas de risque. Il sera ensuite nécessaire de corroborer et de compléter l’évaluation en profondeur avec d’autres outils. Ce test est toutefois un point de départ vraiment précieux.

Ce test est seulement composé de 25 éléments divisé en cinq échelles. Quatre d’entre elles évaluent les difficultés, tandis que la dernière mesure le comportement prosocial.

Ce test peut s’appliquer aux mineurs entre 4 et 16 ans. Il peut être réalisé par les parents, les enseignants ou par les jeunes eux-mêmes s’ils ont la maturité cognitive nécessaire.

Chaque énoncé possède trois options de réponse : faux, un peu vrai, absolument vrai.Un score ainsi qu’un indice de difficulté global est obtenu sur la base des réponses pour chaque domaine évalué. Les échelles qui composent le test sont les suivantes :

Les symptômes émotionnels

Le mineur :

  • se plaint fréquemment de maux de tête, de maux d’estomac ou de nausées.
  • a de nombreuses inquiétudes. Il semble souvent agité ou inquiet.
  • se sent souvent malheureux, découragé ou avec l’envie de pleurer.
  • est nerveux ou dépend de nouvelles situations. Il perd facilement confiance en lui.
  • pleure beaucoup, a facilement peur.

Les problèmes de comportement

Le mineur :

  • a souvent des accès de colère ou un mauvais caractère.
  • est généralement obéissant, faisant généralement ce que les adultes lui demandent de faire.
  • se bat souvent ou embête d’autres enfants.
  • ment ou triche souvent.
  • vole des objets à la maison, à l’école ou ailleurs.

Hyperactivité

Le mineur :

  • est agité, hyperactif, ne peut pas rester immobile longtemps.
  • bouge constamment et est indiscipliné.
  • se distrait facilement, sa concentration tend à se dissiper.
  • réfléchit aux choses avant de les faire.
  • termine ce qu’il commence, a une bonne concentration.

Les problèmes avec des camarades

Le mineur :

  • est plutôt solitaire et a tendance à jouer seul.
  • a au moins un bon ami.
  • est généralement apprécié des autres enfants.
  • se fait embêté ou taquiné par les autres enfants.
  • s’entend mieux avec les adultes qu’avec les autres enfants.

L’échelle prosociale du test SDQ

Le mineur :

  • tient compte des sentiments des autres.
  • partage souvent avec d’autres enfants.
  • offre de l’aide lorsque quelqu’un se blesse, se contrarie ou est malade.
  • traite bien les jeunes enfants.
  • propose souvent son aide aux parents, aux enseignants ou aux autres enfants.
Le test SDQ permet d'évaluer les capacités et difficultés.

Correction et interprétation du test SDQ

Seules les quatre premières échelles sont prises en compte pour la correction (l’échelle du comportement prosocial est laissé de côté). Le score de difficulté obtenu déterminera si une exploration plus approfondie est nécessaire en raison de la détection d’un point anormal dans le profil.

Le score s’obtient comme suit : pour chaque énoncé, la réponse « faux » donne zéro point, « un peu vrai » un point et « absolument vrai » deux points. À l’exception des éléments marqués en gras, pour lesquels la réponse “faux” donne deux points et la réponse  “absolument vrai” zéro, l’autre option reste la même.

On estime qu’il existe des difficultés émotionnelles ou comportementales et qu’une évaluation approfondie est nécessaire lorsque le score est égal ou supérieur à 16. Il s’agit de la raison pour laquelle ce questionnaire est particulièrement utile pour évaluer les enfants dans des contextes habituels, tels que l’école.

Des conditions qui autrement n’auraient pas pu être identifiées peuvent ainsi être détectées tôt. Cela permettra une évaluation, un diagnostic et une intervention adaptés pour minimiser l’impact du trouble, ralentir son évolution et prévenir de futurs problèmes.


  • Zubillaga, M., Rodríguez, Á. S., Hinojal, C. T., Serrano, A. C., & García, E. O. (2009). Uso del Cuestionario de Capacidades y Dificultades (SDQ) como instrumento de cribado de trastornos psiquiátricos en la consulta de pediatría de Atención Primaria. Bol Pediatr49, 259-262.
  • Castillo, M. (2018). Estudio estructural del Cuestionario de capacidades y dificultades (SDQ) en niños de 2 a 4 años de Montevideo y Canelones.