Télencéphale : caractéristiques et fonctions

· 1 juin 2019
Le télencéphale est la partie la plus développée du cerveau. Le déchiffrer n’a pas été et ne sera pas une tâche facile. Il est responsable de fonctions complexes dans notre corps.

Le cerveau se divise en différentes parties, dont le télencéphale. C’est la structure la plus étendue, antérieure et superficielle du cerveau. Son nom est utilisé pour attribuer l’une des formations générées au cours du développement car il fait partie des structures issues du tube neural.

Il se situe au-dessus du diencéphale et est le plus haut centre d’intégration au niveau somatique et végétatif. De plus, il est divisé en deux hémisphères, le droit et le gauche, qui échangent des informations par les fibres nerveuses du corps calleux.

Grâce au télencéphale, nous avons des fonctions telles que la mémoire, les émotions, la perception de l’odorat, la vue et le goût, entre autres. Explorons cette partie incroyable de notre cerveau.

Comment se divise le télencéphale ?

De plus, d’un point de vue embryologique et ontogénétique, il peut être divisé en :

  • • Néocortex : cela signifie écorce nouvelle ou récente. Ce sont les régions les plus évoluées du cortex. Il s’appelle également Isocortex. Il est stratifié en 6 couches horizontales
  • • Paléocortex : c’est la partie du cortex qui correspond aux régions de terminaison des voies olfactives
  • • Archicortex : il est également connu sous le nom de cortex du lobe limbique. Il est considéré comme la partie la plus ancienne du cortex cérébral

La partie la plus externe des hémisphères est appelée cortex cérébral et est divisée en cinq lobes :

  • • Lobe frontal : on le trouve dans la partie la plus antérieure du cerveau. Il est en charge des fonctions centrales de traitement de l’information, grâce à lui nous avons les fonctions exécutives
  • • Lobe pariétal : il participe aux fonctions sensorielles de reconnaissance et de position, aux processus cognitifs et analytiques tels que : mémoire, calcul et orientation
  • • Lobe occipital: il est responsable de la perception et de l’analyse des informations visuelles. Cela comprend les distances, les tailles, la lumière, la position, le mouvement, etc
  • • Lobe temporal : il se situe à la hauteur des oreilles. C’est la zone qui a plus de connexions avec le système limbique, donc c’est une zone affective. Ce lobe est aussi essentiel pour la mémoire
  • • L’insula : c’est une structure située dans la profondeur de la fissure sylvienne, où convergent le lobe pariétal temporal et frontal. Il est lié à la perception du goût et de l’odorat, au contrôle viscéral, à la somatoperception et à l’intégration émotionnelle, entre autres fonctions
télencéphale

Structures du télencéphale

En plus des divisions précédentes, on peut mettre en évidence les parties suivantes du télencéphale :

  • • Cortex cérébral : comme nous l’avons déjà vu, il se divise en hémisphères et lobes, mais également en couches qui se coordonnent les unes aux autres en tant que zones de sensibilité, moteur et association responsables de la perception et du traitement de l’information
  • • Amygdales cérébrales : c’est une structure qui fait partie du système limbique. C’est celui qui s’occupe de tout ce qui concerne nos réactions émotionnelles. De plus, grâce à cela, nous pouvons échapper aux situations de risque et de danger, l’apprentissage émotionnel étant possible
  • • Ses rôles principaux sont : la consolidation et l’évocation de la mémoire. En outre, il est responsable de l’orientation, de la capacité d’apprendre de nouvelles choses et d’interpréter nos souvenirs et le lien de ceux-ci avec les émotions.
  • • Bulbe olfactif : c’est l’une des parties les plus anciennes du cerveau. Il se situe sous la partie la plus basse du cortex cérébral. Il est responsable du traitement des informations provenant des récepteurs d’odeurs
  • • Corps strié : c’est la principale voie d’accès aux noyaux gris centraux. Il s’implique dans le contrôle des mouvements, le traitement de la mémoire procédurale, le centre d’attention, la motivation et le système de récompense.

Pathologie du télencéphale

Chaque partie du cerveau est fondamentale à notre survie et complexe à comprendre. Pour cette raison, il existe encore des pathologies dont on ne connaît pas les causes à ce jour, pas plus qu’il n’y a de remède.

Le télencéphale n’est pas loin derrière, il présente également des pathologies graves et difficiles à déchiffrer. Regardons quelques pathologies associées :

  • •Schizophrénie : la schizophrénie est un trouble mental dans lequel l’individu perçoit la réalité déformée. Ses origines font encore débat ; cependant, une de ses causes peut être un manque du glutamate, un neurotransmetteur lié aux émotions et au comportement
  • •Dépression : il s’agit d’un trouble de l’humeur caractérisé par l’apathie, la facilité de pleurer, l’augmentation ou la perte d’appétit et des idées suicidaires, entre autres facteurs
  • Bipolarité : il s’agit d’un trouble mental caractérisé par un état maniaque ou hypomaniaque et une dépression majeure. Cette condition génère un inconfort important chez ceux qui en souffrent ainsi que leur entourage
  • • Maladie de Parkinson : c’est une maladie dans le cadre de laquelle la coordination du mouvement est affectée. Elle implique la détérioration cognitive, la dépression et l’hyposomnie, entre autres facteurs. Son développement a été largement lié à l’affection des ganglions de la base
télencéphale

Aujourd’hui, nous avons réalisé de grands progrès grâce à des groupes de recherche tels que Scott et ses collaborateurs, qui, dans leur publication parue dans la revue Experimental Neurologyont suggéré que la clé de la neurodégénérescence dans la maladie de Parkinson pourrait être due aux gènes autosomiques récessifs.

On pense aussi aux recherches publiées dans un article de 2918 dans le magazine The World Journal of Biological Psychiatry, dans lesquels ils posent la relation du système endocannabinoïde avec la schizophrénie. Dans leur étude, ils révèlent comment la schizophrénie ou le trouble bipolaire affectent ou non les paires de jumeaux, selon les anomalies héritées du système cannabinoïde.

Pour autant, bien que le traitement de ces maladies soit difficile, il n’est pas impossible pour autant. Grâce aux recherches actuelles en neurosciences, nous disposons actuellement d’indices pour mieux les comprendre. Nous espérons qu’à l’avenir, nous pourrons y trouver un remède.