L’accompagnement thérapeutique, un outil indispensable

· 4 janvier 2019
En quoi consiste l'accompagnement thérapeutique ?

Les psychologues bénéficient de plusieurs outils qui leur permettent de faire face aux différents problèmes, mal-êtres ou maladies mentales qui peuvent affecter leurs patients. L’un de ces outils, dont nous allons parler aujourd’hui, est l’accompagnement thérapeutique.

L’accompagnement thérapeutique se fait « dans l’environnement habituel du sujet ». Cela veut dire que le psychologue sera présent dans la rue, dans le foyer ou dans n’importe quel autre espace qui puisse mener le patient à une situation de crise.

Cela peut uniquement se faire quand tout ce qui peut être réalisé lors d’une consultation, comme par exemple des exercices, est insuffisant et inefficace. C’est le psychologue qui se rend compte que s’il ne s’intègre pas dans la vie quotidienne du patient, l’état de celui-ci ne s’améliorera pas.

L’accompagnement thérapeutique est un facilitateur

L’accompagnement thérapeutique est un facilitateur qui permet à des personnes souffrant de limitations de pouvoir franchir les barrières qui les empêchent par exemple de sortir de chez elles ou d’aller visiter certains endroits.

Grâce à cet outil, on leur permet d’améliorer leur autonomie, de développer leurs habilités sociales et d’interagir avec leur entourage de façon plus saine. Ceci peut être très efficace chez des personnes qui souffrent d’anxiété sociale, par exemple.

accompagnement thérapeutique

Cependant, pour que l’accompagnement thérapeutique fonctionne, certaines attitudes et qualités du psychologue doivent être prises en compte. Nous allons les exposer dès maintenant en nous appuyant sur La relation d’aide de Carl Rogers:

  • Présence : le psychologue doit être avec le patient, partager des situations et des moments avec lui.
  • Ecoute active : il est indispensable que le patient s’exprime en sentant qu’il peut prendre son temps.
  • Respect : le psychologue doit faire preuve de respect et d’ouverture d’esprit.
  • Empathiela compréhension sera fondamentale, tout comme l’absence de jugement.
  • Authenticité : le psychologue doit se montrer tel qu’il est, même s’il doit être professionnel à chaque instant.

Un cas de psychose

Une étude a exposé le cas d’une femme de 66 ans qui venait de passer 7 ans dans un Centre de Santé Mentale à cause de la psychose maniaco-dépressive qui lui avait été diagnostiquée.

Etant donné que le traitement pharmacologique n’avait rien donné, on avait envisagé la possibilité de l’accompagnement thérapeutique. Au début, la patiente était enthousiaste, jusqu’à ce que ses peurs remontent à la surface. Le fait de se promener à travers les étages et dans les environs de l’hôpital avec elle lui a fait du bien.

accompagnement thérapeutique

 

Dans ce cas, l’intervention de la famille a également été importante. La patiente a commencé à pouvoir se promener dans la ville. Elle a réussi à s’éloigner de cet environnement sûr que représentait le centre pour elle. Au début, elle affichait un certain rejet vis-à-vis du thérapeute et ne disait que « je veux rentrer chez moi ». Au fil des mois, cette situation a fini par changer.

Elle a commencé à pouvoir rentrer brièvement chez elle, jusqu’au jour où elle est parvenue à acquérir certaines responsabilités comme prendre soin de ses filles et prendre ses médicaments. Le processus a été progressif et a abouti à de bons résultats.

On a admis cette patiente car il était impossible de la contrôler chez elle. Elle se montrait agressive avec ses proches et présentait des épisodes maniaques difficiles à gérer. Cependant, l’accompagnement thérapeutique a stabilisé sa symptomatologie et lui a permis de se réintégrer dans le nœud familial.

L’accompagnement thérapeutique aide l’autre à avancer en lui permettant de commencer à construire tous les liens qui ont été brisés.

Un outil pour des situations difficiles

Comme nous avons pu l’observer, l’accompagnement thérapeutique est un outil pour des situations complexes au cours desquelles le traitement en consultation n’est pas suffisant. Nous avons vu un cas réel mais il en existe beaucoup d’autres qui requièrent de mettre cet outil en pratique.

Les personnes qui souffrent d’agoraphobie, qui ont des difficultés à se promener dans une rue pleine de gens ou ont du mal à entrer dans un supermarché peuvent tirer des bénéfices de l’accompagnement thérapeutique. Le psychologue sera à leurs côtés, en leur apportant du soutien, en les écoutant, en observant leur comportement et en les aidant à éviter des comportements de fuite.

Comme nous le voyons, cette qualité technique pousse de nombreuses personnes à sortir de leur isolement. Elle les aide à détruire les barrières qui les limitent dans leur vie quotidienne. Elles réalisent ainsi de profonds changements dans leur vie et parviennent à améliorer leur qualité de vie.