TDAH et consommation de substances, comment sont-ils liés ?

Qu'est-ce que le TDAH ? Comment le TDAH et la consommation de substances sont-ils liés ? Le TDAH augmente-t-il le risque d'addiction ? Dans cet article on vous le dit !
TDAH et consommation de substances, comment sont-ils liés ?

Dernière mise à jour : 04 novembre, 2022

Le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) a été identifié dans presque toutes les cultures. Les études démographiques sur le sujet nous apprennent qu’environ 5 % des enfants et 2,5 % des adultes en souffrent. Bien que les toxicomanies soient relativement plus fréquentes chez les adultes atteints de TDAH que dans la population générale, le TDAH et la consommation de substances ne sont présents que chez une minorité d’adultes.

D’autre part, on sait que les caractéristiques du TDAH augmentent la probabilité que les adolescents développent un certain type de dépendance. Les enfants atteints de TDAH ont tendance à ressentir les effets produits par les substances avec une plus grande intensité. C’est pourquoi le risque de souffrir d’une dépendance est plus grand et la progression vers celle-ci (c’est-à-dire le temps qu’il faut pour développer la dépendance) est également plus grande.

“Nous savons que l’un des effets à long terme du TDAH est un risque accru de consommation de substances. En fait, des recherches ont montré que les enfants atteints de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité, ou TDAH, sont deux à trois fois plus susceptibles de développer une substance nocive. l’utilisation, par rapport aux autres enfants.

-Child Mind Institute-

enfant avec déficit de l'attention
Le TDAH augmente le risque de dépendance.

Qu’est-ce que le TDAH ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), à travers sa Classification internationale des maladies (CIM-11), le décrit comme un schéma persistant d’inattention ou d’hyperactivité et d’impulsivité qui dure plus de 6 mois. Ce modèle commence dans la période de développement d’un enfant, généralement vers le début ou le milieu de l’enfance.

Il existe différents sous-types en fonction des symptômes. Ainsi, nous pouvons trouver les éléments suivants :

  • TDAH avec inattention prédominante : il est plus fréquent chez les adolescentes et les femmes. Il y a encore plus de détérioration dans le domaine académique. La déficience sélective de l’attention prédomine dans ce sous-type : c’est-à-dire la capacité de diriger l’attention et de se concentrer sur quelque chose sans permettre à d’autres stimuli d’interrompre la tâche (par exemple, assister à l’enseignant tout en ignorant les bruits en classe). De plus, le TDAH avec une prédominance d’inattention est le plus fréquent.
  • TDAH avec prédominance d’hyperactivité : c’est le sous-type le plus conflictuel. Une activité hautement énergétique est caractéristique, apparaissant surtout dans des situations sédentaires, ennuyeuses et très structurées (par exemple, en classe). L’hyperactivité semble être plus importante devant la mère et devant les enseignants.
  • TDAH combiné, à la fois avec inattention et hyperactivité : il est plus fréquent chez les garçons et les hommes. Il est plus étroitement lié au trouble de la personnalité antisociale. Lorsque l’hyperactivité et l’inattention apparaissent à la fois, la détérioration qu’elle produit dans la vie de la personne est plus importante. Dans ce sous-type, le déficit d’attention soutenue prédomine, c’est-à-dire la capacité que nous avons de maintenir notre attention sur une activité spécifique pendant une certaine période (par exemple, assister à l’enseignant pendant 30 minutes).

“Les enfants atteints de TDAH peuvent également lutter contre une faible estime de soi, des relations difficiles et de mauvais résultats scolaires. Parfois, les symptômes s’atténuent avec l’âge. Cependant, certaines personnes ne surmontent jamais complètement leurs symptômes.”

-Clinique Mayo-

TDAH et consommation de substances

“Ces enfants sont plus hyperactifs, plus impulsifs et leur esprit a tendance à passer d’une pensée à l’autre plus rapidement, ils ont donc tendance à se tourner vers des substances qui ralentissent leurs pensées.”

-Child Mind Institute-

Pour compenser l’hyperactivité et l’impulsivité qui caractérisent ces enfants, ils entrent souvent en contact avec des substances comme la marijuana, celle-ci étant la substance qu’ils consomment le plus, l’alcool ou la nicotine. Parmi les effets de la marijuana, on trouve une légère sédation et une euphorie.

Nous avons mentionné que les enfants atteints de TDAH ont une attention altérée, à la fois sélective et soutenue, de sorte que l’utilisation de substances stimulantes, telles que la nicotine ou la cocaïne, est “attrayante” pour eux, car l’un de leurs effets est l’augmentation et l’amélioration de ces soins à terme. De plus, des facteurs de risque supplémentaires ont été identifiés en ce qui concerne la toxicomanie.

  • Les enfants atteints de TDAH sont plus susceptibles d’avoir un autre trouble concomitant, tel que des troubles anxieux, des troubles dépressifs ou un trouble oppositionnel avec provocation.
  • Il est fréquent que les enfants atteints de TDAH aient des difficultés scolaires ou des problèmes d’adaptation, et ils peuvent « attirer » d’autres enfants, avec ou sans TDAH, mais qui partagent ces difficultés. Ils ont tendance à interagir avec d’autres enfants qui présentent des comportements à risque et qui consomment des substances, déclenchant ainsi des opportunités d’expérimentation avec eux.

“Voyons voir, quand les enfants reçoivent une substance qui les calme, ils se sentent bien. Essayer d’adopter des comportements plus productifs pour contrôler leur TDAH, comme méditer, sortir ou marcher, devient beaucoup plus difficile car une substance fournit une solution très rapide”.

-Jeannette Friedman-

Adolescent avec des problèmes de concentration
Parler des drogues et de leurs effets avec les enfants et les adolescents atteints de TDAH est recommandé en prévention.

Que faire si mon enfant souffre de TDAH et de toxicomanie ?

La chose la plus importante que les parents puissent faire est de fournir à leurs enfants les soins spécialisés dont ils ont besoin : que le mineur soit évalué, pour mettre en place les mesures nécessaires dans les plus brefs délais. Surtout si des comportements inhabituels d’agitation, de distraction ou d’oubli apparaissent.

Du Child Mind Institute, ils proposent une série de directives simples que nous pouvons suivre :

  • Parlez à vos enfants de la consommation de substances à un jeune âge. Expliquez que le TDAH les rend plus vulnérables à la dépendance que leurs pairs sans TDAH. Adoptez une position sans jugement.
  • Ne soyez pas excessivement permissif, c’est-à-dire ne faites pas trop de concessions. L’enfant ou l’adolescent doit apprendre à gérer et à gérer ses défis. Et si vous n’apprenez pas à les gérer, vous pouvez vous tourner vers une substance pour réduire l’anxiété.
  • Maintenir une communication positive – Les difficultés peuvent être importantes, et les identifier est vital, mais le simple fait de les signaler encore et encore ne les fera pas disparaître. Ils essaient que dans les messages qui leur parviennent, au moins les progrès réalisés soient toujours très présents, ainsi qu’une prévision ajustée de ce qui peut être réalisé dans un avenir proche.

« Ne réorganise pas les meubles. Apprends-lui à en faire le tour.

-Friedman-

Les auteurs de l’étude exhortent les familles non seulement à rechercher une équipe de professionnels pour évaluer et traiter le TDAH de leurs enfants, mais aussi à s’efforcer d’avoir une relation positive avec eux. Ainsi, ils recommandent que, s’ils sont en conflit constant, ils puissent chercher de l’aide dans les différents cadres thérapeutiques.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le schéma d’assujettissement dans la schémathérapie : en quoi consiste-t-il ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le schéma d’assujettissement dans la schémathérapie : en quoi consiste-t-il ?

L'assujettissement implique de céder de manière excessive au contrôle des autres au détriment de nos désirs et même de notre identité.