TDAH chez les femmes : comment le vivent-elles ?

Les manifestations du TDAH chez les femmes peuvent différer de la représentation masculine classique, puisque les symptômes sont moins frappants et perturbateurs dans l'enfance.
TDAH chez les femmes : comment le vivent-elles ?

Dernière mise à jour : 23 juin, 2022

De plus en plus d’enfants reçoivent un diagnostic de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Davantage de parents ont entendu parler de ce syndrome et beaucoup plus le considèrent comme une possibilité lorsqu’ils observent certains comportements chez leurs enfants. Cependant, chez les filles, cela passe généralement inaperçu, ne conduisant pas à l’intervention nécessaire. C’est pourquoi il est important de reconnaître comment le TDAH se présente chez les femmes.

Il existe plusieurs enquêtes qui estiment une prévalence plus élevée du TDAH chez les garçons, dans un rapport de 3 pour 1 par rapport aux filles. Cependant, avec l’arrivée de l’adolescence, ces différences s’estompent et, à l’âge adulte, la proportion semble presque égale. Cela nous amène à penser à une difficulté à reconnaître les symptômes à temps chez les filles en âge scolaire, car il y a encore beaucoup de questions ouvertes sur la façon dont elles vivent ce trouble.

TDAH chez les femmes : symptômes et sous-types

Le TDAH ne présente pas toujours les mêmes manifestations. En fait, trois sous-types différents sont reconnus en fonction du trait prédominant (inattention, hyperactivité et impulsivité). Les enfants présentent généralement le sous-type combiné dans 80 % des cas, ce qui mène à l’apparition des symptômes les plus caractéristiques du TDAH : agitation motrice, manque de contrôle des impulsions, besoin de bouger constamment, tendance à interrompre…

Chez les filles, en revanche, le sous-type inattentif survient beaucoup plus fréquemment (30 % contre 16 % chez les garçons). Ce sous-type se caractérise principalement par des difficultés de planification, d’organisation et d’attention aux détails. Ces filles commettent souvent de multiples erreurs d’inattention, perdent ou égarent souvent des objets, sont facilement distraites et ont du mal à suivre les instructions et à accomplir des tâches.

tdah fille

Mais alors, que se passe-t-il ? Les symptômes d’impulsivité et d’hyperactivité sont beaucoup plus frappants et visibles de l’extérieur. Les parents et les enseignants prennent généralement rapidement conscience de ce type de comportement car ils sont gênants et perturbateurs et entravent le fonctionnement de la classe ou la dynamique familiale. En revanche, les signes d’inattention ne ressortent pas. La petite fille peut ne pas faire attention ou être distraite, mais cela ne dérange pas.

De plus, les garçons présentent plus souvent des problèmes de comportement et des troubles d’apprentissage comorbides. Deux entités qui suscitent également l’intérêt des adultes en charge. Les filles, en revanche, ont tendance à avoir de meilleures compétences en lecture, une plus grande participation sociale et de meilleurs résultats scolaires : il est donc plus difficile de soupçonner que quelque chose ne va pas. Et, quand c’est le cas, les symptômes sont souvent confondus avec un trouble de l’humeur.

Le rôle des hormones

Le TDAH est le même chez les deux sexes, tout comme la morphologie cérébrale. Cependant, la fonctionnalité et la façon dont les deux groupes en font l’expérience sont ce qui diffère. À cet égard, nous ne pouvons pas oublier que les hormones jouent un rôle important dans le TDAH chez les femmes.

Par exemple, avec l’arrivée de la puberté, le dérèglement hormonal donne lieu à d’importantes oscillations de l’humeur. Ainsi, ces filles peuvent être plus irritables et réactives et il y a une augmentation des symptômes du TDAH. Si l’inattention prévalait pendant l’enfance, désormais, les signes les plus frappants et les plus reconnaissables s’intensifient. Un changement qui peut également avoir lieu après la ménopause.

Ainsi, pour les femmes atteintes de TDAH, il peut être difficile de maintenir un contrôle interne et de gérer les variations hormonales. Bien qu’étant des personnes très valides avec de grandes qualités, leurs difficultés d’organisation et d’attention peuvent leur faire penser qu’elles ne sont pas très compétentes. Sans diagnostic, il leur est difficile de comprendre ce qui ne va pas chez elles, et encore plus d’obtenir les soins dont elles ont besoin.

femme préoccupée

Prise en charge du TDAH chez la femme : une tâche en suspens

Il a été constaté que les femmes atteintes de TDAH (par rapport à leurs pairs sans trouble) sont plus vulnérables aux troubles de l’humeur et aux troubles anxieux. Une vulnérabilité qui s’accroît au fil des années sans obtenir de soutien. En fait, de nombreuses femmes sont évaluées et reçoivent un diagnostic basé sur celui de leurs enfants, car elles commencent à percevoir des parallèles avec leur propre enfance.

Pour éviter que cette situation ne se perpétue, il est nécessaire de mieux comprendre le TDAH chez les femmes et la façon dont elles le vivent. Et surtout, leur proposer des ressources et des traitements adaptés. Ces femmes peuvent bénéficier de thérapies qui les aident à comprendre leur état, à apprendre à organiser et à prioriser leur vie quotidienne et à réguler leurs émotions. Il faut qu’elles puissent prendre conscience de leurs vertus, ressources et qualités, afin d’améliorer leur bien-être et leur fonctionnalité au quotidien.

Pour conclure, l’étude de la santé mentale doit s’ouvrir à la réalité des femmes, qui n’est pas toujours la même que celle des hommes. Les filles atteintes de TDAH ont besoin de réponses et de soutien dès le début pour éviter de futurs problèmes psychologiques.

Cela pourrait vous intéresser ...
 Etes-vous un adulte souffrant d’un déficit d’attention ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
 Etes-vous un adulte souffrant d’un déficit d’attention ?

Les comportements typiques d’un adulte avec un déficit d’attention, avec ou sans hyperactivité tendent à construire et à maintenir une certaine sub...



  • Biederman, J., Faraone, S. V., Spencer, T., Wilens, T., Mick, E., & Lapey, K. A. (1994). Gender differences in a sample of adults with attention deficit hyperactivity disorder. Psychiatry research53(1), 13-29.
  • Ramos-Quiroga, J.A., Bosch, R., Nogueira, M., Castells, X., García, E. y Casas, M. (2006). Trastorno por déficit de atención con hiperactividad en adultos: Caracterización clínica y terapéutica. Revista de Neurología, 42(10): 600-606.