Le sommeil nous permet d’apprendre

27 juin 2015 dans Curiosités 0 Partagés

Le sommeil est un phénomène qui a toujours suscité l’intérêt des êtres humains, car il est aussi fascinant qu’inquiétant.

Au début de notre histoire, il a longtemps été perçu comme une phase quasi-surnaturelle, dans laquelle l’homme pouvait entrer en contact avec des divinités, ou avoir connaissance de son futur.

De tous temps, les dirigeants de toutes les civilisations s’entouraient de sages chargés d’interpréter leurs rêves, et de les aider à gouverner en conséquence.

Le développement de la science moderne a joué un grand rôle dans la disparition de ces croyances, et nous a permis d’en connaître davantage sur les processus qui se déroulent pendant que nous dormons.

Nous sommes pourtant toujours très loin d’une compréhension totale de notre sommeil, et de nos rêves.

Le mystère des rêves

Sigmund Freud estimait que les rêves étaient la « voie royale » vers l’inconscient humain. Il a pu établir que l’esprit représentait symboliquement ses peurs, ses souvenirs et ses désirs, pendant qu’il était en phase de sommeil.

Il fit donc le postulat que la partie onirique du sommeil était une sorte de casse-tête, qui pouvait être déchiffré.

Dans le champ de la neuropsychologie, le sommeil a été abordé de manière différente. Les scientifiques ont étudié les changements qui se produisent dans le cerveau lorsque nous sommes en phase de sommeil.

Cela leur a permis de comprendre la physiologie du sommeil, et d’établir les processus qui se produisaient durant son déroulement. Diverses études ont été menées pour aller au bout de cette conception.

Ces expérimentations ont permis de mettre en évidence que le cerveau traite les informations qu’il a reçues durant toute sa période de vigilance.

Il classe les souvenirs, les épure de ce qui n’est pas nécessaire, et met en exergue leurs éléments les plus importants.

Mais, les résultats ne s’arrêtent pas là. Il a également été prouvé que le cerveau établit des liens entre les données, et essaye de résoudre les problèmes nés durant la période de pleine conscience, et qui paraissaient alors complètement insoluble.

On peut citer le célèbre cas de Friedrich Kekulé, qui a trouvé la structure du benzène alors qu’il était en train de dormir. Il s’y était pourtant cassé les dents à plusieurs reprises durant la journée.

Les expériences

Ces découvertes sur le sommeil peuvent parfois sembler être le produit de la fiction. Mais, en réalité, elles sont l’aboutissement de milliers d’études, réalisées à des époques et dans des lieux bien différents.

Aserinsky et Kleitman, deux physiologistes de l’Université de Chicago sont d’abord parvenus à définir précisément les cycles du sommeil.

Les deux chercheurs sont parvenus à distinguer des phases de 90 minutes dans notre sommeil. Durant la REM, ou la phase des mouvements oculaires rapides, l’activité cérébrale est très similaire à celle de la phase de vigilance.

Entre ces deux phases, le cerveau a une activité d’ondes lentes. Cela atteste le fait que le cerveau n’est pas passif lorsque nous dormons. 

Après ces découvertes fondamentales, de nombreuses études ont suivi. En 1994, deux neurobiologistes israéliens ont découvert que certaines tâches intellectuelles pouvaient être mieux réalisées si la personne observée dormait au moins 6 heures d’affilée.

Entre 2000 et 2006, de nouvelles preuves ont été découvertes, et permettent d’attester que les souvenirs se fixent et s’affinent dans notre mémoire durant notre sommeil.

Les données les plus intéressantes ont été révélées en 2007. Il a été prouvé que le cerveau était en processus d’apprentissage durant le sommeil.

Dans de nombreuses expériences, menées d’abord sur des souris avant d’être conduites sur des êtres humains, il a été découvert que le cerveau continue de traiter des informations pendant le sommeil, et qu’il est capable de mener à bien des processus analytiques.

C’est pour cela que nous sommes en mesure de résoudre des problèmes lorsque nous dormons.

La mémoire est la fonction du cerveau qui paraît la plus connectée au sommeil. Cela ne veut pas dire que nous sommes dans de meilleures dispositions pour apprendre, ou pour mémoriser lorsque nous dormons.

Notre cerveau est simplement en train de continuer son processus d’apprentissage, entamé durant la journée, car il l’organise et l’affine. Il existe de nombreuses interrogations sur ce phénomène, qui font toujours l’objet de diverses études.

Les cultures ancestrales avaient donc bien raison de donner au sommeil un rôle bien plus important que celui de simple moment de repos.

Si les rêves ne nous permettent peut-être pas de converser avec des divinités, ils sont assurément une porte qui mène vers les infinies capacités du cerveau humain. 

Images de Toni Blay

A découvrir aussi