Somatisation des coronavirus : j'ai tous les symptômes !

Nous devons apprendre à prendre la "température" de nos émotions. Dans le contexte actuel, de nombreuses personnes commencent à somatiser la peur et la panique au point de ressentir bon nombre des symptômes associés au coronavirus.
 

J’ai perdu mon odorat et mon goût. Je tousse et je crois même que j’ai le souffle court. Cette symptomatologie associée à la COVID-19 commence à être ressentie par un bon nombre de personnes qui n’ont pas la maladie. Ils ne seront positifs à aucun test car ce dont ils souffrent, en réalité, est un effet psychologique du contexte actuel : la somatisation du coronavirus.

Les troubles psychosomatiques se produisent plus normalement qu’on ne le pense et dans les circonstances actuelles, leur apparition sera plus importante. La raison ? Dans un contexte dominé par la crainte persistante de la contagion, par l’incertitude et l’angoisse psychologique de « ce qui va se passer » ou de « si je suis infecté, je serai sûrement admis à l’hôpital« , tout un vivier émotionnel se forme. De telle sorte que, tôt ou tard, des symptômes physiques apparaissent.

La somatisation n’est pas la même chose que l’hypocondrie. La somatisation, ce n’est pas inventer ce qui n’existe pas. Ce n’est pas non plus fabuler et encore moins perdre la tête. Nous devons comprendre que cette condition est décrite dans le DSM-V (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). Il s’agit d’une réalité que tous les médecins ont tendance à voir quotidiennement.

 

Migraines, douleurs articulaires, épuisement, problèmes digestifs, tachycardie, vertiges… Toutes ces réalités cliniques sont très fréquentes. Les patients les subissent, mais les déclencheurs ne sont autres que nos émotions et nos traumatismes, l’anxiété, la frustration constante… Dans un contexte de pandémie, il est non seulement normal que la somatisation apparaisse, mais il faut aussi s’y attendre.

La somatisation des coronavirus chez un homme

Somatisation des coronavirus : un autre effet de la pandémie

La situation est presque toujours la même. Vous commencez à sentir une toux, un mal de tête, de la fatigue, vous mettez votre main sur votre front et vous êtes plus chaud que d’habitude. Le plus inquiétant est lorsque, soudainement, un poids apparaît sur votre poitrine et qu’il semble que vous ne respirez plus.

Face à ces symptômes, nous allons tous immédiatement sur Google pour découvrir quelque chose d’évident. Ces caractéristiques coïncident avec le COVID-19. Evidemment, le pire est arrivé.

Il est fort probable que si une personne qui vit cette somatisation utilise un thermomètre, sa température sera tout à fait normale. Cependant, le mal de tête sera réel, tout comme la toux et cet épuisement persistant. Parce que c’est ainsi que fonctionne la somatisation. Comme l’explique la neurologue Suzanne O’Sullivan, experte en la matière et auteur du livre It’s All in Your Head, chacun de nous est susceptible d’en souffrir une fois qu’il a franchi le seuil de la détresse.

 

Le stress quotidien, l’anxiété qui n’est pas gérée et devient chronique, les émotions qui se nouent et ne nous laissent pas respirer… Tout cela agit comme un déclencheur. Tout cela va du niveau émotionnel au niveau physique sous forme de maux de tête, dyspepsie, troubles respiratoires, insomnie et fatigue chronique. Et au-delà de ce que l’on peut penser, il n’est pas du tout facile de faire face à ces réalités cliniques.

En temps de crise, les troubles somatiques augmentent

Une étude réalisée à l’université de Hambourg, en Allemagne, par le Dr Bernard Löwe, a révélé quelque chose d’intéressant.

Après une enquête dans 15 centres de santé où le PHQ-15, une échelle permettant d’identifier les symptômes somatiques, a été appliqué, il a été constaté que près de 50% des patients souffrent de troubles anxieux. Tous présentaient des problèmes psychosomatiques.

Nous savons donc que la relation entre l’anxiété et la somatisation est évidente. Mais comme l’explique le médecin français Gilbert Tordjman dans son livre Comprendre les maladies psychosomatiques, celles-ci se développent plus intensément en temps de crise. Des problèmes au travail, des problèmes relationnels, la souffrance provoquée par un deuil…

 

Il est donc évident que la somatisation du coronavirus est un phénomène presque attendu à l’heure actuelle.

Somatisation du coronavirus, puis-je en être atteint ?

Une chose qui est claire pour nous dans le domaine de la psychologie est que dans le contexte actuel, il est essentiel de s’occuper également de la santé mentale. Désormais, nous sommes constamment exposés à toutes sortes d’informations liées au COVID-19.

Nous avalons les données et ne les digérons pas. Nous voyons des images sans cligner des yeux. Et nous lisons sans filtrer. Le virus a changé nos vies. Nous sommes confinés. Et le pire, c’est que nous ne savons pas ce qui se passera demain.

Le bilan émotionnel de ces processus est immense. De plus, il y a une réalité indéniable : nous n’avons jamais vécu une telle chose auparavant.

La somatisation du coronavirus est un autre effet de la pandémie et de nombreuses personnes en souffrent. Les mêmes personnes qui contactent leurs centres de soins primaires pour décrire une symptomatologie qui correspond au millimètre près au virus lui-même.

Étant donné le manque de tests, il est très probable que plus d’une personne passe par un confinement recommandé en pensant qu’elle a effectivement le virus. Mais soyons clairs sur un aspect : la somatisation peut générer des douleurs et de la fatigue, mais pas de la fièvre. C’est un signe qui devrait nous aider à discriminer la présence ou non d’une infection.

COVID-19 écrit avec des médicaments

Faites attention à la « température » de vos émotions

Bien que votre corps ne combatte pas la charge virale du COVID-19 en ce moment, votre esprit combat un autre ennemi : la peur. Vous avez le droit de la ressentir, c’est vrai. Cette émotion a pour but de nous protéger du danger et de nous mettre en sécurité.

Mais parfois, si nous nous laissons emporter par la détresse la plus aiguë, la « fièvre psychologique » va monter. Les pensées négatives s’enflammeront en prenant le contrôle de votre réalité. La panique viendra, la douleur viendra, et tous les symptômes de la somatisation des coronavirus.

Nous devons apprendre à prendre la « température » de nos émotions pour éviter qu’elles ne nous mènent à la limite, qu’elles ne rendent notre corps et notre santé captifs.

Il s’agit d’une tâche quotidienne qui implique une grande responsabilité. Car ce qui se passe avec les troubles psychosomatiques, c’est que beaucoup de gens refusent d’accepter que cette douleur ait une origine émotionnelle. Et dans certains cas, ils persistent à poursuivre des traitements médicamenteux qui n’aident pas ou ne servent pas.

 

Accordons la priorité à notre bien-être émotionnel, à notre santé mentale.

  • Ketterer, MW y Buckholtz, CD (1989). Trastorno de somatización. Revista de la Asociación Americana de Osteopatía . https://doi.org/10.3928/0048-5713-19880601-04
  • Löwe, B., Spitzer, R. L., Williams, J. B. W., Mussell, M., Schellberg, D., & Kroenke, K. (2008). Depression, anxiety and somatization in primary care: syndrome overlap and functional impairment. General Hospital Psychiatry30(3), 191–199. https://doi.org/10.1016/j.genhosppsych.2008.01.001