Relation entre les troubles anxieux et l’intelligence élevée

· 10 octobre 2018

« L’ignorance fait le bonheur ». Ce dicton populaire est, comme plusieurs études nous le montrent, soutenu par diverses preuves partielles. Selon un article de l’Université de Lakehead au Canada, il existe une relation entre les troubles anxieux et l’intelligence élevée. Un lien presque direct entre ces esprits brillants et analytiques et la préoccupation excessive et l’anxiété sociale.

Nous avons récemment parlé dans cet espace de l’apparente corrélation entre la créativité et le trouble bipolaire. Il convient néanmoins de préciser que ceci ne signifie pas que les personnes ayant un QI exceptionnel ou un potentiel créatif remarquable présentent un trouble psychologiqueBien au contraire.

« Il existe une relation entre les troubles anxieux et l’intelligence élevée, une évidence qui trouverait son origine dans la matière blanche cérébrale. »

La science, et notamment les départements de psychologie de nombreuses universités à travers le monde, essaie périodiquement de présenter des informations d’intérêt. Des données assorties de preuves significatives pouvant nous aider dans le domaine de la pratique clinique. De sorte qu’il existe un fait plus qu’évident : de nombreuses  personnes disposant de grandes capacités présentent des comportements et des états qui ne s’harmonisent que peu avec ce cerveau privilégié. Elles ne sont pas heureuses, se sentent frustrées et ne prennent pas toujours les meilleures décisions.

De nombreux psychiatres et neuropsychologues à travers le monde rencontrent souvent le même problème : des patients avec un QI élevé souffrent d’anxiété chronique et généralisée. Quelle en est la raison ?

lien entre les troubles anxieux et l'intelligence élevée

Relation entre les troubles anxieux et l’intelligence élevée

Ceux qui travaille dans le domaine de l’éducation le constaterons souvent. Certains étudiants brillants se caractérisent par un équilibre et une tranquillité remarquables. D’autres, en revanche, se frustrent rapidement face à tout changement. Ils anticipent négativement et tombent dans un état de stress très épuisant, au point de réduire leurs performances scolaires.

Tscahi Ein-Dor et Tal Orgad, deux psychologues de l’Université de Lakehead au Canada, menèrent diverses expériences dans des lycées et collèges. Leur but était d’étudier les comportements qui finissent par entraver le succès personnel et professionnel d’un bon nombre d’étudiants. Ils inclurent le test de résonance magnétique dans ces études. Ce dernier mis en exergue quelque chose d’aussi frappant qu’inattendu.

La substance blanche et l’intelligence élevée

Les troubles anxieux et l’intelligence élevée pourraient s’expliquer par une petite anomalie cérébrale dans la substance blancheRappelons que cette structure, formée principalement par des axones myélinisés, est liée à la transmission de l’information. Elle détermine notre intelligence et l’agilité des processus cognitifs. Elle a également une influence dans le domaine émotionnel.

Certains chercheurs pensent que l’anxiété a évolué en parallèle au développement de l’intelligence humaine. Pourquoi ? Dans le but d’anticiper les dangers afin que la capacité d’analyse et de traitement de l’information nous aide à améliorer notre survie en anticipant les risques et les menaces. L‘intelligence perd évidemment son potentiel lorsque l’anxiété atteint des quotas trop élevés car la personne se sent littéralement paralysée.

Caractéristiques des personnes ayant une intelligence élevée et des troubles anxieux

Cette petite anomalie ou variation dans la substance blanche cérébrale ne déterminerait pas à 100% que la personne ayant des capacités élevées développe un trouble anxieux à un moment donné. Le risque est plus important. Il existe une prédisposition plus évidente à ne pas pouvoir contrôler les émotions et les situations de stress. Tous ces processus seraient mis en évidence par les caractéristiques suivantes :

lien entre les troubles anxieux et l'intelligence élevée

  • L’intelligence sentinelle : capacité à anticiper les menaces ou les dangers que les autres ne perçoivent pas (ce qui peut être bénéfique dans certains contextes).
  • Hypersensibilité. Les troubles anxieux et l’intelligence élevée se constatent notamment par la faible tolérance aux contextes avec beaucoup de personnes, avec un grand nombre de stimuli. De tels contextes finissent par produire un épuisement mental.
  • Contagion émotionnelle. Une autre caractéristique des personnes très intelligentes est qu’elles présentent une faible « ecpathie« . Autrement dit, elles sont très sensibles aux émotions des autres mais ils ne savent pas comment les filtrer, les gérer, les séparer de leur réalité. Cela les conduit à souffrir d’une « contagion émotionnelle » permanente. En résultent la fatigue et le blocage.
  • Gaspilleurs inconscients. Ce terme curieux révèle un fait qui nous parlera davantage. Les personnes ayant un QI élevé pensent trop. Elles gaspillent donc de l’énergie mentale et émotionnelle pour des sujets sans importance qui ne les amènent souvent nulle part.
  • Le monde est rempli de possibilités et elles ne peuvent en ignorer aucune. Les troubles anxieux et l’intelligence élevée sont également mis en évidence par cette incapacité à établir des limites. A mettre de côté certaines options et à en choisir d’autres. Le monde est rempli d’options, de variables et de conditions infinies et ces personnes sont incapables de s’en détourner.

 

La question presque inévitable à ce stade est : comment y faire face ? Comment gérer un cerveau hyperactif incapable de mettre des filtres dans une réalité trop complexe, pleine de données, d’émotions et de stimuli ? Nous pourrions dire que le plus souhaitable serait de mettre fin à cette anxiété. De la réduire. De la rendre aussi minime que possible.

Aussi curieux que cela puisse paraître, la réponse est toute autre. La clé est d’utiliser l’anxiété en notre faveur. De la gérer efficacement. De savoir utiliser tout son potentiel. En effet, si l’intelligence élevée et l’anxiété vont de pair dans un but précis, il convient alors d’orienter notre stratégie vers ce même but. Apprenons donc à utiliser cette activation pour comprendre ce que les autres ne voient pas. Pour anticiper les risques, les événements et les probabilités. Mais faisons-le avec l’équilibre. En sachant mettre des filtres. Et recourir à des chemins ordonnés. Où toute cette énergie mentale pourra être utilisée de manière adéquate.

Tout effort en vaudra la peine.