Les pensées négatives pendant la crise du COVID-19 : comment les gérer ?

22 mai, 2020
Ressentir de la peur et de l'incertitude face à cette pandémie du COVID-19 est absolument normal. Cependant, nous devons être capables de contrôler les pensées négatives et fatalistes. Notre esprit doit rester notre meilleur allié lors de moments si adverses.

Avoir des pensées négatives pendant la crise du COVID-19 est parfaitement normal. Il est important de savoir qu’une grande partie du monde ressent ces mêmes sensations, cette peur et cette incertitude. Cela peut nous aider à nous sentir un peu moins seuls et un peu plus unis. Cependant, il est nécessaire de contrôler cet univers mental pour ne pas tomber dans des états de désespoir.

Comme nous le signalons bien sur notre page, la crise actuelle du coronavirus n’implique pas seulement de prendre soin de notre santé physique. Dans ces circonstances, il est indispensable de faire attention à notre bien-être psychologique.

Des facteurs comme le confinement, la séparation avec nos proches et la sensation de ne pas savoir ce qu’il pourra se passer dans les jours qui suivent peuvent venir briser notre équilibre interne.

Les émotions vont nous mettre à l’épreuve. Dans un contexte si imprévisible, nous aurons besoin de ressources et s’il est vrai que nous avons parfaitement le droit de nous effondrer de temps en temps, de trouver un refuge momentané dans la tristesse, nous devons continuer à contrôler les choses qui peuvent l’être : nos pensées et notre comportement.

Gardons bien cela à l’esprit : la panique se répand beaucoup plus rapidement que le coronavirusNous ne pouvons pas succomber à la peur car, dans ce cas, nous cesserons d’être utiles pour nous-mêmes et pour les autres. Il est temps d’activer les ressources que nous ne pensions même pas avoir.

Un homme ayant des pensées négatives pendant la crise du COVID-19

Comment contrôler les pensées négatives pendant la crise du COVID-19

Des organismes comme l’OMS ou l’Association Américaine de Psychologie (APA) insistent sur une chose indéniable. On dit aux gens de se laver fréquemment les mains, de rester confinés chez eux, de respecter les distances de sécurité et de sortir le moins possible de leur maison. Ces mesures réduisent le risque d’infection mais transforment les personnes en capsules d’anxiété sur le point d’exploser.

La pandémie du coronavirus nous accompagne depuis fin 2019 et progresse rapidement. Elle n’avance pas seulement au galop en produisant des infections (légères, dans un bon pourcentage) : elle interrompt aussi des vies, des projets, des travails, des études et des buts à court terme.

Pour le moment, nous sommes comme des petits personnages dans une boule à neige et notre esprit en paye le prix. Essayons par conséquent de savoir comment il est possible de contrôler les pensées négatives pendant cette crise du COVID-19.

Je vais l’attraper et tout va mal se passer, je vais perdre certains de mes proches

La peur de l’infection ou même de mourir sont les pensées les plus habituelles dans ces contextes. Elles sont nourries par la peur. Il faut savoir que penser à ces choses de temps en temps est tout à fait normal. Car ces pensées ont un but : nous protéger et protéger nos proches.

En revanche, une chose ne peut être permise : que ces pensées soient présentes, de manière continue, dans notre quotidien. Une telle chose nous paralyse et ne fait que nourrir la panique. Alors, que pouvons-nous faire dans de telles circonstances ?

  • Il faut appliquer une approche réaliste : oui, il existe des risques de contagion mais si nous prenons les mesures adéquates, ce risque est réduit de manière considérable
  • La probabilité de mourir ou qu’un proche meure est également réelle : cependant, nous devons regarder les données statistiques : le risque se situe entre 3 et 5% et affecte surtout un secteur de la population qui est plus vulnérable (et que nous devons le plus protéger)
  • Chaque fois que ces pensées nous assaillent, nous devons les rationaliser : nous devons ensuite visualiser une boîte dans laquelle nous pouvons ranger ces terribles pensées adverses. Enfermons-les à double tour
Les pensées négatives pendant la crise du COVID-19 peuvent nous envahir

Pensées négatives pendant la crise du COVID-19 : cette angoisse ne va jamais s’arrêter. Cette situation va me rendre dingue !

En psychologie, nous appelons ce type de raisonnement un “pronostic affectif”. Nous le faisons quand nous prédisons comment nous allons nous sentir le lendemain, le surlendemain et le mois suivant. C’est quelque chose d’habituel quand nous nous laissons piéger par les émotions les plus adverses, comme la panique et l’angoisse. Au lieu de les gérer, nous leur laissons un pouvoir absolu.

Par ailleurs, il faut savoir que penser que ce confinement va durer pour toujours et que nous n’allons pas y survivre est l’une des pensées négatives les plus récurrentes lors de cette crise du COVID-19. Il faut bien garder cela à l’esprit : la probabilité de gérer cette réalité dépend du contrôle que nous exerçons sur notre esprit.

Une façon d’y arriver consiste à réguler notre univers émotionnel. La relaxation, la méditation, le fait de réaliser des activités qui nous distraient ou de parler avec nos proches nous seront d’une grande aide.

Par ailleurs, quand vous ressentez ces émotions, demandez-vous la chose suivante : combien de fois ai-je eu la sensation que cette angoisse n’allait jamais disparaître alors qu’elle a fini par le faire ?

Soyez tranquille : tout cela passera.

Je vais perdre mon travail et le monde que nous connaissions va changer

Parmi les pensées négatives liées au COVID-19, l’idée de perdre son travail et de voir notre monde changer sont les plus habituelles.

Dans ces cas, il y a une nuance évidente : il ne s’agit pas d’une peur irrationnelle. Nous serions naïfs de penser qu’une fois que nous contrôlerons la progression du virus, les choses redeviendront exactement comme avant.

Il existe une très forte probabilité que beaucoup d’emplois soient perdus. Alors, comment pouvons-nous gérer cette peur ?

  • En nous concentrant sur les besoins de chaque instant et en les faisant passer avant toute chose : désormais, la priorité est de prendre soin de nous, de nous protéger et de freiner la courbe de personnes infectées. Nous avons le pouvoir de contrôler ces choses
  • Nous ne savons pas de quoi demain sera fait, c’est vrai, mais, quoi qu’il en soit, nous l’affronterons avec calme : quand le moment viendra, nous agirons. Une chose après l’autre, pas après pas, jour après jour, de façon centrée, en nous concentrant

Pour conclure, cette pandémie aura une fin. C’est évident. L’humanité a déjà vécu des moments semblables et, désormais, nous disposons de plus de ressources, de moyens et d’excellents professionnels très préparés. Nous sommes extraordinaires quand nous agissons ensemble et c’est ce qui est en train de se passer.

Avoir peur est parfaitement normal mais nous devons contrôler ce sentiment, faire jouer les émotions en notre faveur et nous souvenir de nos priorités : la santé physique et le bien-être psychologique.