Sexting et Online Grooming : risques de la société numérique

· 2 août 2018

Nous faisons face à une période de transformation numérique qui engendre des modifications actives de notre société. Les NTIC ou Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication offrent de nombreux bénéfices. Elles facilitent notamment la diffusion des connaissances et de la culture, favorisent le développement économique, renforcent la créativité, favorisent les relations sociales et sont de véritables espaces de divertissement.

Le réseau suppose l’apparition d’un nouveau lieu pour explorer notre sexualité. Adultes, jeunes et adolescents expérimentent les ressentis de leur corps et jouent avec des contenus érotiques envoyés au travers des réseaux. Internet permet d’établir une communication constante, disponible tout au long de la journée et pratiquement dans tous les lieux du monde. Ces facteurs facilitent les relations mais ils impliquent tout de même certains risques importants, notamment pour les mineurs. Certaines des pratiques à risque les plus connues sont le sexting et le online grooming

L’adolescence est une étape évolutive au cours de laquelle la recherche d’identité s’intensifie. C’est un moment d’expérimentation et de découverte de son propre corps et de son orientation sexuelle. La sensation de risque est généralement faible et elle est associée à une tendance à la désinhibition. En effet d’un point de vue biologique, l’autorégulation des émotions et la capacité de contrôle de nos actes sont encore en développement.

Internet suppose pour les jeunes une voie d’expression et d’expérimentation d’apparence inoffensive. Cette combinaison de facteurs peut pousser à adopter des conduites à risque spécialement si aucune éducation sexuelle et affective n’a été donnée afin d’apprendre à se protéger. Echanger des messages sexuels et explorer son propre corps n’est pas quelque chose de négatif dans la mesure où des mesures adéquates sont adoptées. Sinon, ces comportements peuvent déboucher sur de graves problèmes liés à l’intimité, la sécurité ou l’intégrité physique et mentale.

« Ne dites pas dans les réseaux ce que vous ne souhaitez pas voir exposé sur une affiche panoramique avec votre photo à côté. »

-Erin Bury-

risques associés à internet avec le sexting et le online grooming

Risques numériques : Que sont le sexting et le online grooming ?

Le sexting consiste à envoyer des photos, des vidéos ou des messages de type sexuel au travers d’internet ou des dispositifs mobiles. Cette pratique est motivée par exemple par la tentative d’exploration de l’identité ou de l’orientation sexuelle, le fait de réaliser des jeux érotiques avec son partenaire ou avec plusieurs personnes à la fois, le fait d’augmenter son estime personnelle ou le fait d’être capable de faire et de dire des choses que nous ne sommes pas capables de réaliser en face par honte, peur ou autres limitations.

Bien entendu, la pratique du sexting ne se réalise pas exclusivement entre des adolescents. Internet est une porte ouverte à des millions de jeunes et d’adultes qui utilisent le réseau pour partager des contenus à caractère sexuel. Parfois, nous ne sommes pas conscients des possibles risques. Il est important d’en prendre conscience pour deux raisons fondamentales :

  • Pour éduquer sexuellement les mineurs et leur apprendre à utiliser le réseau de manière sûre.
  • Pour choisir personnellement ce que nous souhaitons faire de notre corps et de notre vie privée sur Internet.

« Envoyer des photos, des vidéos ou des messages de contenu sexuel au travers d’internet ou d’un dispositif mobile est connu comme étant du sexting. »

D’autre part, le online grooming est connu comme étant le processus par le biais duquel un adulte abuse sexuellement de mineurs par le biais du Réseau. Internet offre la possibilité de cacher l’identité personnelle en générant différents profils qui ne coïncident pas forcément avec la réalité.

Une personne peut apparaître avec un faux profil et communiquer par son biais de manière simultanée avec différentes personnes. Cela suppose un grand risque car les adultes ont facilement accès aux comptes des mineurs avec lesquels ils peuvent établir un contact sans aucun type de contrôle. Les abus peuvent se produire de manière directe ou par des voies indirectes telles qu’Internet en demandant du contenu à caractère sexuel explicite aux mineurs, par exemple des photos ou des vidéos personnelles.

Selon une étude présentée en 2018 par Manuel Gamez-Guadix et Patricia de Santisteban, la probabilité de pratiquer du sexting augmente progressivement avec l’âge. A 12 ans, environ 3% des mineurs ont déjà pratiqué du sexting. A 17 ans, le pourcentage dépasse les 35%.

« Dans le passé tu étais ce que tu avais, désormais tu es ce que tu partages. »

-Godfried Boogaard-

Caractéristiques d’Internet qui facilitent les abus au travers des réseaux

Il existe certains facteurs qui facilitent la persistance des abus sexuels sur le Réseau. Comme nous l’avons déjà mentionné, Internet permet de cacher la réalité et de se montrer derrière un masque. Cet anonymat permet aux adultes de mener des comportements qu’ils ne pourraient pas réaliser en face ou dans leur environnement personnel. 

En fait, Internet possède une grande part incontrôlable où de nombreuses interactions peuvent se produire. Il est facile d’accéder à différents contacts et à différents profils sans avoir besoin de respecter les normes sociales. Le Réseau abrite un monde parallèle, le monde numérique, où l’absence du face à face permet d’effacer les règles du jeu et les limites. 

En ce sens, la perception du risque diminue et les usagers des réseaux commettent des imprudences lorsqu’ils entrent en relation, spécialement en ce qui concerne les adolescents. Les relations se produisent de manière beaucoup plus frénétique, désinhibée et rapide. 

Les profils semblent ne pas représenter des personnes en chair et en os. Commencer ou mettre un terme à une relation devient superficiel tout comme le pourrait être une transaction commerciale dans laquelle on échange un gain affectif ou sexuel. Lorsque les bénéfices disparaissent, l’ennui fait son apparition et on passe au profil suivant. Le manque de contact direct semble inciter l’expérimentation sans en mesurer les conséquences. 

Tout cela affecte la capacité d’empathie des personnes abusives. L’abîme entre le Réseau et la réalité les empêche de se mettre à la place de l’autre et on ignore la souffrance ou la possibilité de blesser les autres. Pour les victimes, une absence de sécurité se produit alors. Il n’existe aucun espace concret auquel se rattacher car le Réseau ne dispose pas de limites spacio-temporelles. Ce qui est partagé via le Réseau est enregistré pour toujours.

L’une des erreurs principales est de ne pas considérer l’importance de nos actes sur internet en comparaison à ce que nous faisons en face à face. Il est très important de prendre conscience de l’impact des réseaux et de leurs risques. Il faut nous interroger sur l’identité des personnes qui sont derrière l’écran, il savoir avec qui nous parlons et être conscient du contenu que nous partageons avec cette personne.

« Internet s’est converti en le système nerveux de nos sociétés, il faut apprendre à l’utiliser. »

-José Luis Orihuela-

les réseaux sociaux chez les ados

Comment prévenir les abus sur Internet ?

Dans le cas des mineurs, il est très important de mettre en place un contrôle parental sur les interactions réalisées sur le réseau et une psychoéducation pour avoir une utilisation correcte de cette dernière. Le progrès des technologies est une réalité palpable, nous vivons dans un monde dans lequel on ne conçoit pas le manque d’accès internet. Etre conscients de cela nous aidera.

Il est nécessaire d’accepter le fait qu’Internet fasse partie de notre quotidien. Pour cela, il faut apprendre à l’utiliser de manière sûre. Il est inutile d’interdire l’accès aux téléphones ou d’empêcher l’accès aux réseaux sociaux si nous n’éduquons pas les jeunes à en faire un usage adéquat et en accord avec des valeurs telles que le respect et l’écoute.

L’éducation basée sur le respect et le consentement est un pilier fondamental de toute relation saine. Les adolescents doivent apprendre à poser des limites, à explorer leur sexualité de manière saine, à savoir dire non, à respecter les autres lorsqu’ils rejettent une proposition ou un contact sexuel, à les doter de capacités de communication afin d’exprimer leurs émotions et leurs désirs sans blesser l’autre, à leur donner un espace sûr leur permettant d’exprimer leurs peurs et leurs préoccupations et à les avertir de la réalité virtuelle.

Il ne s’agit pas de créer des peurs ou d’inhiber des inquiétudes. Il faut informer sur les dangers des réseaux afin que ces jeunes sachent reconnaître une situation à risque et sachent agir en conséquence. Si un mineur nous évoque une situation d’abus, il est important de l’écouter et de lui permettre de se sentir protégé. Il ne faut jamais culpabiliser la victime car dans une situation d’abus, une personne a fait usage de son pouvoir et de sa supériorité pour manipuler et mettre en place un processus de coercition. Nous devons donc offrir un soutien émotionnel et avoir recours à l’aide d’un professionnel. 

« Que tu décides de pratiquer le sexe individuellement, ou avec une autre personne et indépendamment du type de pratique sexuel choisi, le respect personnel et du partenaire sexuel est fondamental ».

-Lara Castro-

les abus sur internet à cause du sexting et du online grooming