Selon une étude, presque personne ne lit ce qu'il partage sur les réseaux

Partager une information avec discernement demande du temps, en plus d'un effort. Ainsi, il est beaucoup plus simple de partager une nouvelle parce que nous sommes d'accord avec le titre plutôt que de le faire après avoir lu son contenu. Mais qu'est-ce qui se cache derrière ce comportement ?
Selon une étude, presque personne ne lit ce qu'il partage sur les réseaux
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 05 janvier, 2023

On dit que nous vivons à l’ère du clickbait et de ces news sensationnelles que nous consommons presque compulsivement. Cependant, ce n’est pas tout à fait vrai. Car ce que nous faisons le plus quand nous passons en revue nos réseaux sociaux, ce n’est pas de lire le contenu qu’on nous montre : c’est de le partager. Ce simple geste, même s’il nous surprend, en dit long sur nous.

« Partager » est un mot chargé de sentiments et d’intentions positives. Cela implique de profiter de quelque chose ensemble, de donner ce qui appartient à quelqu’un aux autres pour le bénéfice de tous. Désormais, dans l’univers numérique, l’acte de partage peut être comme la pomme que la méchante reine Grimhilde offre à Blanche-Neige, c’est-à-dire un cadeau empoisonné.

En effet, tout ce qui nous vient de personnes tierces n’est pas toujours utile, vrai et encore moins respectueux. Beaucoup appuient sur le bouton par simple inertie et aussi en raison d’une série de besoins inconscients que nous allons maintenant analyser. Il suffit d’indiquer que, selon une étude de l’université de Columbia, six personnes sur 10 ne lisent pas ce qu’elles envoient à leurs contacts.

Nous partageons des informations parce que cela nous donne l’impression d’être plus intelligents et plus connectés à ce qui se passe dans le monde.

Selon une étude, presque personne ne lit ce qu'il partage sur les réseaux sociaux
Appuyer sur le bouton de partage est une impulsion inconsciente pour de nombreux utilisateurs des réseaux sociaux.

Pourquoi presque personne ne lit ce qu’il partage sur les réseaux sociaux ?

Combien de fois avez-vous reçu de fausses informations que vos contacts vous ont transmises via les réseaux sociaux ou WhatsApp ? De plus, essayons d’en prendre conscience… Combien de fois avons-nous partagé des liens vers des articles ou des nouvelles d’actualité que nous n’avons même pas ouverts ? C’est un fait : la tendance à envoyer des données non vérifiées à grande échelle est le plus gros virus de notre époque.

Un exemple est ce qui s’est passé en 2018. L’espace The Science Post a publié un post avec le titre suivant : 70% des utilisateurs de Facebook ne lisent que les titres des articles scientifiques avant de commenter. Eh bien, cet article a été partagé des milliers de fois. Presque personne n’a ouvert le lien en lui-même pour découvrir que le texte était un simple lore ipsum, c’est-à-dire un texte de typographie totalement décousu et dénué de sens.

C’est totalement vrai : presque personne ne lit ce qu’il partage sur les réseaux sociaux car, dans cette société marquée par l’immédiateté, l’impatience cognitive nous domine. Nous sommes régis par l’impact qu’un titre peut causer, au point de rendre viraux des faits totalement infondés. Maintenant, une étude très récente nous donne plus d’informations à ce sujet. Derrière ce comportement, il y a d’autres besoins plus profonds.

Partager des nouvelles est plus facile et plus rapide que de les lire.

La connaissance subjective et l’éternel syndrome de Dunning-Kruger

L’Université du Texas explique dans une recherche que le partage d’informations augmente la perception des connaissances des utilisateurs. Peu importe qu’on ne maîtrise pas le moins du monde la physique quantique ou la microbiologie. Par exemple, le fait de partager un article sur ces sujets élève l’auto-perception de la maîtrise d’un contenu spécifique.

Ainsi, partager du contenu sur notre mur ou dans nos groupes WhatsApp est presque comme un signal d’alarme. C’est comme dire aux autres que nous possédons une série de connaissances qu’en réalité, nous n’avons pas. Nous retombons une fois de plus dans l’éternel biais du syndrome de Dunning-Kruger.

En d’autres termes, le simple fait d’envoyer et de publier certaines nouvelles, articles ou données spécifiques amène une partie de la population à surestimer ses capacités et ses compétences. C’est ce qui fait que, parfois, en entrant sur Twitter, nous constatons soudainement que la plupart des gens sont des experts en conflits de guerre, en crises économiques et en infections virales.

Il n’y a pas le temps pour lire : le partage, c’est mieux

Nous vivons dans un environnement qui nous pousse, nous entraîne et exige que nous passions à une tâche sans terminer la précédente. L’immédiateté est la norme et l’incapacité progressive de focaliser son attention en est la conséquence. Il est vrai que dans notre vie quotidienne, nous recevons beaucoup d’informations et des notifications infinies ; cependant, au lieu de contrôler et de mettre des limites à ce que nous recevons, nous nous laissons emporter.

Nous sommes devenus cognitivement impatients, des entités avec une capacité à traiter l’information qui s’est appauvrie. Nous n’avons pas le temps, mais nous n’en avons pas non plus l’envie. Il est courant de se laisser emporter par le boost de dopamine que génère le fait de voir un titre sensationnel et de le partager instantanément. Il n’y a pas de temps pour lire car le partage est plus amusant.

De plus, le fait de partager génère de l’interaction et aussi de la polémique. Nous recevons instantanément un like et une série de messages divertissants. Tout cela est plus enrichissant que la lecture elle-même pour beaucoup de gens. Pour ces derniers, il n’y a pas de motivation car cela demande du temps, de la capacité de réflexion et du sens critique.

Beaucoup des nouvelles qui sont partagées et deviennent virales ne sont même pas lues.

Personne ne lit ce qu'il partage
Toutes les informations du monde numérique doivent être analysées et contrastées avant d’être partagées.

L’information ne se « consomme » pas, elle doit être utile

Nous sommes devenus des consommateurs émotionnels de contenu. Nous mettons des likes et ne partageons que les informations qui génèrent une sensation, une émotion. Et si c’est bref, tant mieux : c’est pourquoi notre attention est presque toujours portée sur les gros titres. Les grands médias d’information le savent et n’hésitent pas à créer les gros titres les plus sensationnels.

Cependant, nous devons garder un point à l’esprit : l’information doit enrichir et nourrir, pas empoisonner. Si presque personne ne lit ce qu’il partage, évitons d’être les porteurs de cette pomme radioactive qui contient de fausses informations. Parce que nous avons tous, à un moment donné, été emportés par cette impulsion.

Si nous avons envie de paraître plus intelligents et compétents dans un domaine, la seule façon d’y parvenir est de lire. C’est le seul remède à tous les maux et à l’ignorance. Essayons d’analyser ce qui nous vient avec un sens critique. Ce sont les meilleurs antidotes à un monde numérique où il est très facile de se goinfrer de contenus trop toxiques.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi croyons-nous les fausses nouvelles ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Pourquoi croyons-nous les fausses nouvelles ?

Nous faisons face ces derniers temps à une épidémie de fausses nouvelles ou de demi-vérités (moitié de nouvelles). Pourquoi certains y croient ?



    • Gabielkov, M., Ramachandran, A., Chaintreau, A., & Legout, A. (2016). Social clicks: What and who gets read on Twitter?. ACM SIGMETRICS / IFIP Performance 2016. Antibes Juan-les-Pins, France. ffhal-01281190f. https://hal.inria.fr/hal-01281190/document
    • Ward, A. F., Zheng, J., & Broniarczyk, S. M. (2022). I share, therefore I know? Sharing online content‐even without reading it‐inflates subjective knowledge. Journal of Consumer Psychologyhttps://doi.org/10.1002/jcpy.1321

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.