Se réveiller le matin, le moment le plus dur quand on souffre de dépression

19 juin 2017 dans Psychologie 432 Partagés

L’anatomie de la dépression est différente, unique et exclusive pour chaque personne. Cependant, au milieu de ces terribles labyrinthes personnels d’obscurité, il y a un élément clé : les symptômes de cette maladie sont dévastateurs le matin, quand la journée commence et que la personne se sent sans force, sans envie, sans souffle…

Les patient-e-s qui souffrent de ce type de trouble dans n’importe quel cas (dépression sévère, trouble dysthymique, lié au deuil etc.) tombent d’accord sur une idée. Iels souhaiteraient avoir un autre type de douleur dont les symptômes seraient plus visibles, voire même physiques… Ainsi, la souffrance serait plus évidente et ils disposeraient de plus de compréhension de la part des personnes de l’entourage.

« Plus la blessure est grande, plus la douleur est privée. »

-Isabel Allende-

Dire, par exemple, quelque chose du type « Je suis incapable de me lever le matin » donne une piste claire au/à la psychologue ou au médecin traitant sur ce que peut traverser la personne. Cependant, aux yeux de ses collègues, de ses ami-e-s ou même de sa famille, une telle chose peut être interprétée comme du laisser-aller, de la fainéantise ou même comme une excuse pour ne pas assumer ses responsabilités personnelles ou professionnelles.

Ce n’est pas facile. Une dépression est similaire à l’impact d’un cyclone intérieur : tout y est ravagé. Une grande partie des processus de notre organisme ralentissent, le métabolisme, la perception de la réalité et la neurochimie changent, ce qui provoque une « variation diurne du moral ».

Nous vous en parlons en détail dans cet article.

Bonjour dépression, encore une fois

Andréa a 46 ans et souffre d’une rechute de dépression alors qu’il y a deux ans, elle a réussi à la surmonter avec succès grâce aux médicaments et à la psychothérapie. Elle a été capable d’identifier le retour de cette ombre inconfortable sur sa vie grâce à un fait très concret : elle avait de plus en plus de mal à se lever le matin, son moral lui échappait par les tuyaux de l’apathie et de la négativité, jusqu’à ce qu’elle le sache. La dépression était revenue.

Cette ennemie connue s’intensifie au début par une série de processus et de dimensions très concrets. Les voici :

  • La variation diurne du moral est caractérisée par un réveil chargé en sentiments négatifs, un abattement et une grande fatigue physique qui, en général, augmentent au fur et à mesure de la journée.
  • Selon plusieurs études, la plupart des personnes atteintes de dépression ont leurs rythmes circadiens altérés. Des hormones comme la mélatonine et le cortisol se libèrent dans une quantité plus basse ou à des moments erronés. Ceci provoque que la personne dépressive souffre par exemple d’insomnie ou qu’elle ressente une certaine somnolence pendant la journée.
  • De plus, cette altération dans les rythmes circadiens peut faire qu’elle ait plus froid le matin, qu’elle ressent un faible ou inexistant niveau d’énergie ou même, qu’elle soit incapable de réagir face à certaines stimulations.

Il faut ajouter un autre facteur encore plus usant : la claire sensation de ne pas pouvoir vivre la journée qui vient de commencer. Ce manque de défense et la sensation de ne pas pouvoir gérer ses propres responsabilités augmente encore plus le sentiment que l’on est en train de perdre complètement le contrôle de sa vie.

Comment affronter le moment le plus dur de la journée ?

Revenons une fois de plus à notre protagoniste, Andréa, cette femme qui doit affronter un nouvel épisode de dépression qu’elle espérait ne jamais devoir vivre à nouveau. Même si la dépression est une vieille connaissance dans sa vie, elle n’hésite pas à consulter à nouveau un-e spécialiste pour qu’iel lui prescrive, avant tout, le médicament le plus indiqué dans son cas.

« Nous ignorons tous notre véritable stature jusqu’à ce que nous parvenions à nous mettre debout. »

-Emily Dickinson-

Il faut savoir que les personnes qui ont une symptomatologie plus intense lors des premières heures de la journée ont besoin d’un traitement qui les aide à réguler des neurotransmetteurs déterminés, qui altèrent les rythmes circadiens. En plus du traitement pharmacologique, Andréa a établi une série de routines dans sa vie, qui lui permettront de bien mieux affronter sa maladie.

Nous vous les expliquons.

Règles pour affronter la symptomatologie matinale de la dépression

Avant tout, il est important de se souvenir que la thérapie interpersonnelle et la thérapie cognitivo-comportementale peuvent nous être très utiles pour traiter ce type de troubles face auxquels personne n’est à l’abri.

Notre protagoniste se décide aussi à consulter son médecin traitant pour qu’il lui fasse des analyses. Elle sait que des faits concrets comme un problème de la fonction thyroïdienne, un faible niveau de vitamine B12 ou même un problème hépatique, peut provoquer ou même augmenter cette baisse de moral et d’énergie matinale.

  • Plus tard, elle établit un programme qui débute avec une série d’étirements matinaux. Juste au lever, et dans la chambre, elle fait 10 minutes d’exercices doux de yoga.
  • Ensuite, elle s’oblige à se doucher et à s’habiller.
  • Puis, Andréa a quelqu’un à appeler tous les matins pour obtenir du courage, de la force et de l’énergie. Dans son cas, c’est sa mère. Mais on peut compter sur un-e ami-e proche, un frère, une sœur ou une personne de référence capable de nous aider, de nous motiver.
  • Ensuite, Andréa petit-déjeune dans le calme et sans hâte. Elle n’a jamais envie de rien, mais elle s’impose à elle-même l’obligation de le faire car elle sait que le cerveau a besoin de cette énergie matinale pour mieux fonctionner.

Pour finir, et ce n’est pas moins important, elle se prend un moment pour méditer. Il suffit de 15 ou 20 minutes. C’est un moment exceptionnel de connexion avec soi-même où l’on peut gérer un peu mieux les pensées et les émotions négatives. De cette manière, elle obtient un peu plus de calme intérieur, de paix et de motivation pour affronter, petit à petit, le reste de sa journée.

Nous sommes sûr-e-s que ces conseils simples vous seront aussi d’une grande utilité.

Lisez aussi : Méditer, c’est faire se reposer l’esprit pour initier un dialogue avec l’âme

A découvrir aussi